Chapitre 15    A - Z     (Parapsychologie)

 

Pour chercher dans la page, utilisez les touches "Ctrl + F" de votre clavier Windows !        Pour Mac = Cmd+F

A

ANIMAUX  MYSTÉRIEUX    B.A-BA

J.P RONECKER

Edition  PARDES

 2000

Chaque année, des animaux inconnus sont découverts un peu partout dans le monde, non seulement dans les océans, mais aussi sur la terre ferme, et pas toujours dans des endroits peu connus, mais parfois même dans notre propre monde civilisé.

 

Ainsi, un animal semblable à un ver, d’une taille gigantesque, aurait été vu, à plusieurs reprises, en divers endroits du Brésil. Dans les années 1860, un certain Francisco de Amaral observa une créature ressemblant à un énorme ver, sur la rive du Rio das Caveiras, l’animal mesurait un mètre de diamètre, avec un « groin porcin » sur lequel se trouvait la tête, la bête disparu dans le sol en laissant un trou d’un mètre de large.

 

Dans le désert de Gobi est supposé vivre l’Allghoi Khorkhoi, qui serait, selon certains  témoignages, herbivore, et aurait le pouvoir de cracher à distance un poison mortel, ce qui lui vaut le surnom de « ver tueur ». Il n’y a d’ailleurs pas que des animaux inconnus, il y a aussi des animaux supposés disparus, mais qui seraient peut être encore vivant, ce livre nous en fait rencontrer quelques-uns.

Depuis le film Jurassic Park, la « chasse » aux espèces disparues augmente, ainsi en 1999, le directeur du Muséum d’histoire naturelle australien, a annoncé que le tigre de Tasmanie pourrait revivre. Le Mammouth risque d’être cloné, en prélevant un ADN correct et en l’implantant dans l’utérus d’une éléphante.


Le Super Bison d’Amérique disparu depuis des millénaires, est également à l’étude. Il faut signaler aussi dans les réussites, le clonage des Aurochs par des allemands ainsi qu’un ancien cheval européen : le Tarpan.
Cette science de recherche des animaux disparus s’appelle : la cryptozoologie

 

A LA DḖCOUVERTE DE LA MḖDECINE CHINOISE

Yves Requena

Edition Trédaniel

2017

La médecine chinoise est de plus en plus pratiquée en Occident et a désormais acquis ses lettres de noblesse. Et tant mieux, car elle a beaucoup à nous offrir pour améliorer notre santé et notre bien-être physique et émotionnel.  Dans cet ouvrage de référence, magnifiquement illustré, le Dr Yves Requena, l'un des plus grands experts de la médecine chinoise, vous fait découvrir toute la philosophie et les mises en pratique de cette médecine traditionnelle:

 

- L'histoire et les fondamentaux de la médecine chinoise : la Cosmogonie, le Yin et le Yang, les méridiens...

- Les modes de diagnostic avec un bilan complet à réaliser pour connaître votre profil et savoir vous auto-diagnostiquer.

- L'acupuncture, les massages Tui Na, le Qi Gong, les préceptes alimentaires ou encore la pharmacopée avec ses principaux remèdes naturels...

 

Partez à la découverte de cette pratique ancestrale pour une vie longue et en bonne santé en compagnie du Dr Yves Requena, médecin et diplômé interuniversitaire d'acupuncture, qui est l'un des grands experts de renommée internationale de la médecine chinoise depuis plus de trente ans. Il est l'auteur de plus de 25 livres dans le domaine et a fondé l'Institut européen de Qi Gong en 1989.

 

L’acupuncture : un art naturel de la santé : Bien que d’apparition relativement récente dans les pays occidentaux, la tradition acupuncturale trouve ses racines historiques en Chine plusieurs millénaires en arrière. Les premiers documents connus, remontant à 4000 ans avant J.C., la situe comme un des plus anciens systèmes de santé. Le travail du praticien est de donner au patient la plénitude de son potentiel et de restaurer sa vitalité. L’acupuncture traditionnelle permet de redonner à l’individu son aptitude naturelle à la santé. En médecine chinoise n’importe quel symptôme, qu’il soit physique, émotionnel ou mental, est lié à un déséquilibre dans la circulation de l’énergie vitale personnelle. Quand le corps envoie un signal de détresse sous une forme ou une autre, c’est le signe d’un déséquilibre énergétique qui doit être rééquilibré pour ramener la santé. Ce principe de l’acupuncture traditionnelle est important car il montre que considérer l’origine du déséquilibre est plus important que traiter un symptôme. Traiter seulement celui-ci consisterait à couper le cordon de la sonnette et le problème réapparaîtrait tôt ou tard sous la même ou une autre forme.

 

A qui s’adresse l’acupuncture ? Non content de s’occuper de la mauvaise condition du patient en restaurant son équilibre, l’acupuncture traditionnelle aide la personne à se sentir mieux en général par l’amélioration et la promotion de la qualité de la vie. »La science chinoise a pour but de régler le coeur de l’homme » Tchang Tchetong. Une grande variété de gens fait appel à l’acupuncture, soit par convenance personnelle, soit après avoir essayé d’autres formes de traitement. Nous devenons de plus en plus conscients de la nécessité d’être responsable de notre propre santé et entretenir une bonne forme devient une priorité. Une détérioration de l’équilibre interne précède souvent l’apparition de symptômes et l’acupuncture peut être utilisée de manière préventive, visant à maintenir la santé à tous les niveaux.

 

Aussi bien que pour des problèmes d’ordre physique, beaucoup de gens viennent pour des difficultés liées à un excès de stress et ses conséquences conflictuelles pour la vie mentale, émotionnelle et relationnelle. L’acupuncture traditionnelle s’adresse à la personne entière – corps, mental, esprit – et offre donc un large éventail de possibilités. Dans certains cas, la médecine officielle devra être la première orientation ou bien être utilisée en conjonction avec l’acupuncture. Votre praticien saura vous conseiller.

 

Bilan énergétique : La perception de la personne s’effectue au travers de deux principaux systèmes classiques que sont les « cinq éléments » et le « Yin-Yang ». Ils permettent d’observer les différents mouvements d’énergie comme un système dynamique de correspondances, incluant toutes les fonctions, attitudes et motivations de la personne. Comprendre comment ces mouvements se traduisent dans la nature donne un regard particulier sur le caractère humain. Chaque mouvement se rattache à un groupe d’organes. Les organes ne sont pas considérés dans un sens purement anatomique, mais plutôt comme une constellation de structures, fonctions, horloges biologiques, sens et émotions. Ceci comprend aussi les interconnections avec les autres partie de la personne dont les trajets d’énergie ou « méridiens » et les points d’acupuncture qui sont utilisés pour le traitement.

 

D’autres systèmes d’acupuncture se sont développés comme les « huit principes » (« Yin-Yang », chaud-froid…) ainsi qu’une grande connaissance empirique de la valeur traditionnelle peuvent être utilisés à condition de leur réserver la place qui leur revient en fonction du problème à régler. Chaque élément possède ses propres signes. La lecture des pouls radiaux ou périphériques est seulement une des nombreuses façons permettant à un acupuncteur traditionnel de détecter les déséquilibres énergétiques. La nature des symptômes, les couleurs du visage, l’odeur, le son de la voix, l’état émotionnel, les préférences et goûts personnels (alimentaires, climatiques…) sont parmi tant de signes permettant de dresser un bilan énergétique en vue du rétablissement d’une régulation naturelle.

 

AROMATHÉRAPIE

DOCTEUR  J. VALNET

Edition VIGOT

 2001

Le docteur  Valnet est reconnu depuis longtemps comme l’un des plus grands spécialistes de la médecine par les plantes, il a relancé en France la phytothérapie auprès des médecins et du grand public. Est étudié dans ce livre plus de 200 essences et plantes, avec pour chacune son nom français, sa correspondance en botanique, son nom botanique et sa correspondance en français.

 

Chaque plante est étudiée,  avec son mode emploi, ses propriétés, sa culture, ses applications en médecine et pour le particulier, qui veut, soit se soigner, soit s’alimenter agréablement, tout en restant proche de la nature, tout en sachant l’importance que peut avoir des produits sains (ou du moins le plus possible), agrémenté de plantes aromatiques contenant des propriétés énergétiques. Un excellent livre sur le sujet

 

Qu’est-ce qu’une huile essentielle ? Une huile essentielle est l’âme de la plante aromatique. C’est l’essence volatile extraite de plantes aromatiques par la distillation. Il s’agit d’une substance complexe qui contient des molécules aromatiques dont l’action bénéfique sur la santé est étudiée et mise en pratique par l’aromathérapie.

Qu’est-ce que l’aromathérapie ? L’aromathérapie est l’utilisation des huiles essentielles à des fins thérapeutiques. C’est une “biochimio-thérapie” naturelle sophistiquée qui repose sur la relation existant entre les composants chimiques des huiles essentielles et les activités thérapeutiques qui en découlent. Elle recourt à une méthodologie rigoureuse qui s’inspire de données scientifiques solides confirmées tant par la clinique que par le laboratoire. C’est une thérapeutique naturelle de qualité supérieure, d’une prodigieuse efficacité et qui complète très bien toutes les autres approches alternatives ou allopathiques. Un grand aromathérapeute disait que l’aromathérapie scientifique rend “…l’impossible possible, le possible facile, le facile élégant…”.


Un attrait des plus fascinants de cette médecine aromatique réside dans son action multiple séduisant tout thérapeute. Le scientifique cartésien y trouvera son compte par les molécules aromatiques ainsi que par leur représentation qualitative et quantitative. En cela, l’aromathérapie est biochimie, pharmacologie, toxicologie... . C’est ce que l’on appelle l’aromatologie. Parallèlement, l’huile essentielle est toujours vibration et donc énergie. L’acupuncteur, le réflexologue, le thérapeute ayurvédique ne s’y sont pas trompés. Elles leur apportent un effet de levier impressionnant.

Comment ça marche ?

On utilise les huiles essentielles en diffusion atmosphérique, en massage topique ou en usage interne.
Les molécules aromatiques peuvent être ainsi captées par les fosses nasales et décryptées par les neurorécepteurs olfactifs, ou entrer en interaction avec le métabolisme via le système circulatoire.

 

AROMATHÉRAPIE             B.A- BA

BERNARD      BERIGAUD

Edition PARDES

 2002

Les vertus thérapeutiques et alimentaires des huiles essentielles, sont de mieux en mieux connues et acceptées aujourd’hui. Elles font l’objet de recherches approfondies en laboratoire, qui font évoluer notre approche de l’aromathérapie et nous ouvrent des perspectives biologiques, psychiques et spirituelles que nous n’envisagions pas il y a quelques années.


Ce livre s’adresse à tous ceux qui, néophytes ou pratiquants, souhaitent s’initier plus profondément au monde des essences végétales et intégrer, aux conceptions historiques et symboliques, un point de vue à la fois scientifique et pratique.


A travers une approche, à la fois, mystique, sensuelle, symbolique et scientifique, l’auteur nous invite à découvrir les rapports subtils que l’homme a entretenus, depuis la plus haute antiquité, avec les essences (magie, séduction, médecine, commerce), il connaissait leur capacité à induire en l’être les états les plus variés.

 

Les huiles essentielles sont des substances complexes, capables, aussi bien d’élever notre âme que d’apaiser les maux qui accablent notre corps physique.

Ce livre nous guide dans cette découverte, en précisant les propriétés physico-psychiques des essences, leurs modalités d’utilisation et leurs contre-indications, car, si l’aromathérapie utilise des produits naturels, l’importante concentration de végétaux distillés dans une seule goutte rend ces substances extrêmement puissantes et actives, il convient donc de les utiliser avec beaucoup de précautions.

 

AROMATHÉRAPIE, LES  HUILES ESSENTIELLES,  MÉDECINE D’AVENIR

DOCTEUR JEAN PIERRE  WILLEM

Edition DU  DAUPHIN

 2009

Tandis que l’in constate le retour des grandes épidémies et le peu d’efficacité des antibiotiques, nous avons à notre disposition une vaste gamme de molécules aromatiques, capables d’enrayer les infections bactériennes et virales, de relancer les défenses naturelles  (immunitaires), de soulager les petits maux de la vie quotidienne et d’être utile pour les soins du corps. Leur champ d’activité est très vaste, de la médecine à la cosmétique.


Plus de 250 termes médicaux, avec leur symptôme et affection, sont étudiés, avec pour chacun, les diverses huiles essentielles à utiliser et les explications  suivantes : Description botanique, Observations, Applications thérapeutiques cutanées, Rappel des propriétés thérapeutiques et rappel des indications thérapeutiques.

 

Une huile essentielle est un extrait liquide, concentré et complexe, obtenu par distillation par entraînement à la vapeur d’eau de plantes aromatiques ou d’organe de cette plante (fleur, feuille, bois, racine, écorce, fruit,...). Une huile essentielle est donc l’essence distillée de la plante aromatique. Elle est composée d’une centaine de molécules terpéniques et aromatiques particulièrement actives et originales pour la santé au quotidien. 

 

Reconnues pour leurs puissantes propriétés thérapeutiques et utilisées depuis des millénaires en Chine (cannelle, anis, gingembre), en Inde, au Moyen Orient (khella, pin, fenouil…), en Egypte, en Grèce, en Amérique (Aztèques, Mayas, Incas : bois de Hô, sassafras) et en Afrique (encensmyrrhe,ravintsara), les huiles essentielles tombent dans l’oubli au Moyen Age. A ce moment, l’Europe connaît un retour à la barbarie avec un déclin général du savoir. Il faudra attendre l’arrivée des Arabes pour assister à un nouvel essor de la médecine par les plantes qui retrouvent alors une place de choix dans l’arsenal thérapeutique de l’époque. L’extraction des huiles essentielles par distillation à la vapeur d’eau naît à l’époque de la révolution industrielle et permet le développement de produits alimentaires et de parfums.

 

Au début du XXème siècle, des chercheurs (Chamberland, Cadéac, Martindale) démontrent par leurs expérimentations le pouvoir antiseptique des huiles essentielles. Mais les véritables “pères“ de l’aromathérapie sont Gattefossé puis Valnet et ses disciples. R.M.Gattefossé, pionnier de la parfumerie moderne qui, se brûlant les mains lors d’une explosion dans son laboratoire, a le réflexe génial de plonger ses mains dans un récipient rempli d’huile essentielle de lavande. Soulagé instantanément, sa plaie guérit avec une rapidité déconcertante. Etonné par ce résultat, il décide d’étudier les huiles essentielles et leurs propriétés. L’aromathérapie moderne était née. Aujourd’hui, des médecins (Valnet, Duraffourd, Lapraz, d’Hervincourt, Belaiche) et des chercheurs de haut niveau (P. Franchomme), des pharmaciens (D. Baudoux) ont définitivement assis la réputation, l’efficacité et l’extraordinaire richesse des huiles essentielles.

 

AROMATHÉRAPIE - SIMPLE ET EFFICACE : L’AROMATHÉRAPIE - BEAUTÉ – SANTÉ – MASSAGES - BAINS

Marie-Amélie Picard

Edition Trajectoire

 2000

La médecine classique satisfait de plus en plus difficilement la demande d’un public préoccupé en ce début du siècle, par le bien être et la santé, alors il se tourne vers des méthodes thérapeutiques plus douce, s’avérant plus efficace, plus relaxantes et moins contraignantes. L’idée d’employer les plantes, les huiles parfumées, les bains, et les massages sont des procédés très vieux que l’on redécouvre et qui s’avèrent extraordinairement efficaces.

Avec cet ouvrage, découvrez le pouvoir des huiles essentielles et des plantes aromatiques. En bains, huiles, massages, crèmes ou dilutions, elles vous seront d’un grand secours pour vous maintenir en forme, accéder à la santé, harmoniser corps et esprit et développer dans d’amples proportions vos défenses immunitaires.

Thérapie alternative, ne comportant que peu de contre-indications et sans effets secondaires, l’aromathérapie est née d’une observation attentive de la nature et des bienfaits dont elle regorge.

Marie France Picard rend cette authentique science du bien accessible à chacun d’entre nous, livrant à ses lecteurs un ensemble de recettes claires et efficaces. Nul n’est besoin d’être un grand clerc pour en comprendre le fonctionnement, que l’auteur, parvient à nous rendre évident.

Antiseptique, les huiles essentielles drainent toutes formes d’impuretés, de toxines, elles tonifient la peau, favorisent les mécanismes d’auto guérison et permettent de purifier le corps mental. Relaxantes, anti-dépressives, anti-stress, elles vous deviendront très vite indispensables.

Infusions, inhalations, décoctions, gargarismes et bains de bouche, macérations, compresses, bains aromatiques, frictions, massages aromatiques : rien n’échappe à l’auteur, qui nous livre ici le mode d’emploi, les avantages et les inconvénients de chacune de ces méthodes.

Chaque huile essentielle est dument répertoriée par ordre alphabétique, chacune d’elles est méticuleusement observée d’un point de vue pratique comme par exemple la gastro-entérite, l’angine, les règles douloureuses, les rhumatismes, l’asthme et autres asthénies sexuelles.

La liste des dysfonctionnements pour lesquels les huiles essentielles permettent une action rapide et efficace est littéralement impressionnante ; huiles végétales vierges et techniques de massages par les huiles essentielles, complètent ce tout d’horizon des possibilités de l’aromathérapie qui, à la découverte de ce livre, nous apparaissent telles qu’elles sont en réalité, c'est-à-dire immenses.

Ce livre permet donc à chacun de faire connaissance avec le monde des huiles essentielles, des plantes, et des moyens divers de profiter des bienfaits des bains, des massages, des frictions, des inhalations, de pouvoir se soigner par les médecines douces sans agressivités mais avec efficacité.

 

ARTS  DIVINATOIRES    B.A- BA

JEAN-PAUL  RONECKER

Edition PARDES

 2002

Depuis la nuit des temps, l’Homme a cherché à anticiper le futur, à prévoir l’avenir pour endiguer le flot de l’incertitude, sans cesse confronté à des doutes ou à des difficultés, il était naturel qu’il cherchât à museler les sursauts du « Destin »

 

L’homme, inquiet pour sa sécurité, se rassura en peuplant les cieux, de dieux et de déesses, il médita longuement sur les forces invisibles en présence, prit conscience des dangers liés à ces forces et se donna des moyens empiriques, pour les combattre ou les amadouer, mais surtout pour essayer de les connaître.

 

Anticiper les événements pour mieux se préparer à les affronter, ou à les modifier, voilà quel fut le but de l’homme, depuis le début de l’humanité. Bien sûr, les techniques sont nombreuses et chaque culture possède ses propres secrets  et sa magie personnelle, il n’en demeure pas moins, que pratiquement toutes, à condition qu’elles soient faites en harmonie avec les règles de la Nature, ont d’excellents et d’indéniables résultats.

 

Les arts divinatoires ne sont pas des jeux de salon, ce sont des techniques à tendance spirituelle, qui sont de fantastiques outils de connaissance intuitive, des clefs pour l’élargissement de la conscience. Ce n’est certes pas sans raison que l’adjectif « divinatoire » provient de « divin », ces techniques ne doivent donc pas être prises à la légère.

Au sommaire La bibliomancie  -  le carré de Venus  -  les dominos  -  la géomancie  -  les nombres et la kybomancie  -   le Mah-jong  -  les runes   -  la main de Fatima  -  le Fal Namech  -  le Mo  - 

 

AU    DELÀ

BERNARD   MARILLIER

Edition PARDES

 2000

Le problème de l’existence d’un au-delà a toujours été au centre des préoccupations  métaphysiques des hommes, soit individuellement, dans la mesure où la croyance en la survie fût perçue, le plus fréquemment, sous la forme de l’immortalité du corps ou le plus souvent, de l’âme, soit collectivement, dans les croyances religieuses et les pratiques , rites et mythes des divers peuples et cultures.


Notre propos n’est pas ici, de discuter l’existence ou non de cet au-delà. Nous posons clairement la réalité téléologique de cet outre-monde et la possibilité qu’il puisse interférer avec le monde des vivants, futurs habitants de cet au-delà. Celui-ci est en fait, un double, précisément, une réalité «  plus outre » au «  monde là ». Loin d’être vide, mort, si l’on peut dire, l’au-delà est, au contraire, rempli d’une infinitude de vies et d’êtres spécifiques.


Dans ce livre, l’auteur nous invite à un voyage singulier, parfois inquiétant ou angoissant, qui nous fera découvrir, d’abord, les diverses conceptions que les peuples se sont faites  de  l’au-delà, puis les diverses catégories d’êtres y résidant, ainsi que certains des phénomènes en émanant parfois. Cette visite n’est qu’un examen, l’état des lieux d’un monde qui sera un jour le nôtre.

 

AURA, MON ÂME SŒUR 

MARC LEYSSENNE

Edition  MARALEGSANNE

 2009

Cet ouvrage  est le fruit  de mon expérience  vécue  depuis  de nombreuses années en France, ainsi que  dans de nombreux pays à travers le monde.


Après avoir photographié, analysé, et interprété des milliers de rayonnements d’auras du nouveau-né de quelques jours jusqu’au dernier moment de vie et même pendant quelques instants après le décès ; avoir expérimenté des situations les plus diverses des états d’êtres intérieurs, des modifications de pensées volontaires, les rayonnements des couleurs des auras m’ont à ce jour beaucoup appris sur l’évolution positive de la conscience humaine et ce quelque soit le pays où l’on vit.


De nombreux échanges et expériences avec d’autres scientifiques, chercheurs, médecins, thérapeutes…. ont confirmé mes propres constatations et j’ai pu comprendre le fonctionnement des différentes énergies subtiles, qui entourent le corps humain.


Au travers de ce livre, vous accéderez à la connaissance du fonctionnement de vos champs d’auras  et à l’explication de leurs couleurs.

 

AYURVEDA   -      B.A- BA

GERARD EDDE

Edition PARDES

 1999

L’Ayurvéda constitue l’un des systèmes naturels de santé les plus anciens et les plus riches au monde. Issue de l’ancienne sagesse de l’Inde exprimée dans les Védas, la « science de la vie » ou Ayur-Véda considère avec précision les facteurs de santé ou de maladie, tant dans le domaine physique que dans celui de l’esprit.


Ce livre sur l’Ayurvéda propose un vaste panorama de la Sagesse de l’Ayurvéda, de la découverte de nos tendances pathologiques aux mesures naturelles de prévention et de thérapie :


Evaluation de notre constitution selon les trois humeurs biologiques
Connaissance de la meilleure alimentation pour chacune des 8 constitutions
Evaluation et thérapie naturelle de la toxémie, source de toutes les maladies
Emploi des moyens simples d’élimination pour prévenir l’installation de troubles de santé
Utilisation de plantes courantes de santé, ainsi que de formules plus élaborées

 

Pour la première fois en français, description de quelques Marmas ayurvédiques, ces points d’acupunctures découverts par l’ancienne civilisation de l’Inde Tableaux de correspondances entre l’Ayurvéda et l’ancienne astrologie de l’Inde pour connaître nos tendances énergétiques


L’Ayurvéda préserve un héritage tellement important qu’il peut apporter des outils à tous les amateurs ou professionnels des méthodes de santé naturelles : homéopathes, acupuncteurs, naturopathes, pratiquants du Yoga ou des arts énergétiques chinois. L’auteur a puisé aux sources traditionnelles de l’ayurvéda les plus sûres en Inde et au Népal dès 1981, date de son premier ouvrage sur le sujet.

 

Au sommaire de cet ouvrage :

 

Introduction à l’Ayurvéda  -  les 5 éléments  -  La digestion : Pivot de l’Ayurvéda  -  la diététique des trois Doshas   -  La Toxémie dans l’Ayurvéda  -  Evolution des maladies  -  Phytothérapie ayurvédique  -  Thérapie minérale  -  les points vitaux  -  Ayurvéda et astrologie de l’Inde  -   Mantras   -   Quelques noms de thérapeutes célèbres  ou fondateurs de l’Ayurvéda : Sri Dhanwantari, considéré comme le fondateur de l’Ayurvéda -  Gargya,  Nimi, Kankyana, célèbres thérapeutes et surtout Nagarjuna figure emblématique et mythique, considéré comme un philosophe bouddhiste, un tantrique, un médecin et un alchimiste

B

B.A-BA    DE  LA   COLORTHÉRAPIE

MAURICE    CHAVELLI

Edition  PARDES

 2003

La colorthérapie est l’art de soigner avec des couleurs. Cette thérapie, peu connue, est à la fois simple, belle, efficace et à la portée de chacun.


La première partie, théorique, vous dévoilera, à l’aide d’un outil conceptuel novateur, les secrets des couleurs qui, au-delà de leurs valeurs symboliques, possèdent chacune une fonction précise, tant sur le plan physiologique que thérapeutique. La seconde partie vous expliquera, de façon très concrète, comment vous pouvez mettre en œuvre la colorthérapie avec des moyens simples, peu coûteux, et très accessibles. Toutes les techniques classiques sont abordées, de la projection des couleurs jusqu’à leur visualisation, et un chapitre entier est consacré à la réflexologie colorée.


Entrez sans hésiter dans le monde merveilleux des couleurs qui vous éblouira de ses irisations et vous donnera les clefs de la santé.

La colorthérapie est une méthode d’harmonisation et d’aide à la guérison naturelle des maladies par les couleurs. Les couleurs correspondent à des vibrations ayant des vitesses, des longueurs d’ondes, des rythmes différents. Les couleurs exercent une influence physique, psychique et émotionnelle dont nous ne sommes généralement pas conscients et permettent à notre énergie vitale d’atteindre un état facilitant grandement l’auto-guérison.

Que nous apportent les couleurs...

Le BLANC stimule les neurones : Le blanc possède une action énergisante.
Ses pouvoirs bactéricides et tonifiants sont depuis longtemps reconnus. Ce n'est donc pas un hasard si la plupart des hôpitaux ont opté pour cette couleur. Cette dernière est également très présente dans les bureaux car, outre la sensation de propreté qu'elle procure, elle stimule intellectuellement les occupants et les rend plus productifs. Le blanc est donc parfaitement adapté à certaines pièces de la maison où les occupants sont amenés à être actifs, telles que le salon ou la cuisine.

Le ROUGE rend amoureux : Très stimulant, le rouge possède des pouvoirs antiseptiques et cicatrisants. Selon les scientifiques, il peut aider à soigner l'anémie, le lymphatisme et la timidité. Il est déconseillé de couvrir les murs d'une chambre à coucher rouge, car les insomniaques, pourraient avoir du mal à dormir ou souffrir de sommeil agité, en revanche, compte tenu de son action tonique, il est intéressant de prévoir une touche de rouge, grâce à un objet ou un tableau par exemple, car il présente des propriétés aphrodisiaques…

Le ROSE combat le stress : Il combat le stress, le pessimisme et l'inquiétude, d'où l'expression « voir la vie en rose ». Mais les colorthérapeutes (qui soignent par les couleurs) déconseillent d'utiliser cette seule couleur dans un lieu de repos. Car le rose est également un excitant, cependant en moindre proportion que le rouge. La chambre rose des petites filles est donc, selon la science, une véritable hérésie ! Loin d'être des modèles de sagesse tout droit sortis d'une comptine pour enfants, elles risquent de devenir hyperactives.

Le JAUNE lutte contre la déprime : Le jaune est une couleur tonique, mais non excitante. Cette couleur est parfaitement adaptée aux personnes sujettes à la déprime car elle apporte de l'énergie et facilite les échanges et la communication. Le jaune peut donc être utilisé dans un salon, une salle de réunion, voir dans la chambre à coucher d'une personne déprimée, à condition de ne pas faire la couleur unique de la pièce. Associez-le à du bleu, du vert ou du violet.

L'ORANGE aide à la digestion : Toujours dans la catégorie des tonifiants, l'orange est considéré comme un antispasmodique. Les colorthérapeutes lui confèrent des vertus de stimulation cardiaque et de la thyroïde. L'orange aiderait également l'organisme à mieux digérer. Cette couleur chaude est donc conseillée dans les cuisines, si vous prenez vos repas dans ces pièces, ou dans la salle à manger.

Le BLEU détend l'atmosphère : Le bleu est réputé pour ses effets sédatifs et antispasmodiques. Il combat les fièvres et tonifie le système nerveux. Couleur préférée des Français, il est idéal dans une chambre. En revanche, il risque d'avoir un effet un peu trop anesthésique dans une pièce à vivre comme le salon ou le bureau. Dans ce cas, il est bien de le combiner avec d'autres couleurs plus toniques, comme le rouge, le jaune ou le blanc.

Le VERT apporte la sérénité : Le vert calme l'esprit, revitalise l'organisme tout en donnant une sensation de sérénité. C'est une couleur qui est souvent utilisée par les hypnotiseurs en préparation à une séance afin de mettre la personne en confiance. Cette couleur de l'harmonie et de l'espoir est parfaite dans les pièces où l'on souhaite plus de fraîcheur et de lumière, mais surtout dans une chambre à coucher car il favorise le sommeil réparateur.

Le VIOLET calme les insomnies : Cette couleur combat l'insomnie et calme les excitations nerveuses. Imaginez que le simple fait de redorer votre chambre à coucher en violet pourrait vous aider à retrouver un sommeil de bébé… Cela laisse rêveur, non ? En plus, selon les colorthérapeutes, le violet lutte contre toutes formes d'intoxication et contre les problèmes articulaires.

 

BOLS CHANTANTS   EXCEPTIONNELS

DICK DE RUITER

Edition BINKEY

 2003

Ce  petit  livre comprend un livret explicatif et un CD, présentant  16 magnifiques échantillons du son de bols  chantants, de gongs asiatiques et cloches rituelles, joués dans une perspective méditative et thérapeutique. Le  livret comprend des informations générales et explique comment les bols chantants et les gongs, sont devenus des instruments de soins et de méditations en Extrême-Orient et  dans de nombreuses  parties du Monde.

 

Les bols chantants  sont une divine exception dans le monde de la musique et du son,  ils entrent en résonance avec notre  structure corporelle  autant qu’avec notre âme.

Apprendre à faire chanter le bol en le faisant tourner

 

Le bol posé entre vos cuisses et sur vos mollets, faites le tour du sommet du bol avec le maillet. Tout d’abord, rien ou presque ne sortira, aucun son autre que celui que dégage le frottement du maillet sur le métal. Continuez à tourner, sans précipitation. Bientôt, un son se dégagera, plus fluide. Le bol commence à chanter. Tournez encore, cherchez à entretenir ce son.

Vous vous rendrez rapidement compte que pour l’entretenir, vous devez vous soumettre au rythme qu’il vous impose. Aller trop vite ne fera que créer des sons parasites, fera sauter le maillet, troublera la pureté du son qui se dégageait. Allez trop lentement causera la mort du son, tout simplement. Vous n’avez donc pas le choix, vous devez trouver ce rythme particulier qui correspond au bol, à son diamètre, à l’épaisseur de sa paroi, à la matière dont il est fait et à celle dont est fait le maillet.

Concentrez-vous sur ce son qui naît de votre mouvement, tâchez de le rendre de plus en plus pur, d’éliminer les variations, les fluctuations de l’émission. Cela vous demandera une attention totale à ce que vous faites. Vous devrez garder votre concentration tournée vers la pureté du son. Toute perturbation de votre attention causera une perte du rythme du mouvement et la pureté du son en sera troublée.

Le bol chantant ainsi utilisé est alors un outil pour apprendre à tourner toute son attention vers un but unique, pour cesser de papillonner, de sauter d’une idée à l’autre. En apprenant à vous concentrer, vous pouvez donner naissance à un son d’une pureté qui vous impressionnera. En apprenant à vous soumettre à son propre rythme, vous pourrez le faire naître puis l’entretenir. Il vous faut alors renoncer à votre volonté. Ce n’est pas ce que vous voulez qui crée le son, c’est ce dont il a besoin. Renoncer à vouloir vous permet alors de créer sans que vous ne perdiez rien. C’est là une belle leçon que vous pouvez utiliser comme sujet de méditation : votre volonté (tourner plus vite, tourner moins vite), n’est que destructrice ou stérile, accepter de donner au bol ce qu’il nécessite est créateur. Il s’agit de trouver ce juste milieu qui donnera naissance au son.

Il est également possible d’utiliser le bol chantant en le frappant, d’un seul coup, et en le laissant chanter. Concentrez-vous sur le son qui se dégage alors du bol. Un coup unique suffit à créer un son extrêmement riche. Nul besoin de le frapper encore et encore. Le son se développe, évolue, envahit l’espace et l’occupe d’une manière particulière en fonction de la manière dont vous tenez le bol (sur votre main, sur votre jambe, à l’envers sur trois ou quatre doigts), de la pièce où vous vous trouvez, de la façon dont vous avez frappé, de la matière du maillet, etc. Le son est riche, il s’offre à vous et reste pourtant presque insaisissable parce qu’il varie à chaque instant. Détournez-vous un seul instant du son et vous perdez le fil, vous vous heurtez à un son qui n’a plus rien à voir avec celui que vous entendiez pourtant quelques dixièmes de secondes auparavant. Vous ne pouvez que le saisir de façon très partielle mais cela ne vous empêche pas de l’envisager, de l’entendre malgré tout, presque paradoxalement. Un seul coup a suffit à créer un petit monde sonore qui profite de l’espace et du temps, vous n’avez pas eu à réitérer la frappe pour que le son se modifie.

 

BOLS   CHANTANTS

E.  RUDY   JANSEN

Edition BINKEY KOK

 1990

Avec le flux de réfugiés qui ont quitté le Tibet, suite à l’invasion de leur pays par la Chine, s’est développé en occident un courant parallèle d’intérêt pour une série de phénomènes pratiquement inconnus jusqu’alors chez nous.

 

Les bols chantants, appelés aussi « bols Tibétains » ou « bols Népalais », sont un de ces objets dont le son envoûtant fascine les occidentaux. Nombreux sont ceux qui, ayant assisté à des concerts ou massages sonores, à l’aide de ces bols de résonnance, commencent à découvrir les diverses possibilités, les applications et les vertus de ces vibrations. Néanmoins, ces bols restent une énigme. Tant d’hypothèses et de fables circulent sur leur origine et leur fonction rituelle ! Quant aux habitants de l’Himalaya, ils se drapent généralement dans un mutisme farouche, mais souriant, dès que vous abordez le sujet.

 

Ce  livre ne prétend pas être complet, ni apporter la « vérité » sur la question, il se veut plus modestement un inventaire des diverses opinions, croyances et explications de manière à guider le lecteur dans sa démarche, lui apporter les bases nécessaires pour acquérir « son bol chantant »,  et mettre en application les différentes techniques.

 

Pour la rédaction du présent petit guide pratique, consacré aux bols chantants, l’auteur a eu la chance de pouvoir profiter de l’expérience et des connaissances d’un petit nombre de spécialistes, qui, bien avant que ce phénomène n’acquière la renommée dont il jouit aujourd’hui , se sont plongés dans les mystères du fonctionnement du son et des ondes vibratoires et de la technique d’utilisation des bols chantants . Pour cette  raison, malgré ses limites, cet ouvrage est unique en ce qu’il rassemble des informations jusqu’ici morcelées et fragmentaires.

C

cet au-delÀ qui nous attend

Jean prieur

Edition LANORE

 1974

Il y est question d’immortalité, de l’esprit, des auras, du corps métaphysique de télépathie, de dédoublement, des spirales du cortex, des rêves et des songes, des lois universelles, animus et anima, et du Christ universel. 

 

Existe-t-il une conscience ou une vie après la mort ? Peut-on communiquer avec les morts ? En principe, pour un être humain, la mort ne signifie pas la fin, mais seulement le passage dans un autre monde généralement nommé « au-delà », parce qu’il se trouve au-delà des capacités de perception de nos sens physiques. Lorsque l’âme humaine se détache du corps terrestre, la conscience s’en sépare également. Au cours de ce processus et peu de temps après, l’être humain décédé se trouve encore à proximité de son environnement terrestre habituel. C’est pourquoi il fait lui aussi l’expérience de nombreux événements qui se produisent ici. Il peut également percevoir les intentions et les pensées des personnes restées sur Terre et auxquelles il était lié. La mort constitue la naissance dans le monde de matière subtile. Cette naissance est vécue la plupart du temps de façon agréable. Dans les récits de mort imminente, on rapporte souvent que des parents déjà décédés sont là pour accueillir l’âme et lui permettre de « passer le seuil » plus facilement.

 

Après une période de transition, chaque personne décédée accède à un environnement de l’au-delà qui correspond exactement à sa propre vie intérieure, c’est-à-dire au monde qu’elle a formé par ses pensées et ses intuitions. On pourrait dire que ce qui, sur Terre, constitue le monde animique intérieur devient, après la mort, l’environnement extérieur réel. On pourrait également dire qu’il existe différents plans dans l’au-delà. C’est toujours l’état de notre âme qui détermine ce qui nous attend après la mort et le milieu dans lequel nous pourrons poursuivre notre évolution spirituelle. Nous préparons donc nous-mêmes notre « ciel » ou notre « enfer ». Il est possible d’établir une liaison avec les êtres qui sont passés dans l’au-delà, au moyen des rêves, mais aussi par la pensée consciente. On peut donc aider une personne décédée qui nous était chère en la soutenant par de bonnes pensées afin qu’elle poursuive son cheminement.

 

Quand on sera soi-même décédé, il se peut qu’on ait la possibilité de revoir une personne défunte de laquelle on se sentait intérieurement proche ; cependant, c’est finalement l’état de l’âme de cette dernière qui déterminera dans quelle mesure il sera possible de cheminer à nouveau ensemble. Depuis longtemps, on tente de se mettre en rapport avec les personnes décédées par l’entremise de médiums ; cette pratique est cependant à déconseiller, car il existe trop d’incertitudes relatives à ce type de contacts, et des efforts destinés à établir une liaison à tout prix peuvent engendrer des liens animiques contraignants et des problèmes de nature psychique.

 

La peur de la mort est largement répandue, car ce sujet est généralement considéré comme tabou dans notre société ; par conséquent, l’individu reste seul avec ses pensées. En outre, l’image matérialiste du monde qui prédomine de nos jours accentue ce type de craintes. Si l’on croit que l’être humain est uniquement son corps, c’est-à-dire un assemblage de chair, d’os et de cellules cérébrales, il est naturel de se demander ce qu’il peut en rester quand tout se décompose après la mort.

 

Cependant, lorsqu’on examine de plus près l’hypothèse que l’homme soit uniquement son corps, on découvre qu’elle n’est pas fondée. Le simple fait de posséder un « monde intérieur » ou une « vie intérieure » (nous pouvons, par exemple, aimer ou ressentir la beauté) contredit cette idée. Tout ce qui est intrinsèquement humain n’est pas matériel ; pensez à votre conscience et à votre faculté cognitive. Votre conscience, ou votre « moi », ne change pas avec les cellules corporelles, elle ne vieillit pas ; elle accomplit plutôt son propre processus de maturation et d’évolution à partir des expériences que vous faites au cours de votre vie. C’est d’ailleurs dans ce processus de maturation de la conscience que repose le sens de la vie, et ce processus ne s’arrête pas avec la mort physique.

 

Premièrement, il faut faire la distinction entre la « mémoire » (l’unité d’entreposage plus ou moins développée ou intacte, qui se trouve dans le cerveau) et le « souvenir » (une expérience faite par l’âme et qu’il est possible de « consulter » consciemment au moyen de la mémoire). Perdre la mémoire ne signifie pas perdre ses souvenirs et encore moins sa conscience. La faculté de se souvenir est une capacité de nature animique et spirituelle qui, en tant que telle, n’est pas en relation avec le seul cerveau physique. L’âme immatérielle, et avec elles la conscience continuent d’exister après la mort. La croyance en une survie après la mort peut donc devenir une ferme conviction si l’on approfondit des idées de cet ordre et si on les rapproche de ses expériences personnelles. Par conséquent, il serait bon de ne plus considérer la mort comme un sujet tabou. Alors, les nombreux récits d’expériences avec l’au-delà consignés depuis des décennies par les chercheurs au cours de leurs travaux sur la mort, ou encore les descriptions données par les personnes qui se souviennent clairement d’une vie passée, bénéficieraient peut-être d’une plus grande considération au sein de notre société.

  

CHIROMANCIE - comment on lit dans la main – premiers ÉlÉments de chiromancie

papus

Edition DANGLES

 1968

Avec cet ouvrage, l’effort de mémoire n’est plus nécessaire : on lit tout de suite dans la main, à l’aide de règles si simples et si évidentes que, comprises dès la première lecture, elles restent gravées dans la pensée.


Vous y trouverez les quelques notions de chirologie indispensables, qui vous permettront de discerner d’un seul coup d’œil, les tendances, goûts, penchants et inclinations de toute nature, des gens à qui vous avez affaire, dans la vie privée comme dans la vie extérieure.


Un examen plus poussé vous indiquera les aptitudes et les prédispositions de chacun, les faveurs du destin, les éventuels revers, les indices de la réussite, de longévité, de maladies ou de risques possibles.
D’autre part, cet ouvrage constitue l’indispensable base pour ceux qui se proposent d’étudier à fond la chiromancie.


Plus de 50 illustrations éclairent ce texte, et le rendent assimilable à tous, en quelques heures.

 

CHIROMANCIE - l’art de lire la main

J.M. morgan

Edition  DELTA

 1975

La main n’est pas seulement la partie du corps humain qui termine le bras et qui sert à la préhension des corps et au toucher, elle est l’organe de nos contacts concrets avec la vie réelle. Il y a des mains abattues, des mains neurasthéniques, comme il y a des mains gaies, des mains agiles, des mains nerveuses et des mains mélancoliques. Certaines mains sont tendres et voluptueuses ; d’autres encore pleines d’énergie…


Des savants ont présenté la main comme l’organe du toucher par excellence. Elle n’est pour d’autres que l’organe essentiel du tact. Les deux définitions peuvent être admises comme vraies ; d’ailleurs elles se complètent.


La coloration et la finesse de la peau de la main sont des coefficients psycho-physiologiques de tout premier ordre. Le toucher de la peau peut indiquer rapidement et facilement l’occupation, le métier du sujet examiné et plus encore nous révéler la forme de sa sensibilité.

 

Les lignes de la main changent : elles ne sont pas fixes mais, si leur topographie n’est pas définitivement établie, on peut se guider quand même selon leur conformation générale et surtout leur aspect. Â cet égard, il est important de rappeler que ces lignes existent dès l’origine de la vie. En outre, leur interprétation fut connue, au moins en partie, dès l’Antiquité. Outre ces lignes, tout a un sens dans la main : son aspect général, la forme, la longueur, l’épaisseur des doigts, la paume, les monts, etc. De nombreuses illustrations de ce livre, indépendamment des croquis techniques, permettront d’en prendre conscience, s’il en est besoin.


De très nombreuses photos agrémentent ce livre.

 

chiromancie – les mystÈres de la main

a. desbarolles

Edition QUENTIN

 1879

Ami d’Eliphas Lévi (l’Abbé Constant), Desbarolles  reconnut le rôle très important de ce dernier dans ses premiers pas et dans 30 orientations vers la chiromancie. Il fut le spécialiste de l’époque pour les prédictions à partir de l’étude de la main.

 

Il développa le concept de «chirognomonie» (analyse de la forme de la main) et fit de la chiromancie une science à part entière avec un mélange, d’astrologie, d’astronomie, des planètes, de la science d’Hermès, des qualités et des défauts de chacun, des formes géométriques, de la Kabbale, des anciens mystères, des énergies et des vibrations. Il développa et expliqua le côté magique et mystérieux de la main.

Son origine remonte à la nuit des temps, les Anciens pensaient que l’aspect physique de l’homme est « L’image et la reproduction matérielle, le signe visible de sa nature intime ». En France, c’est Adolphe Desbarolles (1804-1886) qui a redonné ses lettres de noblesse à la chiromancie avec son ouvrage : »Les Mystères de la main révélés et expliqués ».

Pour étudier une main, on commence par définir le type de main, avant de lire les différentes lignes de la main et d’observer les différents doigts et les monts qui leur sont associés. Les divers types de main : La forme de la main a une importance particulière, on a quatre grands types de mains qui correspondent aux quatre éléments, en Occident : FEU, AIR, TERRE, EAU.

Si la paume de la main est :

Plutôt carrée et les doigts longs : c’est une main d’AIR ou intellectuelle.

Plutôt carrée et les doigts courts : c’est une main de TERRE ou pratique.

Plutôt rectangulaire et les doigts longs : c’est une main d’EAU ou sensitive.

Plutôt rectangulaire et les doigts courts : c’est une main de FEU ou intuitive.

La main intellectuelle ou main d’AIR : Elle est caractérisée par des doigts longs et une paume carrée, souvent sillonnée de nombreuses lignes fines. Elle est le signe d’une personnalité démonstrative, affectivement stable et dotée de curiosité intellectuelle. Quand on serre une main d’AIR, elle est souvent chaude et humide. Comme en astrologie, avec l’élément AIR, les professions à envisager sont toutes en rapport avec la communication, l’intellect, les écrits : écrivain, professeur, journaliste, tous les métiers issus des écoles de commerce, astrologue…

 

CHIROMANCIE  - la main

Roger parisot

Edition PARDES

 2005

L’homme est-il intelligent parce qu’il a une main, ou a-t-il une main parce qu’il est intelligent ? La question opposait le présocratique Anaxagore de Clazomènes au post socratique Aristote.  En fait, il y a entre la main et la nature de l’homme une relation essentielle ; et la main caractérise autant l’Homo faber que l’Homo sapiens. C’est ainsi que Paul Valery jugeait les mains de l’homme « égales et rivales de sa pensée ».


Sans doute, la main est-elle, du corps humain, la partie la plus riche en signifié symbolique. Elle représente le pouvoir et le commandement. Le pouvoir divin, d’abord, et le petit Eliacin, dans l’Athalie de Jean Racine, dit être un orphelin : « Entre les mains de Dieu tombé dès ma naissance. » Puis, le pouvoir royal et ses droits régaliens, que figure emblématiquement la « main de justice ». L’autorité cléricale, enfin, qui transmet sa bénédiction par l’imposition des mains.


L’universelle distinction entre la droite et la gauche – directus et sinister, en latin – les concerne évidemment ; et leur rôle socioculturel est marqué, chez nous, par l’opposition et la complémentarité, héritées de la Kabbale, entre le côté gauche – celui de la rigueur – et le côté droit – celui de la miséricorde – de l’Arbre séfirotique, c’est-à-dire des attributs de Dieu.

 

Ainsi, le Christ sera dit la « main droite de Dieu ». En Chine, la main droite indique la voie de l’« agir », la gauche, celle du « non agir » (wou wei) ; mais il faut penser qu’il s’agit de la contemplation, réputée plus efficace que l’action.

 

En Inde, le tantrisme de la main droite est celui de la méditation, et le tantrisme de la main gauche est celui de toutes les transgressions divines, royales, sacerdotales, les mains sont aptes à toutes les conduites rituelles : elles bénissent, consacrent, ordonnent, enseignent, guérissent. Artisanales, ouvrières, laborieuses, elles manient l’archet, le pinceau, la plume, le ciseau, l’aiguille et tous les outils.

 

Les signes de leurs doigts, les lignes de leur paume, sont des langages codés, et elles ont leur mot à dire en maçonnerie, en héraldique et en alchimie. Elles inspirent des jeux, des contes, des films et forces locutions linguistiques.

 

Elles expriment l’homme tout entier, qui engage sa foi en prêtant serment en levant la main droite.

 

Au sommaire :

 

L’homme, la main, le cerveau  -   L’image des mains dans la préhistoire  -  Les mains divines, royales et sacerdotales  -  Position des mains et gestes des doigts  -  Les mains dans l’Islam  et dans le bouddhisme  -  Les mais dans la Franc-maçonnerie et l’héraldique  -  Les mains dans la chiromancie, l’alchimie, la magie et autres rubriques  -  Les mains dans les locutions et les proverbes  -  Les mains dans la littérature et le cinéma  -  Des mains, des poèmes et des chansons  -  La main et les jeux  -

 

COMMENT  SORTIR  DE  SON  CORPS

BERNARD  RAQUIN

Edition TRAJECTOIRE

 2007

LA  conscience n’est pas enfermée dans la chair. Elle peut voyager hors du corps. Le voyage astral permet l’exploration d’autres plans de la réalité, et la visite de royaumes inconnus. Ce phénomène naturel se produit spontanément en état de sommeil par exemple. Grâce à des exercices pratiques, vous pouvez vous entrainer à sortir de votre corps.


Dans ce livre riche en témoignage, l’auteur propose de nombreuses méthodes qu’il a lui-même, répertorié et pratiqué, au cours de son expérience professionnelle. L’auto-hypnose, le déplacement des sensations, des exercices particuliers de visualisations, permettent de sortir de son corps en toute sécurité, et d’y revenir.

 

Ce livre répond également à toutes les questions sur cette tradition méconnue, qui mérite pourtant notre attention.


Aujourd’hui, à l’époque du partage des connaissances, vous pouvez vous approcher des états connus par les grands visionnaires et les initiés du temps jadis, et ainsi favoriser par cette quête spirituelle, votre équilibre et votre sérénité.


On y parle :
Du corps éthérique, du corps astral, du dédoublement, du code de retour, de la concentration, des techniques préparatoires, la respiration, les couleurs, etc.

 

CRISTAL   ÉNERGIE

Monnica HACKL

Edition PARDES

 1994

Dans  ce livre clair et pratique, la naturopathe Monnica HACKL  décrit, pour la première fois en Europe, cette méthode étonnamment simple et efficace devant permettre à chacun de se débarrasser lui-même de petits problèmes  de santé.  La N.A.S.A a découvert les effets des cristaux de quartz en les testant sur le bien être des astronautes, au cours de missions difficiles. Les chercheurs se sont ainsi rendu compte de la difficulté qu’ils ont de réduire certains dysfonctionnements psycho-physiques. Ces recherches ont ensuite été développées jusqu’à la création de combinaisons de cristaux et de couleurs pouvant être appliquées comme moyens thérapeutiques contre différents maux.

 

Monnica Hackl explique ici les fondements scientifiques de l’impact de ces cartes de cristaux (« crystal-cards ») que chacun peut utiliser pour se débarrasser définitivement d’éléments perturbateurs tels que l’angoisse, le stress ou l’inquiétude, entre autres.

 

Il existe différents types d’énergies que la science a mis en évidence tels que les énergies de gravitation, thermique, électromagnétique ou nucléaire. Les organes des sens ne sont pas capables de reconnaître l’énergie magnétique par exemple. De même ils ne reconnaissent pas l’énergie subtile. Aussi pour se connecter à l’énergie subtile on peut par exemple utiliser un cristal de roche, qui a la possibilité de communiquer avec l’énergie subtile mais aussi avec l’homme par cette même énergie subtile.

Pour cela la personne initiée pourra programmer le cristal, lui donner des informations et en recevoir. Il sera alors possible d’intervenir sur l’énergie subtile d’une tierce personne pour réharmoniser un déséquilibre se traduisant par un excès de rajas ou de tamas pour rétablir satwa.

 

On peut donner plus d’une définition pour l’énergie subtile, en ce qui nous concerne on conservera l’idée de purusha et prakriti et le lien qui existe entre les deux pour que prakriti soit informée des intentions de purusha, et également que purusha puisse suivre l’évolution de prakriti. On a vu que l’une est l’autre ne pouvaient être dissociées et le liant entre les deux est cette énergie subtile, qui existe en plus ou moins grande quantité ou intensité. Cette énergie ne peut pas se manipuler de façon grossière, mais doit être manipulée à travers d’autres objets qui ont le même type d’énergie, tout comme le barreau aimanté peut travailler sur l’énergie électromagnétique, par exemple. Le niveau d’énergie subtile varie d’un objet à l’autre, chez l’homme elle est concentrée dans les chakras et elle est distribuée à partir de ceux-ci.

 


Chaque chakra est connecté à trois choses : un organe des sens, un organe d’action, une région du corps.

 

.
Par exemple, s’il y a une infection au niveau de la peau, il faut travailler au niveau de la peau en enlevant l’infection (niveau physique), mais aussi rectifier le niveau subtil (chakra anahata), et éventuellement aussi ajna.

Pour travailler sur les chakras il existe plusieurs méthodes : les méthodes spirituelles, les méthodes externes (pierres précieuses)

 

 
Les chakras sont des centres d’énergie subtile (et non physique au sens ordinaire) et cette énergie subtile a une origine spirituelle. De nombreux processus enseignés dans les méthodes de yoga sont donc appropriés pour soigner les chakras, comme par exemple la méditation. La méditation aide à rééquilibrer ajna chakra (restaurer sattwa) et permet d’apprendre à contrôler le mental, l’esprit. Dans la méditation on peut distinguer deux étapes principales. La première, indispensable, est la concentration (dharana). Habituellement, le mental part dans toutes les directions et il est constamment agité, très actif. L’étape de concentration consiste à garder le mental dans une seule direction. C’est un apprentissage qui peut être long. Une fois qu’on est capable de se concentrer dans une direction unique on va alors chercher à arrêter le mental sur un point, dans cette direction. C’est la seconde étape, correspondant à la méditation proprement dite (dhyâna). Il n’y a alors plus d’activité du mental. L’esprit est déconnecté de rajas et tamas, l’équilibre est atteint, ce qui se transmet à tout le corps physique favorisant ainsi sa guérison.

 

Ajoutées aux fleurs de Bach et posées sur les différents chakras, ces cartes peuvent apparaître comme de véritables remèdes contre bon nombre de maladies de l’homme comme de l’animal.

 

cristal d’Éveil

Dominique coquelle

Edition Trajectoire

 2003

C’est un livre pratique sur l’utilisation des cristaux et les différentes familles. Le quartz et le cristal de roche. Ces cristaux sont mis en parallèle avec la composition du corps humain, ses thérapies, l’œuf aurique, l’alchimie spirituelle, l’utilisation du cristal dans la vie quotidienne.

 

L'auteur vous entraîne dans le monde magique du cristal de roche et de l'énergie. Il vous présente les différents types de cristaux (fleur, aiguille, générateur, tabulaire, cathédrale, fenêtre…). Ensuite vient le temps du choix de votre cristal selon votre goût : forme, taille, structure interne…, puis de sa purification avant usage. Vous voilà enfin prêt à vous en servir. Vous pouvez ainsi dynamiser de l'eau, des aliments, des plantes et même des animaux. Dominique Coquelle a donné de nombreuses conférences et séminaires sur l'Éveil spirituel. Depuis de nombreuses années, il se concentre sur l'étude des cristaux et sur leur rôle en thérapie, en radiesthésie, en géobiologie et leur utilisation comme support pour la méditation.

Les bols en cristal de quartz produisent un Son multidirectionnel qui fonctionne par résonnance vibratoire et permet de recouvrer un état d’équilibre et d’harmonie. Le chant des bols est un véritable massage sonore qui peut dissiper les blocages énergétiques, détendre en profondeur, libérer des tensions ou douleurs dans le corps et apaiser le mental et les pressions psychiques. Véritables vibrations thérapeutiques, ce chant spiralé coule en soi comme autant d’informations subtiles vers chaque cellule du corps. Tout est alors littéralement ré-accordé pour accéder facilement à la joie de vivre et à la paix intérieure. Les vaisseaux de quartz au service de la dimension cristalline Après les Âges de pierre, du feu, du bronze, du fer et des énergies fossiles, nous voilà rentrés depuis quelques décennies dans l’âge du cristal. L’électronique et sa carte à puce utilise les propriétés mémorielle et semi-conductrice du quartz pour engendrer notre civilisation virtuelle.

Les bols de cristal sont, évidemment, les instruments adaptés à ce nouvel âge pour un usage thérapeutique et spirituel du quartz et du Son. Leur pureté, leur puissance et leur beauté résonnent avec notre nature intrinsèque en tant qu’âme-Esprit : notre identité cristalline. En d’autres mots, cette Présence est présente au cœur du vivant. La fréquence cristalline au quotidien : Les capitaines de vaisseaux de quartz peuvent manier cette énergie de hautes vibrations pour leur usage personnel et professionnel. Pour clarifier les lieux de vie, créer des élixirs, dynamiser l’eau, il y a bon nombre d’usage avec ces merveilleux compagnons d’éveil. L’utilisation de la voix accordée à son bol, grâce à la syntonie, va offrir un champ d’expérimentation jubilatoire et profondément transformateur

Aussi petite qu’un pois, et de la forme d’une pomme de pin, d’où elle tire son nom, la glande pinéale est considérée comme étant un troisième œil, pour avoir la même structure de base de nos organes visuels. Jusqu’à il y a peu, on croyait qu’il s’agissait d’un organe atrophié, aux fonctions indéfinies, d’un œil non développé. Mais cela a néanmoins éveillé l’intérêt des scientifiques qui ont mis en lumière des fonctions en relation avec la physique et les phénomènes paranormaux… L’épiphyse neurale, ou glande pinéale, ou tout simplement pinéale, est une petite glande endocrine située à proximité du centre du cerveau. Nonobstant le fait que ses fonctions soient particulièrement discutées, il n’y a toutefois pas le moindre doute qu’elle joue un rôle important, tant au niveau de la régulation de ce que l’on appelle les cycles circadiens, que sont les cycles vitaux (principalement le sommeil), qu’au niveau du contrôle des activités sexuelles et de la reproduction.

Depuis René Descartes au XVIIe siècle, qui affirmait que l’âme humaine se situait en elle, la glande pinéale était considérée comme étant un organe possédant des fonctions transcendantales. Au-delà de Descartes, l’écrivain anglais écrivant sous le pseudonyme de Lobsang Rampa s’est dédié, parmi d’autres, à l’étude de cet organe. Les défenseurs des capacités transcendantales de cet organe le considèrent comme étant une antenne. La glande pinéale porte, dans sa constitution, des cristaux d’apatite. Selon une théorie, ces cristaux vibreraient en fonction des ondes électromagnétiques captées, ce qui expliquerait la régulation du cycle menstruel d’après les phases de la Lune, ou la capacité d’orientation des hirondelles au cours de leurs migrations (elles captent les champs électromagnétiques de la Terre). Chez l’être humain, elle serait capable d’interagir avec d’autres zones du cerveau comme, par exemple, le cortex cérébral qui serait capable de déchiffrer de telles informations. Une telle interaction serait moins développée chez les autres animaux. Cette théorie prétend expliquer les phénomènes paranormaux tels que la clairvoyance, la télépathie et la médiumnité.

Selon la vision ancestrale des hindous, c’est le principal organe du corps, possédant deux chakras (centres d’énergie) responsables du développement extra-physique, pour être des récepteurs et des transmetteurs de l’énergie vitale : le chakra du troisième œil, au centre du front au-dessus de la hauteur des yeux, et le chakra coronaire, bien supérieur, lui aussi situé dans la tête. Certains scientifiques ont constaté que, à l’image d’une antenne, la glande pinéale était capable de capter les radiations électromagnétiques de la Lune, les radiations électromagnétiques venues du soleil, et même d’éveiller la production de certaines substances neurotransmettrices, qui stimulent l’activité physique et mentale. C’est aussi la glande pinéale qui active la production des hormones sexuelles au début de la puberté, initiant ainsi le cycle de la reproduction humaine.

Et il y a encore d’autres fonctions particulièrement intrigantes en lien avec ce point situé près du centre du cerveau : la glande pinéale est capable de capter les champs électromagnétiques non seulement de cette dimension, dans laquelle nous vivons, qui est la troisième, mais aussi des autres dimensions de l’univers, permettant ainsi d’accéder aux champs spirituels et subtils. D’après la théorie des supercordes, dans le cadre de la physique quantique, il n’existerait pas moins de 11 dimensions différentes dans l’univers, et une communication entre elles serait possible.

En d’autres termes, la glande pinéale serait capable de détecter les dimensions invisibles aux yeux ordinaires, et ce petit radar serait lié aux phénomènes tels que la clairvoyance (voyance d’événements non encore advenus), la télépathie (communication au moyen de la pensée) et la capacité d’entrer en contact avec d’autres dimensions (médiumnité). La médiumnité étant une faculté de perception sensorielle, elle a besoin d’un organe qui capte et d’un autre qui interprète. L’hypothèse du Dr Sergio Felipe de Oliveira est que : « la glande pinéale est un organe sensoriel de la médiumnité, semblable à un téléphone portable, qui capte les ondes du spectre électromagnétique, provenant de la dimension spirituelle, le lobe frontal procédant au jugement critique du message, avec l’aide des autres zones encéphaliques ».

 

CRISTAL MANUEL PRATIQUE DU CRISTAL

Clémence Lefèvre

Edition Exclusif 

 2007

Ce livre nous invite à voyager dans le monde magique du cristal. Il en présente toutes les possibilités d’utilisation. L’étude des civilisations anciennes (celte, chinoise, égyptienne, indienne, amérindienne…), nous prouve que le monde minéral a toujours été une source d’inspiration, de guérison et une voie de sagesse pour les anciens.

Les cristaux présentent en effet des qualités merveilleuses, c’est ce que nous explique l’auteur dans cet ouvrage résolument pratique et largement illustré en couleur. Vous allez découvrir le Cristal générateur et régénérateur qui vous dynamisera en quelques minutes. Comment mieux dormir, devenir plus calme en toutes circonstances avec le cristal bi-terminé ; voyager dans les autres dimensions avec le cristal laser, ou encore retrouver tonus, force et énergie grâce à l’élixir de cristal

L’auteur nous explique aussi pourquoi avoir un cristal dans sa poche peut être aussi utile que son trousseau de clés. Mille autres choses sont possibles avec le cristal : purifier l’eau, dynamiser les boissons, les aliments, les légumes, donner force et vigueur aux enfants, à vos animaux de compagnie, rendre plus aimables les gens à votre égard.

A titre personnel, vous l’utiliserez pour réactiver tous vos centres nerveux de façon à obtenir une bien meilleure forme physique. Avec le chapitre consacré à la cristallothérapie, vous mettrez en œuvre les techniques destinées à masser et stimuler les points du corps, apaiser, nettoyer et redynamiser toutes les fonctions vitales. Ce manuel pratique du cristal est un guide simple et complet, précis et bien argumenté, destiné à celles et à ceux qui s’intéressent aux innombrables vertus du cristal de roche et qui veulent en exploiter tous les bienfaits.

Au sommaire de cet ouvrage :

Une énergie naturelle et radiante

Volition, Visualisation, Méditation et Relaxation

La purification et la programmation du Cristal

Le Cristal : Médecine de l’habitat

Cristal et ondes de formes, traitement par radiation

Traitement par l’élixir de cristal

Différents usages de la boule de cristal et lire dans la boule de cristal.

L’auteur Clémence Lefèvre est une spécialiste des pierres et des minéraux, elle travaille sur l’utilisation thérapeutique de ces minéraux.

 

crop circles – livre de l’annÉe 2007

Steve alexander

Edition TEMPLE PRESS

 2007

Belle et grande plaquette format A4 sur les divers Crop Circles apparus en 2007 dans divers pays. De superbes photographies aériennes en couleur, sur ces dessins mystérieux.

 

CROP CIRCLE OU CERCLES DE CULTURE – DVD – FILM

 

Edition Jupiter Communication

 2002

DVD de 50 mn sur ce mystère.


On trouve ces immenses dessins, appelée aussi agroglyphes, très complexes, « gravés » dans les champs avant les moissons. Depuis 1975 le phénomène s’intensifie dans le monde entier. On en compte déjà plus de 9000 ! Quels messages cachés apportent-ils ? Quelle influence leurs propriétés électromagnétiques a-t-elle ? À chaque nouvelle découverte, le mystère s’épaissit et les polémiques entre scientifiques, musiciens, mathématiciens, sceptiques et charlatans s’intensifient. D’éminents experts et scientifiques du monde entier vous soumettent la somme unique et exclusive de leurs recherches.


70 % de ces cercles sont localisés en Angleterre entre juin et août. À cette époque des milliers de visiteurs envahissent la campagne et malgré cela et les très nombreuses caméras thermiques installés, au petit matin les cercles sont là.  En 2007, 550 cercles ont été dénombrés, mais la science avance.

 

CROP   CIRCLE   2008- 2009  -   FILM  DVD

STEVE  ALEXANDER

EDITION   TEMPORY TEMPLE

 2008

2 Superbes  DVD  sur ces fameux « cercles dans les champs de blé », qui se forment chaque année entre les mois de Mai et Août, surtout en Angleterre, et localisés dans le Sud prés de Stonehenge. Ces  DVD  sur les cercles de l’été 2008 et 2009, montrent de magnifiques  dessins, et tout cela avec des photos prises d’hélicoptère, sur une belle musique.


Alors ces dessins, sont ils des messages envoyés par des extra-terrestres ? Sont- ils des avertissements  de la dégradation de notre planète ? Est-ce des signaux amicaux venus de la 4e dimension ? Les plus grands spécialistes mondiaux qui sont sur le coup depuis des dizaines d’années sont très prudents, quant à la majorité des scientifiques, ils bottent en touche pour éviter de se prononcer, sur un sujet, pour le moment sans explication rationnelle.
Heureusement que quelques uns ont le courage de dire que ces signaux en forme de dessins sont envoyés par une autre civilisation, plus en avance que nous sur le plan technique et scientifique.


Un DVD de plaisir pour les oreilles et les yeux.

 

CROP CIRCLES – SIGNATURES COSMIQUES

 J.C. GENEL

Edition  LES 3 MONTS

 2007

Le phénomène des Crop Circles – Cercles de Culture – intrigue. Quelle est cette réalité qui se manifeste ainsi ? À côté d’une nécessaire approche analytique et scientifique, l’investigation spirituelle a sa place. Jean-Claude GENEL, avec les capacités peu ordinaires qui lui sont reconnues, explore plusieurs cercles de culture et nous rapporte de stupéfiantes observations et des explications éblouissantes.

 

Rien de définitif, bien au contraire, mais des pistes nouvelles ouvertes pour alimenter nos réflexions, élargir nos compréhensions, créer des espaces nouveaux en soi et répondre à ces « signatures cosmiques ». Place à notre intelligence ; place à notre imaginaire !

 

crop circles – signes & contacts

Colin andrews

Edition CAREER PRESS

 2007

D’après les statistiques, 50 % des apparitions des cercles sont des falsifications. Il en resterait tout de même un certain nombre dont l’authenticité peut se vérifier par une « empreinte magnétique résiduelle » dont la forme est semblable à celle d’un flocon de neige, une forme fractale…


Reconnu pour être le plus éminent spécialiste mondial qui soit sur ce phénomène, Colin Andrews nous entraîne dans un voyage à la fois mystérieux et instructif pour mieux comprendre cette formidable énigme.
Qui est à l’origine des milliers de dessins complexes retrouvés dans les champs de céréales du monde entier ? Ont-ils tous été réalisés par la main de l’homme ? Sont-ils des messages venus d’ailleurs ? Est-ce le résultat des derniers développements de la technologie Tesla des ondes stationnaires (utilisée par les satellites d’un quelconque gouvernement) ? Sont-ils des cris venus d’une planète en train de mourir ? Sont-ils des manifestations de la conscience humaine ?


Un code « paranormal » porteur d’un message pour l’humanité se cache-t-il derrière ces dessins ? Ces cercles sont-ils un avertissement d’un danger imminent ? Colin Andrews et Stephen Spignesi nous donnent un aperçu général du mystère des cercles et nous expliquent leur nature, leur origine, leur signification, les endroits où ils ont été découverts et évoquent aussi les gens concernés.


Superbement illustré, cet ouvrage explore les nombreuses théories soulevées par ce phénomène. Colin Andrews est considéré comme étant le spécialiste de ce phénomène. Il étudie les cercles depuis une vingtaine d’années, il est l’auteur de plusieurs best-sellers vendus dans le monde. Il a été le consultant scientifique pour le film « Signes », réalisé sur l’énigme des cercles avec Mel Gibson dans le rôle principal.

D

DAO   YIN     .  B.A- BA

GERARD  EDDE   

Edition PARDES

 2000

L’automassage du DAO YIN est une pratique millénaire d’auto- soin et de longévité. Avec forces détails ce livre décrit la méthode d’automassage du sage chinois LI CHING YUEN, à qui le New- York Times en 1913, attribuait une longévité de 250 ans. Cette méthode simple, agréable à pratiquer et très efficace est encore très populaire dans de nombreuses régions de Chine.

Au sommaire de ce livre :


Le mystère du QI - Enlever les blocages de l’énergie vitale, dus au stress - Dao Yin des yeux - Ouvrir le flux de l’énergie vers les quatre membres - Améliorer la digestion en ouvrant les méridiens du ventre- Tonifier les reins pour renforcer la vitalité et l’intellect - Massage subtil du « champ de cinabre - Masser les trois portes de l’énergie ancestrale - Frotter la plante du pied pour enlever les tensions et améliorer le sommeil - Le massage DAO YIN de santé peut être utilisé par tous , et aussi dans certains cas peut lutter contre : La fatigue , la mauvaise circulation , les troubles digestifs ,les insomnies , les névroses , 3e âge etc….

 

DE NOMBREUSE DEMEURES

Gina CERMINARA

Edition ADYAR

 1973

Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon père (St Jean 14-2). Et voilà le départ de ce livre qui nous entraîne dans les énigmes de la vie et de la métaphysique.

 

Dans cet ouvrage, Gina Cermina, Docteur en Psychologie, expose la clairvoyance médicale d'Edgar Cayce, qui fut surnommé "l'homme miraculeux de Virginia Beach". Elle reprend des cas typiques traités par Cayce: Ses diagnostics stupéfiants établis par clairvoyance sous hypnose apportent des éclaircissements sur deux grandes lois de la vie : la Réincarnation et le Karma

 

Un concept philosophique presque universel : En effet, cette croyance n’est pas une exclusivité de l’hindouisme. Les premiers chrétiens étaient ré-incarnationnistes avant que le Concile de Constantinople le remplace au IVe siècle par le concept de résurrection. Cependant, on note dans les premières pages de l'ancien testament que de nombreux personnages ont successivement vécu X années puis X autres années, et encore X autres années, au total tant d'années...Sans parler de Jésus, parlant de Jean Baptiste aux apôtres disant de lui que "auparavant, il était Elie" (Matthieu 17:12-13)ou encore dans l'Apocalypse (ch. 13 verset 10): "celui qui tue par l'épée, périra par l'épée".
Ces passages montrent qu'une sanction morale s'applique d'une vie à l'autre. Soufis –ésotérisme de l’Islam- et Bouddhistes adhèrent aussi à cette croyance.

Qu'est ce que la réincarnation ? Ce thème est ici abordé clairement en commençant par décrire les clairvoyances médicales et thérapeutiques d’Edgar Cayce, en montrant qu’elle peut être une explication aux énigmes et injustices de la vie. En gros, tout ce qu’on sème de positif ou de négatif au niveau de nos pensées, paroles et actions nous reviendra en faveurs ou au contraire en difficultés à affronter et à comprendre dans cette vie ou dans une vie future. C’est la loi scientifique que toute action entraîne une réaction.

Gina Cerminara va nous donner quelques exemples de karma physique, de karma suspendu, de karma psychologique rétributif, et nous montrer les incidences de cette notion dans les différents secteurs de notre vie : couple, éducation, travail. Elle explique aussi pourquoi cette notion philosophique est une excellente philosophie pour la conduite de notre vie

  

DIÉTÉTIQUE    -   B.A - BA

J.F  MAZOUAUD 

Edition PARDES

 2000

De tout temps, la nourriture a été une préoccupation majeure de l’homme. Dans nos sociétés occidentales, la diététique, ou science de l’alimentation, est une connaissance récente. A l’heure actuelle, les besoins de l’être humain sont bien connus, les aliments ont livré leur secret et leur composition est parfaitement maîtrisée.

 

Il est ainsi possible d’optimiser la ration alimentaire journalière de chacun, il devient même envisageable d’adapter celle-ci lorsqu’une pathologie contrarie le déroulement ordinaire des différents repas quotidiens.


Résolument pratique, ce livre sur la diététique décrit les différents besoins nutritionnels de l’homme, la composition des aliments, la ration adaptée à chaque âge de la vie et les conseils spécifiques en cas de maladie associée.
De surcroît, comme la diététique n’est pas une science exacte et que chaque être humain est unique dans ses réactions, ce guide passe en revue les autres facteurs qui peuvent influencer sa réceptivité face aux divers composants de l’alimentation, c’est l’approche énergétique de la nutrition.

 

Cet ouvrage peut être présenté comme une référence dans le domaine : il est à la fois complet et abordable par tous, il constitue un outil remarquable de culture générale, chaque individu étant concerné par sa propre alimentation  il permettra enfin, de clarifier une spécialité où la diversité des propos laisse la porte ouverte à certaines approches quelque peu insolites.

 

Au sommaire de cet ouvrage :

 

La diététique contemporaine  -  les besoins de l’organisme  -  besoins énergétiques, protidiques, lipidiques, glucidiques,  sels minéraux et oligo- éléments, besoins en vitamines, en eau et en fibres  -  classification des éléments  -  produits laitiers, carnés, féculents, végétaux, les matières grasses, les sucreries, les boissons, les additifs  -  les produits allégés  -  les édulcorants  -  les produits bio  -  lecture des étiquettes  -  les modes de cuisson  -  les rations  -  les répartitions  -   les menus selon les groupes de population  -   les enfants, les jeunes, l’homme de référence, les personnes âgés  -   les diverses pathologies  -  diabète  - hyperlipidémies  -  le sel  -  le transit digestif  -   la diététique énergétique  -   le Yin et le Yang  -  les saisons et les 5 éléments  -  les saveurs  -  étude des aliments en diététique énergétique  -  les cures alimentaires possibles  -   l’intérêt d’une cure  -  le jeûne  -  la monodiète  -   déterminer la typologie de la personne  - 

E

edgar cayce – le prophÈte

Jess stearn

Edition Québec-Amérique

 1975

En cette chaude journée d’août 1941, Edgar Cayce s’installe confortablement : dans un instant, il va s’endormir. Et pendant qu’il demeurera là, les yeux fermés, il parlera et prophétisera dans son sommeil… comme il le fait depuis longtemps déjà. Pour lui, cette journée n’a rien d’extraordinaire. Mais une demi-heure plus tard, quand il s’éveillera, il va lire sur les visages qui l’entourent une certaine appréhension. Qu’a-t-il donc prédit d’extraordinaire ? Cette fois-ci, il n’a pas simplement prescrit en rêve une innocente tisane contre le rhume ou la toux : il vient d’annoncer la destruction de plusieurs grandes villes américaines ! Los Angeles, San Francisco et New York seraient du nombre.


Le plus grand visionnaire que l’Amérique ait connu médite cette prophétie avec philosophie : dans sa clairvoyance n’a-t-il pas prédit déjà des conflits armés, des guerres, des révolutions ? Et tout cela s’est finalement vérifié.
Ses facultés supranormales lui ont permis de secourir des milliers d’individus. Pour lui, la vie est un cycle espace-temps éternellement renouvelé. Il croit que les épreuves qui nous sont envoyées font obligatoirement partie du plan de Dieu. Aussi accueille-t-il cette nouvelle prédiction avec un hochement de tête et un haussement d’épaules : « Quel commentaire ajouter ? J’espère m’être trompé. Mais jusqu’ici tout s’est toujours révélé exact. »
Ses perceptions extrasensorielles, il les doit à son subconscient et sans doute émanent-elles d’un Esprit universel, d’une âme du monde qui, depuis quarante ans, l’inspire et lui dicte ses révélations.

 

Par exemple :
Le Saint Laurent perdra sa source des Grands Lacs
New York et Los Angeles seront détruites
Les côtes du Japon s’abîmeront dans la mer

Farfelu ? Bon nombre des prophéties d’Edgar CAYCE, hélas ! se sont vérifiées. Mort en 1945, il avait prédit le meurtre du Président Kennedy. À des milliers de kilomètres de distance, il a effectivement guéri des malades que la médecine officielle jugeait incurables.

Jess Stearn livre l’histoire extraordinaire de ce phénomène parapsychologique dont les actes, même posthumes, mystifient depuis deux générations les savants du monde entier.

 

éliezer ou descente aux enfers

M. souchet-robert

Edition DU PRIEURE

 1995

L’expression « descente aux Enfers » peut réveiller des images un peu inquiétantes, car les Enfers sont synonymes de Tartare, de monde des Ombres, d’Au-delà. Mais le monde souterrain est aussi symboliquement le lieu des riches gisements, des passages de la mort à la vie (germination du grain de blé), des métamorphoses (chrysalide en papillon). La descente aux Enfers peut alors symboliser l’expérience initiatique : Vie – Mort – Renaissance. Dans le labyrinthe intérieur se trouve le trésor du « Soi caché », cet « étrange étranger » qu’est l’autre pôle de nous-mêmes.

 

Les rituels antiques et les thérapies modernes se révèlent frères du travail analytique sur soi-même. Tous les passages d’un état de conscience ordinaire à cet autre plus subtil, qu’on nomme « état second », nécessitent un passage par une mort symbolique (une descente aux Enfer) : « petite mort » de l’amour – coupure du « mental » dans la transe – changement d’état de conscience dans le rêve ou dans les états proches de la mort : agonie, NDE (Near Death Experience).


Parler de la mort comme d’un sommeil où l’on repose est tout aussi étonnant pour nous, hommes du XXème siècle, que pour les disciples de Jésus. Notre connaissance de la mort n’a pas progressé alors que le progrès scientifique permet d’explorer d’autres planètes. Les religions, les initiations aux mystères ont, soit disparu, soit choisi une voie rationnelle qui dissocie la foi de l’émotion ressentie au plus profond de la chair. Les représentations de la mort et de l’au-delà sont dévalorisées, les mythes sont morts, objets désormais de recherches ethnologiques.

L’angoisse de la mort est pourtant une des causes profondes de dépression, elle empêche de vivre ou, plutôt, elle empoissonne la vie de son goût de cendre. Néanmoins, en ce début de l’ère du Verseau, une nouvelle mythologie de la mort semble prendre corps autour des expériences ineffables des rescapés de la mort. Ils ont ramené de leur voyage une connaissance des frontières entre vie et mort. Depuis les années 70, des enquêtes, des associations recueillent leurs récits, d’abord en Amérique, puis progressivement un peu partout dans le monde. Toute une littérature désormais en rend compte. Telle que je l’ai conçue dans cet essai, la Descente aux Enfers sera une recherche sur la mort symbolique comme initiation à la mort réelle, à partit d’expériences vécues et de textes bibliques susceptibles de les éclairer. L’expression descente aux efforces est empruntée au langage initiatique. On la trouve aussi bien dans les religions anciennes que dans la tradition judéo-chrétienne.

Quant à Eliezer nom hébreu de Lazare, il signifie Dieu aide (El-ezer). Le texte du chap. XI de Jean m’a paru contenir une clef pour tenter de décrypter le mystère de la mort. Je l’ai donc choisi comme pivot autour duquel tourne ma recherche. Réellement mort quant Jésus est arrivé à Béthanie – son cadavre était déjà en décomposition –, Lazare a, d’après l’Évangéliste, été rappelé à la vie physique. Il a donc fait l’expérience de la mort, non pas symboliquement comme dans les initiations, mais bel et bien réellement. Qu’il revive, qu’il obéisse à l’ordre donné par Jésus et se relève de la mort, voilà qui semble supposer la continuité de l’être, quelque nom qu’on lui donne : Âme, double, ka, corps subtil, corps glorieux ou conscience…

Le récit de la mort de Lazare permet de relier l’expérience initiatique et la mort réelle : il autorise, en effet, à supposer que la mort n’existe pas comme fin, mais comme passage vers une transformation de l’être. De la Descente aux Enfers, on pourrait évoquer une multitude d’aspects. Les parcourir tous serait impossible. J’ai, du moins, essayé de choisir ne diversité suffisante pour créer des résonances. J’en cherche d’abord la trace dans les religions anciennes. Par contrepoint, je l’étudie aussi dans le chapitre XI de Jean, celui sur la résurrection de Lazare.


J’évoque ensuite son activité à travers trois expériences très différentes : analytique, amoureuse et cosmique. Les deux premiers thèmes sont mis en résonance avec une réflexion sur Job dans le premier cas, sur le Cantique des cantiques dans l’autre. Quant à l’expérience cosmique, c’est une étude comparée des transes traditionnelles et de la TTT (Transe-Terpsichore – Thérapie). - - L’Auteur –


Y sont développés : les E.M.I. (Expériences de Mort Imminentes), les initiations, l’expérience intérieure, le Cantique des cantiques, la transe, l’œuvre en blanc, en noir et en rouge, les communications avec l’au-delà, les rêves et la science de l’Au-delà.

 

ENVOÛTEMENT   -  B.A-BA

JEAN PAUL  BOURRÉ

Edition PARDES

2000

L’envoûtement est une constante que l’on retrouve dans de nombreuses civilisations traditionnelles. Sa survivance, à travers le folklore et les superstitions, montre la puissance de son enracinement dans la pensée magique ancienne (qu’il s’agisse d’envoûtement par le sang, par le regard, par les signes gravés, les conjurations, les remèdes miracles, l’invocation des esprits…).

 

 Le dictionnaire Robert donne de l’envoûtement cette définition : « Envoûter : Représenter une personne par une figure de cire, de terre glaise, etc. dans le dessein de faire subir à cette personne représentée, l’effet magique des invocations que l’on prononce devant la figurine ou des atteintes qu’on lui porte »

 

Le Larousse offre cette définition plus précise : « Opération magique, consistant le plus souvent à pratiquer des blessures dont la victime est censée ressentir elle-même l’effet. L’envoûtement fut l’une des pratiques les plus enracinées de la sorcellerie antique »

 

Envoûtements, maléfices et exorcismes (contre-envoûtement), appartiennent à l’une des voies royales du paganisme des origines : la médecine du transfert. Le sorcier utilise un support qui représente la personne à atteindre. Il évoque cette image, l’interpelle, la menace, essaie de l’influencer, de l’atteindre  en supprimant la distance, en rapprochant immédiatement la personne visée et sa représentation symbolique, ce qui fera écrire à Paracelse « Si on peint sur un mur une image à la ressemblance d’un homme, il est certain que tous les coups portés à cette image seront reçus par son modèle, car son esprit passe dans cette figurine peinte ».

 

L’envoûtement, que l’on retrouve dans de nombreuses civilisations, est dérivé de « la médecine de transfert » dont l’utilisation remonte à l’aube du paganisme. Le mécanisme est simple : le mal est considéré comme une entité en soi, et il peut être déplacé.

 

L’un des supports essentiels est la connaissance du « Nom ». La victime à envoûter doit offrir prise à l’opérateur, qui s’appuie sur une connaissance de son nom, ainsi que sur un support matériel ne représentant que le sujet lui-même, (photo ou statuette d’argile), car pour obtenir l’aide d’entités surnaturelles, il est également nécessaire de les nommer. Il faut également connaître les formules d’évocations magiques. A notre époque, ces sombres croyances ne reculent guère sous la pression du rationalisme. Elles sont porteuses d’une connaissance ancestrale, plusieurs fois millénaire. L’envoûtement est la survivance secrète d’une religion ancienne vaincue lors du triomphe du christianisme. Aujourd’hui chaque diocèse de France a son contre-envoûteur, son prêtre exorciste. Dans l’ancien testament Moïse condamne sans pitié ceux qui s’adonnent à la divination, mais lui-même pratique la magie, en combattant les prêtres de Pharaon avec son bâton transformé en serpent , bâton qui fera jaillir l’eau du rocher, il fera adorer le serpent d’airain, mais tout cela , il est vrai dans un but «protecteur»

 

Le moyen-âge, voulant continuer ces rites d’envoûtement, chercha et trouva le moyen de les continuer. Les divers peintres, graveurs et autres dessinateurs, continuèrent à graver des « sabbats » et des scènes « démoniaques » tout en les déclarant diaboliques et contraires aux lois de l’Eglise et de la vraie religion, ce qui en faisait un bon moyen de les pérenniser et de les évoquer sans subir les foudres de l’Eglise. Considéré comme une science maudite et luciférienne, l’envoûtement donne accès au monde secret où mages et sorciers ont, de tout temps, puisé leurs pouvoirs. Cette connaissance magique existait avant même les notions de Bien et de Mal.

 

Être intuitif

C. balance

Edition Recto- Verseau

 2000

Comment développer son intuition et apprendre à reconnaître cette petite voix intérieure accessible à tous, qui permet, si on l’écoute, de prendre les meilleures décisions, et de laisser surgir des réponses aux questions que l’on ne se pose pas.

Pour le philosophe allemand Schopenhauer, L’intuition est  la marque de fabrique de toutes les oeuvres de génie. Einstein, lui, la définissait comme une « sensation au bout du doigt » (fingerspitzengefühl). Pour vous et moi, elle est une petite voix intérieure qui conseille, une certitude fulgurante qui s’impose, ou encore une réaction corporelle plus ou moins intense. Les plus réceptifs d’entre nous prennent en compte leur intuition, les autres la refoulent ou l’ignorent. Même si son origine demeure mystérieuse, les neurosciences reconnaissent aujourd’hui qu’elle peut être un allié non négligeable pour nous faciliter la vie. Ni sixième sens magique, ni don réservé à quelques élus, l’intuition est une faculté à la portée de tous.

La capacité intuitive consiste à percevoir des éléments contextuels et à les agencer de manière adaptative pour trouver une solution nouvelle dans un programme préétabli ou dans une situation répétitive, Nous avons une partie du cerveau rationnelle qui gère nos apprentissages et une autre plus émotionnelle, relationnelle et adaptative, qui est capable de sortir des contraintes logiques répétitives. L’intuition aurait à voir avec cette capacité à imaginer des réponses et des solutions hors “logique prédictible”. » En clair, perdu en voiture dans une ville, nous pouvons soit demander notre chemin, soit suivre notre feeling, c’est- dire nos « sensations - impressions », qui forment une sorte de certitude flottante.

Pour autant, ce conglomérat intuitif n’est pas dépourvu de rationalité. « En réalité, pour les neurosciences, il s’agit pour une bonne part d’informations sensorielles captées par notre cerveau mais qui ne parviennent pas à notre conscience. C’est pourquoi beaucoup de neuroscientifiques nomment l’intuition “inconscient d’adaptation”. Notre cerveau arrive directement aux conclusions et nous fait prendre des décisions sans que nous ayons conscience des perceptions subliminales qui nous y ont conduits. » La neurologue ajoute que notre intuition « est connectée à notre banque de données sensorielles, toujours en mouvement, et s’adapte en permanence pour percevoir le moindre changement. Les plus intuitifs sont donc ceux qui ont le mieux développé leurs qualités sensorielles. L’émotion vient des sens, elle est essentielle dans la capacité intuitive. » Une affirmation qui entre en résonance avec le fait que « Si l’on cesse d’être branché sur soi, si l’on entre véritablement en empathie avec l’autre, alors on peut sentir, pressentir des choses, des événements qui ne sont pas la projection de nos peurs, désirs ou angoisses. 

Chacun a la capacité d’être intuitif,  chacun peut avoir accès à des données diverses pour évaluer un contexte ou une personne, être averti d’un danger ou trouver une solution nouvelle, mais le véritable “plus” de l’intelligence intuitive, c’est de contribuer à notre bonheur. Plus précisément à notre “neuro-bonheur”, c’est-à-dire le fait d’intégrer l’ensemble des données de notre environnement, de notre présent, pour améliorer notre devenir, et découvrir, grâce à cette porte ouverte sur notre cerveau, les codes d’accès personnalisés de notre bien-être sensoriel.

Ainsi branchés sur nos sens, réceptifs à nos émotions et à notre « petite musique intérieure », nous pouvons ressentir ce qui est vraiment bon ou mauvais pour nous. « Lorsque nous savons quelque chose avec notre intuition, nous le savons avec nos os, notre cœur ; c’est une connaissance, une certitude qui résonne dans l’ensemble de notre corps-être ». Quelle relation laisser tomber ? Quelle proposition refuser ? Quelle direction suivre ? La confusion règne souvent dans nos vies où les possibilités sont devenues infinies. L’intuition peut être une boussole précieuse, une invitation à l’autonomie, l’opportunité de modeler son quotidien au plus près de ses besoins, de ses envies et de ses compétences.  

Cette faculté « nous fait gagner du temps, nous rapproche de nos véritables aspirations, nous connecte à nos vraies ressources intérieures. Encore faut-il oser lui faire confiance. Par essence, l’intuition est toujours juste. Lorsque l’on se trompe, c’est parce que l’on n’est pas en présence d’une intuition, mais plutôt de l’expression d’un désir, de l’imagination, d’une volonté, d’une peur ». L’auteur pointe trois principaux obstacles : le manque de confiance en soi, l’hyper rationalisme et la négativité. Une fois ces freins repérés et levés, on peut alors accueillir ses intuitions et choisir, en toute sérénité, de leur faire confiance

 

E.M.I.  - en route vers oméga

Kenneth ring

Edition R. LAFFONT

 1991

Une expérience de mort imminente ou N.D.E. – que huit millions d’Américains ont vécue – a lieu lorsqu’une personne meurt cliniquement, puis revient à elle et témoigne de phénomènes troublants : flottement hors du corps, entrée dans un tunnel sombre, défilé des images de la vie, rencontre d’une lumière blanche brillante…


Pendant trois ans, le Dr RING s’est consacré à la recherche du sens de cet ensemble de phénomènes. Parmi les centaines de rescapés qui ont répondu à ses questions, certains ont fait des expériences inhabituellement profondes.
Tous ont opéré un changement complet de personnalité, comme si les N.D.E. étaient un puissant catalyseur d’éveil spirituel et de développement psychique.

 

De surcroît, les N.D.E. profondes comportent fréquemment des visions de notre avenir planétaire dont le contenu est étrangement semblable d’un individu à l’autre.

La récurrence des transformations psychiques dans la vie des rescapés conduit le Dr RING à une conclusion saisissante : les expériences de mort imminente pourraient faire partie d’une poussée évolutionnaire vers un état de conscience plus élevé de l’humanité entière.

Il se peut ainsi qu’elles préfigurent la naissance d’une nouvelle conscience planétaire qui nous mène sur le chemin d’Oméga, but ultime de l’évolution humaine.

Kenneth RING est professeur de psychologie à l’université du Connecticut et président de l’Association internationale pour les études de la mort proche, la seule organisation consacrée à l’étude de la N.D.E. et à la diffusion de l’information qui s’y rapporte auprès des chercheurs et du grand public.

 

E.M.I.  -  LA VIE APRES LA VIE  -  ILS SONT REVENUS DE L’AU-DELA     -    

Raymond Moody

EDITION  J’ai Lu

 2003

«Un homme meurt, entend le constat du médecin, se voit sur son lit de mort, entouré de ses proches... Un bourdonnement retentit, et c'est la traversée d'un tunnel... jusqu'à un lieu de paix et de beauté. L'homme abandonnant son «ancien» corps marche vers un être de lumière. Soudain un mur ! Et c'est le retour à la vie terrestre...» A grands traits, peut ainsi se résumer, d'après Raymond Moody, l'extraordinaire expérience vécue par ceux qui ont accidentellement frôlé la mort ou qui ont connu une mort «clinique» de quelques minutes, de quelques heures parfois. Sur le mystère de la «vie après la vie», les travaux de Raymond Moody -médecin et docteur en philosophie bouleversent les sciences humaines, la théologie et jusqu'à notre vie de tous les jours...

 

Médecin et docteur en philosophie, Raymond Moody a recueilli pendant plus de vingt ans les témoignages de personnes ayant vécu une N.D.E. Ses travaux lui ont inspiré La vie après la vie, ouvrage de référence sur l'après-vie, Lumières nouvelles sur la vie après la vie et les voyages dans les vies antérieures

 

Extrait 1 : la décorporation. Une femme raconte : Il y a à peu près un an, j'ai été admise à l'hôpital à la suite de troubles cardiaques; le lendemain matin, étendue dans mon lit, je commençais à ressentir une très forte douleur dans la poitrine. J'appuyais sur une sonnette près de mon lit pour appeler les infirmières; elles accoururent et s'empressèrent autour de moi. Me sentant très mal à l'aise couchée sur le dos, je voulus me tourner sur le côté; mais ce faisant je perdis mon souffle et mon cœur s'arrêta. J'entendis les infirmières donner l'alerte dans le langage codé de l'hôpital et en même temps je me sentais sortir de mon corps et glisser vers le bas entre le matelas et la barre de côté du lit - très exactement, il me semblait que je passais au travers de cette barre - jusqu'au sol. Puis je m'élevai doucement en l'air, et pendant que je montais, je vis d'autres infirmières pénétrer dans la chambre en courant - il y en avait une douzaine. Par hasard mon médecin se trouvait dans l'hôpital en train de faire sa ronde; elles l'appelèrent, et je le vis entrer lui aussi. J'ai pensé :" Tiens ! qu'est-ce qu'il peut bien faire ici ? "  Je continuai à m'élever jusqu'au-dessus du plafonnier (que j'ai pu voir de côté, et très distinctement), et m'arrêtai, flottant juste au-dessous du plafond, le regard tourné vers le bas. J'avais l'impression d'être un morceau de papier sur lequel on aurait soufflé pour le faire voler en l'air.

 

De là-haut, j'ai assisté à tout le travail de réanimation. Mon corps gisait là, en bas, étendu sur le lit, bien en vue, et on l'entourait; j'entendis une infirmière s'écrier : " Ah! mon Dieu, elle a passé ", tandis qu'une autre se couchait pour le bouche-à-bouche. J'apercevais le dos de sa tête pendant qu'elle s'y adonnait; je n'oublierai jamais la forme de sa coiffure, elle avait les cheveux coupés court sur la nuque. Tout de suite après, j’observai cet appareil qu'on roulait dans la chambre, on fixait des électrodes sur ma poitrine. Aussitôt, je vis mon corps tout entier bondir au-dessus du lit et j'entendis craquer tous les os, c'était horrible. c'est souvent au cours d'une opération chirurgicale que se produisent les phénomènes de décorporation. Et pendant que je les regardais frapper ma poitrine et frictionner mes bras et mes jambes, je me disais : " Mais pourquoi se donnent-elles tant de mal ? Je me sens très bien maintenant. "

 

Extrait 2 : l'être de lumière : Je savais que j'allais mourir et que je n'y pouvais plus rien, parce que personne ne pouvait plus m'entendre... J'étais sorti de mon corps, j'en suis sûr, puisque je voyais ce corps étendu, là, sur la table d'opération. Mon âme l'avait quitté ! J'ai été d'abord très bouleversé, mais c'est alors qu'est intervenue cette lumière brillante. Au début, elle m'a paru un peu pâle, mais tout à coup il y a eu ce rayon intense. La luminosité était prodigieuse, rien à voir avec un éclair d'orage, une lumière insoutenable, voilà tout. Et cela dégageait de la chaleur, je me suis senti tout chaud. C'était d'un blanc étincelant, tirant un peu sur le jaune - mais surtout blanc. Cela brillait formidablement, je n'arrive pas à bien le décrire. Cela éclairait tout alentour, mais cela ne m'empêchait absolument pas de voir tout le reste, la salle d'opération, le docteur et les infirmiers, tout  J'y voyais très distinctement, sans être aveuglé.

 

Au commencement, quand la lumière est arrivée, je ne me rendais pas très bien compte de ce qui se passait; mais après, la lumière m'a demandé - enfin c'était comme si elle me demandait - si j'étais prêt à mourir. C'était comme quand on parle à quelqu'un, seulement il n'y avait personne. C'était la lumière qui me parlait, elle avait une voix. J'imagine maintenant que cette voix qui me parlait a dû constater que je n'étais pas du tout prêt à mourir. Elle voulait simplement me mettre à l'épreuve, sans plus. Et cependant, à partir du moment où elle a commencé à me parler, je me suis senti délicieusement bien, protégé et aimé. L'amour qui émanait de la lumière est inimaginable, indescriptible. Et par-dessus le marché, elle dégageait de la gaieté ! Elle avait le sens de l'humour, je vous assure !

 

Extrait 3 : le retour : Récit d'une jeune mère : Dieu m'a renvoyé ici, mais j'ignore pourquoi. J'ai nettement ressenti sa présence, je me sentais reconnue. Il savait qui j'étais. Mais Il n’a pas jugé bon de m'ouvrir le Ciel, je ne sais pour quelle raison. J'y ai souvent réfléchi depuis, et j'imagine que c'est à cause de mes deux enfants que j'ai à élever, ou peut-être que je n'étais pas suffisamment prête. Je continue à chercher des explications, mais je n'en vois pas d'autre.

 

Autre témoignage : J'ai tenu compagnie à une parente très âgée pendant sa dernière maladie, qui traînait en longueur. Je participais aux soins qui lui étaient donnés, et pendant ce temps tous les membres de la famille priaient pour elle, afin qu'elle retrouve la santé. A plusieurs reprises sa respiration s'arrêta, mais on réussissait à la ranimer. Enfin, un jour, elle m'a regardée et m'a dit :" Jeanne, je suis allée de l'autre côté, dans l'ailleurs, et c'est magnifique là-bas. Je ne demande qu'à y rester, mais ce ne sera pas possible tant que vous serez tous là à prier pour que je reste avec vous. Vos prières me retiennent ici. Je vous en supplie, ne priez plus ! " Nous avons obéi, et elle est morte peu après.

 

Extrait 4 : le problème du témoignage : C'est vraiment très important de découvrir que d'autres ont eu la même expérience, parce que je ne m'en rendais pas compte. Je suis franchement heureux de l'apprendre et de pouvoir me dire que d'autres ont passé par là eux aussi; maintenant, au moins, je sais que je ne suis pas fou. J'avais toujours considéré cela comme tout à fait réel, mais je préférais ne pas en parler, par crainte qu'on ne me regarde en pensant : " Celui-là, quand il a perdu connaissance, il a également perdu l'esprit ! "

 

Extrait 5 : répercussions sur la conduite de vie : Depuis lors, je n'ai plus cessé de m'interroger sur ce que j'ai fait de ma vie, sur ce que je vais faire de ma vie... Mais depuis ma " mort ", à la suite de mon expérience, j'ai brusquement commencé à me demander si ce que j'ai fait, je l'ai fait parce que c'était bien, ou seulement parce que c'était bon pour moi. Auparavant j'agissais sous le coup d'impulsions; maintenant je réfléchis d'abord aux choses, calmement, lentement. Il faut que tout passe d'abord par ma conscience et soit bien digéré d'abord. Je m'efforce de faire en sorte que mes actes prennent un sens, et mon âme et ma conscience ne s'en portent que mieux. J'essaye d'éviter les préjugés, de ne jamais porter de jugements sur les autres. Je cherche à faire ce qui est bien, parce que c'est bien et non pas parce que c'est bon pour moi. Et il me semble que ma compréhension des choses s'est infiniment améliorée. Je ressens tout cela à cause de ce qui m'est arrivé, à cause des lieux que j'ai visités et de tout ce que j'y ai vu.

 

Autre témoignage : A la suite de ces évènements, j'ai presque eu l'impression d'être remplie d'un esprit nouveau. Depuis lors, on m'a fait souvent remarquer que je produisais un effet calmant sur les gens, agissant de façon immédiate lorsqu'ils se sentent soucieux. Et je me sens mieux accordée avec l'entourage, il me semble que j'arrive à deviner les gens beaucoup plus vite qu'avant.

 

Témoignage suivant : Depuis mon accident, j'ai souvent l'impression de déchiffrer les pensées et les vibrations qui émanent des gens; je perçois aussi leurs ressentiments. J'ai souvent été capable de savoir d'avance ce que les gens vont dire avant qu'ils n'ouvrent la bouche. On aura du mal à me croire, mais il m'est arrivé des choses bizarres, très bizarres, depuis lors. Un soir, chez des amis, je devinais les pensées des invités, et quelques personnes qui étaient là et qui ne me connaissaient pas se sont levées pour partir; elles m'avaient pris pour un sorcier, je leur avais fait peur. Je ne sais pas du tout si c'est quelque chose qui m'a été donné pendant que j'étais mort, ou si je possédais déjà ce don sans le savoir et ne m'en étais jamais servi jusqu'à ces évènements.

 

Extrait 6 : nouvelles perspectives sur la mort : Je crois bien que cette expérience a introduit un élément nouveau dans ma vie. Je n'étais qu'un enfant quand cela m'est arrivé, j'avais à peine dix ans; mais depuis, et durant toute ma vie, j'ai gardé la conviction que la vie continue après la mort; cela ne fait pas l'ombre d'un doute pour moi, et je n'ai pas peur de mourir. Pas une seconde. J'ai vu des gens qui ont cette peur, cette terreur. J'ai toujours envie de sourire quand j'entends des gens douter qu'il y ait un au-delà, ou décréter : " Après la mort, il n'y a rien." Je pense alors intérieurement : " Ils ne savent pas.".

 

EXPÉRIENCES DE MORT IMMINENTE (EMI ou NDE) ET L’APRÈS-VIE

Marc-Alain DESCAMPS

Edition DANGLES

 2008

Qu’y a-t-il après la mort ? Comment percer le mystère des expériences de Mort Imminente (EMI ou NDE) ? Pourquoi ces expériences se multiplient-elles à notre époque ? Leur découverte d’une lumière et d’amour infinis annonce-t-elle un message d’espoir sur un au-delà ?

Les EMI ouvrent une perspective nouvelle qui soulève partout dans le monde un intérêt passionné et suscite la curiosité scientifique. Les témoignages de ceux qui sont revenus des premières étapes de la mort, nous réconcilient avec notre passé le plus lointain et nous ouvrent les portes d’un avenir apaisé.

 

Ils laissent entrevoir la mort comme la continuité de la vie dans un autre monde que les corps physiques perçoivent mal, un monde qui est source d’une compréhension et d’un amour infinis et dont l’approche par l’EMI induit chez la personne, altruisme et générosité.

Ces témoignages jettent également un éclairage nouveau sur la richesse des mythologies de la mort héritées des civilisations anciennes (Grecs, Egyptiens, Chrétiens, Tibétains, et autres Orientaux…). Toutes les EMI présentent des composantes universelles, culturelles et personnelles révélatrices. Les sorties hors du corps ont contribué à changer notre conception de la mort, notre société, notre système de soins et notre attitude face aux mourants  et à la vie en général.

 

L’étude de ces EMI par le Dr Moody, spécialiste mondial de ces EMI, l’a conduit à établir un plan en 18 étapes :

 

1/ La personne est en danger de mort, souvent elle est dans le coma ou à l’agonie

2/ La personne ne ressent plus de souffrances, mais entend ce qui se dit autour d’elle

3/ Un état de paix et de bien-être l’envahi

4/ Tout est noir, c’est l’obscurité, la nuit.

5/ C’est la sortie hors du corps appelée décorporation, cela peut se faire de 2 façons, soit le sujet flotte au plafond et entend tout ce qui se passe dans la pièce, soit le sujet part dans une sorte de voyage astral, sorti de ses rêves ou imposé.

6/ La vision de personnes décédées ou de parents morts

7/ Des distorsions du temps et de l’espace. Le temps est arrêté ou la pensée s’est accélérée.

8/ Un tunnel ou puits où l’on avance en flottant avec un rétrécissement du champ de vision.

9/ Au bout du tunnel, un point lumineux.

10/ Le sujet entend des sons, des chants, un bruit strident.

11/ Certains voient des images paradisiaques, des champs lumineux.

12/ Peuvent s’y ajouter des rencontres avec des entités, des messagers.

13/ Rencontre avec la Lumière-Amour non éblouissante. L’ensemble est vivant.

14/ La question est : « Qu’as-tu fait de ta vie ? », alors se produit le bilan de vie total ou en détail, chronologiquement ou en partant de la fin.

15/ La connaissance totale, certains sujets ont l’impression d’avoir les réponses à toutes leurs interrogations préalables, à leur retour ils ne se rappelleront de rien mais auront une très grande soif de connaissance.

16/ La certitude d’une barrière ou frontière non franchie. Retour accepté avec regrets

17/ Retour dans le corps avec la certitude que la mort n’est qu’un passage, la mort ne leur fait plus peur, au contraire ils ont hâte de repartir vers ce tunnel

18/ Un grand besoin de changement de vie positif, voué au service des autres. Besoin de spiritualité accrue, et une vie désormais consacrée à l’amour inconditionnel, au dévouement et au service des autres.

 

expÉrience de mort imminente – N.D.E -  actes du colloque 2006

Divers intervenants

Edition S 17 PRODUCTION

 2006

Le 17 juin 2006, à l’initiative d’une jeune journaliste de 28 ans, Sonia Barkallah, les meilleurs experts internationaux de l’Expérience de Mort imminente (EMI ou NDE pour Near – Death Experience) se réunissaient à Martigues autour du Dr Raymond Moody, auteur de « la Vie après la Vie », pour faire le bilan de 30 années de recherches et de réflexions autour de ce phénomène hors du commun, vécu par des dizaines de millions de personnes dans le monde.


Plus de 2000 personnes se sont déplacées ce jour-là de la France entière et des pays alentour pour écouter ces échanges passionnants et ces présentations magistrales. Le plus large public jamais réuni pour un tel événement !
Le résultat vous l’avez entre les mains : près de 200 pages d’information d’une richesse et d’un intérêt inégalés. Un document de travail irremplaçable pour les chercheurs.

 

Une source de connaissance et de compréhension exceptionnelle pour quiconque s’interroge sur la nature de la conscience et le sens de la vie.

 

 

EXPḖRIENCE DE MORT IMMINENTE – LA VIE APRḔS LA MORT, LES PREUVES  -

Jeffrey Long

Edition Jean-Claude Lattes

 2012

Cet ouvrage expose les résultats de la plus grande étude scientifique jamais réalisée sur les expériences de mort imminente (EMI ou NDE) établie sur plus de 1300 témoignages recueillis dans le monde entier, de toutes les croyances, de tous les âges, de toutes les origines, de toutes les cultures et de toutes les couches de la société.

 

Elle met en évidence 9 preuves constitutives d’une forme de vie après la mort : du phénomène de décorporation au bouleversement profond de l’existence qui découle d’une  expérience hors du commun et difficile à comprendre.

 

Un certain nombre d’entre nous ont survécu à la mort et voyagé vers une dimension pour l’instant inconnue, sans qu’aucune explication rationnelle ne permette de le justifier. Le docteur Jeffrey Long a créé la Fondation de recherche sur les EMI en Louisiane, son site est ouvert à tous ceux qui cherche à comprendre ou veulent témoigner –

 

E.M.I. - L’ḖVIDENCE DE L’APRḔS-VIE.        CONVERSATIONS (Livre + 1 CD) - 

 Eben Alexander et Raymond Moody

Edition Trédaniel

 2014

Le dialogue que vous allez lire entre Raymond Moody et Eben Alexander est important à de nombreux titres. Il nous éclaire sur l'expérience vécue par Eben Alexander au cours d'un coma d'une semaine, provoqué par une méningite rare à E. coli, et qu'il a racontée avec brio dans son livre La Preuve du Paradis.

 

Son Expérience de mort imminente (EMI) l'a transformé à jamais, balayant ses certitudes rationalistes forgées par quinze ans de pratique et d'enseignement de la neurochirurgie universitaire. L'impact de son récit a été considérable outre-Atlantique, et il est perçu ailleurs à travers des filtres culturels différents.

 

Le camp des sceptiques athées aux États-Unis n'a pas manqué de se manifester, arguant que l'expérience était une sorte de rêve qui s'est produit au moment où Eben Alexander reprenait conscience. Celui-ci a livré des éléments de son dossier médical qui montrent que son cas est unique à bien des égards, à commencer par le fait qu'il ait survécu et récupéré l'intégralité de ses fonctions cérébrales en un temps record. Étant lui-même neurochirurgien, enseignant et chercheur dans la discipline, il se trouve particulièrement bien armé pour se faire une idée de ce qui s'est produit dans son cerveau, et de ce qui s'est produit... ailleurs que dans son cerveau.

Cette position en a fait aux yeux de beaucoup un prophète des temps modernes et les couvertures de magazines aux États-Unis n'ont pas manqué cette fabuleuse «story» du «voyage d'un neurochirurgien au paradis». Car c'est le mot retenu par l'éditeur américain et qui ne pose pas de problème dans un pays où religions et laïcité n'ont pas le même statut qu'ici.

 

Si la religion et l'État sont séparés par le premier amendement du 12 décembre 1791 et par la constitution de 1787, les références à la religion sont constantes dans la vie politique du pays et chaque président prête serment sur la Bible. Venant d'un scientifique, l'usage du mot «paradis» peut-être plus gênant, voire indigeste dans l'Europe sécularisée. Il ne faut cependant pas se laisser aveugler ni impressionner par un mot qu'Eben Alexander n'emploie pas lui-même dans son récit, qui est bien moins religieux qu'il est spirituel, au sens que l'on donne aujourd'hui à une vision plus large de la relation au sacré, à la fois pan-religieuse et laïque, respectueuse de toutes les religions.
Ce dialogue nous permet aussi de comprendre les enjeux de la recherche contemporaine sur la nature de la conscience et l'hypothèse de l'après-vie.

 

Les EMI à elles seules ne permettent pas de conclure en faveur de cette hypothèse, mais de nombreux autres phénomènes vécus autour de la mort laissent au moins à penser que l'hypothèse scientifique d'une après-vie n'est pas invalide a priori. Ce débat sur la nature de la conscience, qui inclut l'hypothèse de l'après-vie, est essentiellement anglo-saxon, comme ce dialogue nous permet également de le comprendre. Au nom d'un héritage «cartésien» dévoyé, la France est en effet trop absente de ces réflexions et de ces recherches. Le Vieux Continent n'a cependant pas dit son dernier mot, car les recherches sur la conscience sont liées à celles sur la structure même de l'Univers et de la nature de ses constituants. Par conséquent, il s'agit in fine de physique et de mathématiques, disciplines dans lesquelles la France compte de nombreux esprits brillants.

 

Pourquoi sommes-nous là ? Y a-t-il une vie après la vie ? La conscience dépend-elle du cerveau ou d'un état supérieur au-delà de l'état physique ? Que peut apporter la science sur le vaste sujet de la conscience de l'âme ? Si nous savions tous que notre vie sur la planète Terre n'était qu'Une parmi de nombreuses autres, que ferions-nous différemment ? Quelles implications cette connaissance aurait-elle sur le quotidien, sur le monde ?

 

Réalisé au domicile du Dr Alexander en Virginie et construit autour de la propre expérience de ce dernier - un coma profond durant lequel il a vécu une Expérience de mort imminente -, ce film, dont les propos sont retranscrits intégralement dans le livre, nous invite à participer à une conversation des plus captivantes entre le Dr Eben Alexander et le Dr Raymond Moody. Riche, authentique et intense, il aborde les grands sujets existentiels qui nous concernent tous et capture ce quelque chose que chacun de nous peut connaître de la nature divine, qui est de l'ordre du ressenti et s'exprime bien au-delà des mots.

 

La présentation est de Jocelin Morisson, journaliste, la postface de Jean Staune, philosophe des sciences. Le Dr Eben Alexander est neurochirurgien depuis vingt-cinq ans, dont quinze ans passés à la Faculté de médecine de l'université Harvard. Il est l'auteur de La Preuve du Paradis, un ouvrage best-seller dans lequel il atteste de l'existence de l'après-vie après avoir vécu une EMI à 52 ans. Le Dr Raymond Moody, médecin et docteur en philosophie, est le spécialiste mondial des Expériences de mort imminente (EMI). Il est l'auteur du best-seller La Vie après la vie.  

 

 

EXPÉRIENCES DE MORT IMMINENTE 2e Rencontres internationales de Marseille 2013

Sonia Barkallah

Edition S17 Production

 2013 

Ces rencontres de Mars 2013 à Marseille furent d’un niveau exceptionnel. Des témoignages d’une profondeur et d’une richesse inouïe, des échanges et des débats essentiels sur les enjeux qui fondent l’avenir de nos sociétés.

Notre regard sur la mort peut-il évoluer ? Est-il rationnel d’envisager la survie de la conscience ? Comment parler de la mort aux enfants ? Les expériences de Mort Imminente (EMI) peuvent-elles éclairer les questions éthiques qui entourent la fin de vie ?

Le docteur Raymond Moody, psychiatre et philosophe, auteur de « la vie après la mort », nous fait partager une réflexion nourrie au scepticisme grec originel et mûrie par 50 années de confrontation à l’indicible. Il envisage aujourd’hui rationnellement la poursuite d’une autre forme d’existence après la mort, et travaille à l’élaboration d’un appareil logique destiné à mieux comprendre ses expériences.

Le docteur Eben Alexander, neurochirurgien, universitaire, ex-enseignant à l’école de médecine d’Harvard, raconte l’expérience extraordinaire vécue au cours de 7 jours de coma consécutif à une méningite bactérienne foudroyante, et la façon dont sa vie d’homme et de médecin en a été bouleversée. Un homme d’une chaleur et d’un charisme exceptionnel, qui a touché au cœur le public de Marseille.

Le docteur Eyat Goldberger, médecin israélien en unité de soins palliatifs et spécialiste de l’étude de la Kabbale, expose les parallèles spectaculaires entre les expériences vécues à l’approche de la mort et la tradition mystique juive.

Rajaa Benamour, économiste marocaine, raconte une EMI dont elle a rapporté une mémoire et un savoir qui l’ont reconduite à l’université pour étudier la cosmologie et la physique quantique.

Ce colloque nous fait partager l’expérience des médecins français : Olivier Chambon, psychiatre et psychothérapeute, Jean-Jacques Charbonier et Jean-Pierre Postel, anesthésistes-réanimateurs, également Bernard Samson, médecin généraliste, du psychologue Eric Dudoit et sa consœur sophrologue Eliane Lheureux, mais également d’autres intervenants dont cet ouvrage nous donne leurs interventions.

Au sommaire :

Sonia Barkallah : Fait l’introduction de ces rencontres et propose un débat sur : mort ou pas mort, sont-ils réellement morts pendant une expérience de Mort Imminente ? Quelle redéfinition pour les EMI ?

Raymond Moody : Les visions des mourants

Penny Sartori : Les expériences de mort imminentes dites « négatives »

Eric Dudoit : La peur de la mort

Jody Long : Réflexions autour des quatre thèmes suivants :

1/ 4e dimension ou dimension supérieure dans les EMI ?

2/Les Emi interculturelles

3/Enquête sur les guérisons suite à une EMI

4/Peut-on vivre volontairement une EMI ?

Eyal Goldberger : Les visions des mourants - comparaison avec les EMI et la conscience accrue à l’approche de la mort, à partir de l’étude des écrits traditionnels juifs -

Raymond Moody : Les expériences de mort partagées ou EMI empathiques -

Eben Alexander : Expériences personnelles

Jeffrey Long : La réalité des EMI : 9 éléments de preuves tangibles et ce que nous apprend le contenu spirituel des récits d’EMI -

Des débats s’engagent sur : Les témoignages d’EMI comme outil thérapeutique pour les patients - Comment parler de la mort aux enfants et aux adolescents ? - Analyse et bilan de vie dans les EMI, la clé de la transformation positive ? L’expérience de neurostimulation du Pr Olaf Blanke - Comparaison entre sensation des « membres fantômes » et perceptions lors des EMI - L’apport de la connaissance des EMI aux grands débats de société autour de la mort : Intérêts médicaux, éthiques et politiques - Être médecin et vivre une EMI, quelle pratique après ? Les EMI comme outils pédagogiques pour les soignants et les étudiants -

Le témoignage de Rajaa Benamour et un cas d’étude pour la science -

Interview vidéo du Dr Mohammed Karim Joua et de John Martin Fisher

Ont participé également à ce colloque : Dr Penny Sartori - Vanessa Charland-Verville - Claire Bazin - Xavier Rodier - Bernard Dubreuil - Christophe Lopez - Annie Babu - Sylvie Cafardy - Joël Jacques -

S17production.com ou sur Amazon. Il y a également un DVD

 

EXPḖRIENCE DE MORT IMMINENTE  Un signe du ciel qui nous ouvre à la vie invisible

Docteur Patrick Theillier

Edition Artège

 2015

Aujourd'hui, en Occident, tout est fait pour occulter la mort. Le mot même devient tabou. On ne parle plus de mort, mais de « fin de vie », c'est plus correct. Fin de vie ? La mort est-elle vraiment la fin de la vie, la vie finit-elle vraiment avec la mort ?


On peut se poser la question. D'ailleurs, qui peut dire qu'il ne s'est jamais posé cette interrogation fondamentale, inscrite au cœur de l'homme : « Y a t-il quelque chose après la mort » ?

Question primordiale, cruciale, pour chacun d'entre nous.


Certains y croient, d'autres non. Depuis quelques temps, se multiplient les témoignages de personnes qui soutiennent être revenues d'un « autre monde » plutôt idyllique, alors qu'ils étaient considérés comme morts.


Est-ce vraiment envisageable, concevable ?

Le docteur Patrick Theillier, spécialiste des miracles - il a été responsable du Bureau des Constatations Médicales à Lourdes -, expose ici l'approche que l'on peut faire de ces phénomènes surprenants, autant sur le plan de la raison - de la science -, que sur celui de la foi, reprenant des témoignages très divers et réfléchissant sur la portée de ces « signes » : ne sont-ils pas, pour notre monde sécularisé, des indices du Ciel pour nous aujourd'hui ?

 

Extrait d’un entretien du docteur Theillier avec son éditeur :

 

Patrick Theillier: Je voulais principalement donner à ce phénomène une approche chrétienne. De nombreuses publications actuelles sur ce thème sont en effet teintées d’ésotérisme, accaparées par le New Age. Les thèmes liés à la réincarnation où à la communication avec les morts y prennent souvent trop de place. J’ai pensé que ça serait bien qu’un catholique approfondisse le sujet des EMI, pour montrer que ce phénomène n’est pas en contradiction avec l’enseignement de l’Eglise. Cela est d’autant plus frappant, du point de vue non-chrétien, que cette réalité ne vient pas de l’Eglise, mais de la société civile. Le livre est clairement réalisé dans la perspective de la Nouvelle évangélisation. Je rêve que chaque chrétien qui le lit et l’apprécie le prête à un non-chrétien, qu’il permette aux croyants et aux non-croyants d’entrer en discussion sur les thèmes de la foi, de la vie et de la mort.

 

C.G : Quels sont les principaux éléments qui vous font dire que les EMI sont un véritable voyage dans l’au-delà?

 

PT: C’est principalement la sincérité des témoignages. On sent très bien, quand on écoute ces personnes, qu’ils n’inventent pas, que leur expérience résonne très fort en eux. C’est quelque chose qui a bouleversé leur vie, qu’ils ne peuvent pas oublier et qui les marque quotidiennement. Des athées ont été convertis par leur expérience. J’en connais personnellement. Il y a notamment le cas éminent du professeur Eben Alexander. Ce neurochirurgien américain était un parfait matérialiste avant de contracter une méningite qui l’a amené au seuil de la mort. Suite à cela, il a écrit un livre qu’il a eu le culot d’intituler “La preuve du paradis”. Ce scientifique réputé n’avait aucun intérêt à raconter cette histoire, à part de se discréditer au sein de son milieu. Cela démontre que ces personnes n’ont aucun doute sur la réalité de ce qu’elles ont vécu. Quoique les expériences soient toutes différentes, personnelles, elles sont également incroyablement similaires sur de nombreux points. Cette similarité est impossible à expliquer sur un plan scientifique.

 

CG: Mais les sceptiques parlent d’épisodes hallucinatoires, dus aux médicaments ou à une activité cérébrale anormale…

 

PT: Cette théorie ne tient plus aujourd’hui.  D’ailleurs, les “expérienceurs” font très bien la distinction entre des hallucinations et ce qu’ils ont vécu lors de leur EMI. C’est le cas du docteur Alexander, qui a eu des épisodes hallucinatoires à la sortie de son coma.

 

CG: Pensez-vous qu’un jour une preuve de la réalité de ce phénomène sera apportée?

 

PT: Non. Il ne faut pas attendre une preuve. Ces expériences sont un signe et un signe nous laisse toujours libres. C’est à chacun de l’accepter ou de le refuser. Le phénomène n’est pas ultimement réductible par la science, même si tous les éléments montrent qu’il est réel.

 

CG : Comment interprétez-vous le surgissement des récits d’EMI à notre époque?

 

PT: Nous vivons dans un monde sécularisé, matérialiste, de plus en plus athée, en tout cas en Occident. Le Seigneur ne peut pas ne pas vouloir se manifester à nous, d’une manière ou d’une autre. Or l’amélioration des techniques de réanimation médicale multiplie ces phénomènes. Les EMI sont, pour Lui, une nouvelle façon de toucher les cœurs de ceux qui sont loin de Lui.

 

CG : Vous affirmez que les EMI rejoignent l’enseignement traditionnel de l’Eglise catholique. Pourtant, certains “expérienceurs” ont des histoires divergentes. Eben Alexander, par exemple, dont vous citez le témoignage, est revenu avec la conviction que la réincarnation était une réalité…

 

PT: Les apparentes contradictions sont le fait de tout témoignage. Les personnes en rajoutent parfois, en fonction de leur culture, de leur conviction. Eben Alexander croit à la réincarnation ? Ce n’est pas quelque chose qui lui a été “révélé”, mais une projection à partir de ce qu’il a vécu, une interprétation dont je le laisse libre. C’est ce qui peut arriver aux “expérienceurs”. Il faut un peu de flair et de connaissances pour pouvoir faire œuvre de discernement en la matière. Pour mon enquête, je me suis limité aux témoignages les plus crédibles et je suis resté le plus objectif possible, sans volonté de récupération. Il faut savoir en rester aux faits bruts et non aux interprétations personnelles. Et si l’on s’en tient à ces faits bruts, les EMI sont compatibles avec l’enseignement chrétien, notamment les éléments concernant la rencontre avec un Etre de lumière, que beaucoup appellent Dieu, la révélation d’un “corps glorieux”, et une revue de vie terrestre centrée sur l’amour du prochain.

 

CG : Il existe aussi des EMI effrayantes, négatives. Quel sens leur donner?

 

PT: On ne sait pas vraiment pourquoi certaines personnes vivent des expériences négatives. Dans l’autre monde, c’est comme sur terre, il y a le très beau et le très laid, le bien et le mal, il y a le ciel et l’enfer. Les “expérienceurs” qui ont vu “l’enfer”- comme Gloria Polo, dont je relate longuement l’expérience dans le livre – en parlent généralement comme d’un lieu où on ressent avec effroi l’absence de Dieu.

 

CG: Qu’est-ce que nous disent ces expériences sur l’âme et le corps?

 

PT: Principalement, elles démontrent que l’âme n’est pas une invention de l’Eglise, qu’elle existe réellement. Nous avons en nous cette faculté d’être reliés au ciel par notre âme spirituelle. Il faut comprendre que la mort, due au péché, est un séisme qui ne se passe pas en un clin d’œil ! Lors d’une EMI, il y a un début de distanciation – non pas une séparation (ce serait la mort définitive, ontologique) – entre l’âme et le corps. Je pense que les EMI, lors desquelles les personnes racontent avoir eu un corps de lumière, donnent un aperçu fugitif de notre résurrection, dans laquelle l’âme et le corps se rejoindront dans une merveilleuse unité spirituelle que nous ne connaissons pas sur terre. Mais j’explique bien qu’il ne s’agit ni d’un miracle ni d’une résurrection!

 

CG: Quelle vision peut-on avoir du suicide ou de l’euthanasie à l’aune de ces expériences?

 

PT: Que les personnes qui font ce genre de choses se fourvoient complètement. Par le suicide assisté, on vole à une personne un moment fondamental de sa vie, qui est sa mort. Et voler la mort de quelqu’un, c’est grave. C’est contraire à la loi naturelle. Et c’est un véritable viol. Les EMI nous font comprendre que la mort fait partie de la vie, et qu’on ne peut pas en disposer comme bon nous semble. Et tous les “expérienceurs” que j’ai interviewés ont en horreur le suicide ou l’euthanasie!

 

CG: Quel lien faîtes-vous entre les EMI et les miracles, en particulier les guérisons inexpliquées de Lourdes, que vous avez étudiées de près?

 

PT: Il existe de nombreux liens entre les EMI et les guérisons inexpliquées. Elles sont d’abord issues de témoignages, elles ont donc leurs limites et sont impossibles à prouver. Ensuite, ce sont deux phénomènes qu’on ne peut pas provoquer, qui nous sont donnés. C’est quelque chose qui vient d’ailleurs, que l’on reçoit, une façon de nous interpeller. Le point commun le plus fort est qu’il s’agit dans les deux cas d’une rencontre avec un Dieu plein d’amour. Pour ce qui est des EMI, les personnes qui les vivent peuvent d’ailleurs, suite à leur expérience, guérir de leurs maladies.

 

CG: Ces récits ne font-ils pas courir le risque d’une “demande” de surnaturel, alors que l’Evangile nous exhorte à “croire sans avoir vu”?

 

PT: C’est l’idéal de croire sans avoir vu. Je pense néanmoins que notre époque saturée de matérialisme a besoin du surnaturel pour survivre. Il est important d’avoir des signes du surnaturel alors que nous stagnons dans le matériel. Les EMI, comme le mystère du suaire de Turin ou les guérisons inexpliquées nous font souvenir que le surnaturel est plus présent qu’on ne l’imagine, qu’il est même là, en chacun de nous.

 

CG: Vous avez été appelé par Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, à mettre en place une “Académie diocésaine pour la vie”. De quoi s’agit-il? Vos expériences avec les EMI et les miracles y tiendront-elles une place?

 

PT: Mgr Aillet est très préoccupé par les problématiques de la vie, du respect de la vie. Le but de cette académie est de sensibiliser les fidèles à l’importance de la vie dans toutes ses dimensions, qu’il s’agisse de l’éthique, de la bioéthique, de la famille, ou de l’écologie humaine (ou “intégrale”, comme le dit le pape François). Nous voulons faire prendre conscience que l’on ne peut pas faire ce que l’on veut dans ce domaine de la vie. Mes expériences personnelles, notamment sur les EMI et les miracles de Lourdes sont mises à contribution dans ce cadre.

 

EXPÉRIENCE DE MORT IMMINENTE VIE POST-MORTEM - LES 7 BONNES RAISONS DE CROIRE À L’AU-DELÀ

Docteur Jean-Jacques Charbonier 

Edition Trédaniel

 2012

De récentes études démontrent que croire en l'existence de l'au-delà stimule les défenses immunitaires, améliore le pronostic des maladies liées au stress, et augmente l'espérance de vie. Et si nous avions d'ores et déjà en notre possession suffisamment d'éléments rationnels et scientifiques pour pouvoir prétendre que l'au-delà existe ?

 

Et si ces preuves étaient au nombre de sept ? Sept phénomènes déroutants et difficilement contestables ? Et si après la lecture de cet ouvrage vous n'étiez plus tout à fait comme avant ? C'est le pari ambitieux que fait l'auteur en exposant de façon claire les sept bonnes raisons de croire en l'au-delà.

 

Dans ce livre concis et percutant le docteur Charbonier, en intégrant toutes les attaques des sceptiques et des détracteurs, apporte une réponse scientifique, claire et détaillée, qui fait voler en éclats, un à un, tous leurs arguments classiques et répétitifs. Je vous conseille fortement ce livre vivant et profondément humain qui pourrait radicalement changer votre regard sur la vie et la mort ! De plus, en préface, un autre scientifique, le docteur Olivier Chambon, psychiatre et psychothérapeute, y apporte sa contribution.

 

Jean-Jacques Charbonier nous montre à quel point il est important de reconsidérer notre point de vue sur la mort, en tenant compte des dernières découvertes scientifiques. Dans cet ouvrage vous apprendrez que la meilleure raison de croire en l'au-delà vient du fait que l'hypothèse d'une vie après la mort est bien plus validée que l'hypothèse matérialiste inverse qui affirmait « il n'y a rien après la mort », et ce, grâce aux données recueillies dans de très nombreuses études scientifiques au cours de ces 35 dernières années. Rien qu'avec le cas de Pamela Reynolds et la façon dont Jean-Jacques Charbonier réfute les objections infondées des matérialistes à son égard, la démonstration est faite : ce cas prouve (j'ai bien dit « prouve ») juste à lui seul que la conscience est bien indépendante du cerveau et survit à sa mort.


Le livre du Dr Charbonier pourrait bien reprendre le titre de celui du scientifique Charles Tart, “The End of matérialiste” (la fin du matérialiste). Il suffit en effet de bien vouloir prendre la peine de considérer avec le minimum de raison les faits exposés : le doute n'est plus de mise, le matérialisme est mis définitivement “K.O", il y a bel et bien une vie de la conscience qui continue après la mort du corps. »

 

En postface, on peut lire la pensée du physicien Emmanuel Ransfort qui tente d'apporter quelques éléments de réponse en envisageant la question de l'au-delà à partir d'un angle d'approche inhabituel celui de la psychomatière, qui elle-même s’inspire directement des quanta. L'auteur, partant de faits qui invitent à repenser la mort, l'immortalité et l'au-delà, nous délivre un vrai message d'espoir. Ce message fera réfléchir certains et jettera l'ombre d'un doute sur leurs certitudes prématurées. »

F

FANTÔMES      B.A-BA

JEAN  PAUL   RONECKER

Edition PARDES

 2001

Fantômes… Un mot qui fait rêver ou terrifie, qui émerveille ou intrigue. Un mot qui pose de nombreuses questions… et n’apporte d’autres réponses que celles fondées sur une croyance.

 

Il n’y a, en effet, rien de sûr dans un tel domaine, où tout est indécis, vaporeux, et spectral. Que l’on croit ou non aux fantômes-ci fascinent, interpellent, ou irritent,  en tout cas, ils ne laissent pas indifférent.


Tout le monde a entendu une histoire de fantômes, de maisons hantées, de châteaux écossais squatté par des entités qui apparaissent ou se font entendre.

 

Chaque famille a, au moins, un récit de rencontre avec un spectre. Les fantômes font partie intégrante de notre quotidien. Lorsque l’on raconte une histoire « à faire peur », c’est, neuf fois sur dix, une histoire de fantômes. 

 

Si le fantôme drapé de son linceul et agitant, dans un lugubre tintement, ses chaînes, appartient au domaine de l’imagerie d’Epinal, il n’en reste pas moins présent dans nos mémoires. Le fantôme évoque avant tout, « l’idée d’une survie après la mort physique » et personne ne peut rester insensible à cette possibilité, même les plus sceptiques, la science, elle, se garde bien d’entrer dans un sujet aussi épineux.


Une nuit de janvier 1092, le curé de St Aubin de Bonneval (Orne) marchait sur un chemin isolé. Tout à coup, il entendit venir une troupe nombreuse, inquiet, il voulut se cacher, mais surgi de nulle part, un homme de grande taille, armé d’une massue, le força à rester près de lui. Bientôt, un étrange cortège passa devant le prêtre, abasourdi. Des fantassins chargés du produit de leur pillage, puis un groupe portant 50 cercueils, que le géant rejoignit, puis des femmes à cheval qui blasphémaient, et confessaient leurs crimes, ensuite ce fut des clercs, des abbés, des évêques vêtus de noir, qui supplièrent l’abbé de prier pour eux, à leur suite des cavaliers noirs portant des drapeaux et montés sur des chevaux gigantesques de Herlequin.

 

Cela rappelait au curé, l’histoire que lui racontait les paysans et à laquelle il ne croyait pas, et pourtant, tout elle se déroulait là, sous ses yeux. Il voulut vérifier que cela n’était pas une illusion et se mettant au milieu de la route il voulu monter sur un cheval de la troupe. Dès qu’il fut en selle, il fut désarçonné et un cavalier l’accusa de vouloir voler un cheval, et voulu forcer le curé à venir avec eux, un autre lui demanda de remettre un message à un parent, ce que le curé refusa, puis la troupe disparu. Dürer dans ses dessins s’inspirera de cette histoire pour ses cavaliers de la mort.


Que ce soit réel ou légendaire, ce cas est typique des apparitions d’armées fantômes, lesquelles se contentant de rejouer inlassablement les scènes du passé. Ce qui fait dire à certains chercheurs qu’elles sont des images venues du passé que l’on peut capter en certaines circonstances inconnues. C’est le cas de la bataille de Marathon (-490). Plusieurs témoins affirment avoir vu, une armée de fantômes grecs livrant bataille à une armée de fantômes perses.


Un livre passionnant sur un sujet sérieux, énigmatique  mais amusant.

 

FENG   SHUI     B.A.  – BA

Gérard EDDE

Edition PARDES

 1999

La Chine ancienne et, en particulier, le taoïsme intégraient l’être humain dans une cosmologie à la fois mystique et pragmatique. Cette vision spirituelle du monde (Zi en chinois) s’accompagnait d’un travail méditatif et contemplatif grâce auquel l’homme s’immergeait dans l’univers, sans se laisser griser par une illusion animiste ou panthéiste.   De cette union méditative est né le  Feng Shui, l’art de comprendre les énergies qui dansent dans un lieu.

 

Au cours de son histoire, l’art du Feng Shui s’est développé dans deux directions principales :

 

1 – L’étude de la circulation des énergies intrinsèques dans un  espace établi (site, maison, appartement.

2 – Le décryptage des données géomantiques d’un lieu à l’aide d’un compas spécifique (Le Lo Pan) basé sur les mutations du Yi King.   

              

Cette  seconde possibilité d’évaluation de l’espace est, certes, très attirante pour l’esprit occidental, pressé de manipuler des chiffres, des équations et des paramètres qui donnent au Fen Shui l’apparence d’une science exacte. Le Fen Shui est donc l’art d’améliorer notre relation avec les énergies de l’environnement.  

 

Les experts du Feng Shui s’accordent à penser que cette influence est plus énergétique et invisible qu’émotionnelle et évidente. Le paysage et l’environnement demandent à être déchiffrés selon les données du Feng Shui.   Dans ce  livre  du Feng Shui, le lecteur découvrira une exposition complète des différents styles de Feng Shui et les formules de base qui lui permettront une approche de cet art millénaire, en particulier :

 

-          Les grandes lignes de l’école des formes

-          Les formules des huit trigrammes et des neuf étoiles 

-          Une exposition simplifiée de la méthode du compas

-          Les soixante quatre pas en relation avec les soixante quatre hexagrammes du Yi King

 

feng shui – un art de vivre occidental

Jean-Paul ronecker

Edition  TRAJECTOIRE

 2005

Le Feng Shui est une affaire très sérieuse, affirme Jean-Paul Ronecker. En Orient comme en Occident, on a longtemps étudié les forces naturelles cosmo-telluriques (par géomanciers interposés) avant d’entreprendre une construction importante. Il s’agissait de dresser une carte de l’état énergétique des lieux de vie des humains.

Avec un objectif simple : permettre à l’homme de vivre en harmonie dans son cadre naturel, en harmonie avec la Terre et le Ciel. Le but du Feng Shui appliqué de nos jours à la détermination de l’emplacement, de la configuration et de l’aménagement des pièces de sa maison (ou de son appartement) n’est pas différent. Il s’agit tout simplement d’un retour aux sources.


L’auteur revient bien sûr largement sur les principes fondamentaux Ying et Yang, les 5 éléments et les 5 mouvements, les 5 animaux protecteurs, le Chi et le Sha… Puis il s’intéresse à l’application de ces principes traditionnels à l’habitat moderne. Pièce par pièce, dans le strict respect des règles du Feng Shui oriental adapté à notre environnement, l’auteur parcourt le jardin, puis l’ensemble de l’habitat. Quelques principes basiques à toujours retenir : les formes positives et négatives, le rôle des protecteurs, les flèches empoisonnées, les zones d’accueil et de travail… Chaque pièce est décortiquée et des conseils précis énumérés.

Pour appréhender le Feng shui de façon consciente, il faut réaliser que cet art permet de se fondre dans l’environnement jusqu’à ne faire plus qu’un avec lui. Complètement intégré, l’homme, en tant qu’être humain devient un élément de l’univers, de son environnement puisqu’il en fait partie intégrante et fonctionne comme lui. Si notre environnement se dégrade, alors, nous nous dégradons aussi. Le Feng Shui, à son niveau, va corriger cette spirale d’auto-destruction et inverser la tendance dominante. Grâce au Feng shui la notion d’écologie et de respect de la nature en tant qu’écosystème durable et agissant pour notre propre bien-être sont pris en compte.

 

N’oublions pas que le Feng shui est né par l’observation du ciel, de l’homme et de la terre. Ces trois éléments étant d’échelles complètement différentes, il est quelque fois difficile de faire le lien entre eux. Pourtant si l’univers n’existait pas, si le célèbre big-bang n’avait pas eu lieu, nous ne serions pas là pour en débattre. Cela existe bel et bien, par une multitude de circonstances, de coïncidences, la terre a permis à la vie et, par conséquence, à l’homme de se développer. Nous sommes un sous-ensemble d’un ensemble bien plus immense, il ne faut pas l’oublier. Mais en y regardant de plus près, dans ce vaste sous-ensemble qu’est le nôtre, nous ne sommes qu’une infime partie. Pourtant le Feng shui a permis de le mettre en avant, qu’être en parfaite harmonie dans cet ensemble, nous permet d’agir, et donc de vivre parfaitement bien grâce à l’énergie omniprésente.

 

Une seule constante est présente à tous ces niveaux, univers, terre, humain, animal, végétal, minéral, c’est l’énergie. Chacun de ces ensembles contiennent plusieurs sous-ensembles qui ont tous un facteur commun; l’énergie. Cette énergie est partout, créatrice de l’univers, puisque qu’on sait que le big bang est une explosion, de son expansion, du système solaire, de la gravitation et j’en passe, tout est énergie. Einstein l’avait prouvé avec sa théorie de la relativité, jamais remise en cause depuis.

 

Alors en quoi le Feng shui agit sur ces ensembles d’éléments? Si l’on considère que l’énergie est partout et que nous-mêmes sommes de l’énergie alors comment ne pas intégrer que l’énergie peut être domptée, canalisée, orientée, captée ou libérée pour augmenter sa propre énergie. Le Feng shui a su déceler, il y a déjà bien longtemps, ce principe élémentaire. En s’appuyant sur des éléments symboliques, les 5 éléments qui représentent différentes sources d’énergie, le Feng shui a permis, à l’homme de maîtriser cette énergie. Le macrocosme, dans lequel nous évoluons, est si vaste qu’il serait inutile d’essayer d’en connaitre la dimension. En revanche, on peut s’intéresser au fait que l’énergie contenue est universelle. Elle est adaptée à tout et surtout dirige l’ensemble des aspects de notre vie.

 

Le Feng Shui s’attache à en réparer les fuites, les défaillances, le surplus, les accumulations négatives et tous ce qui pourrait nous perturber, à petite et grande échelle. Vivre Feng shui c’est véritablement s’octroyer le droit de bénéficier de cette énergie gratuite afin de s’en servir à bon escient. On peut penser que s’approprier l’énergie est présomptueux, or il n’en est rien, puisque ce n’est pas quelque chose de palpable ou revendable. Le côté financier et mercantile n’a pas de place ici, on est dans le domaine de l’énergie invisible. Le Feng Shui est un moyen d’accommoder cette énergie à notre vie quotidienne de façon à justement faire tout fonctionner normalement. Sans déséquilibre tout va bien, harmonie, apaisement et sérénité sont au rendez-vous.

 

Même si le concept du Yin et du Yang est de justement alterné entre deux forces opposées mais complémentaires, il n’en reste pas moins que l’équilibre est la recherche primordiale pour l’homme. Le bagua et ses zones de vie est la représentation de cet équilibre dans l’espace, sur plan si vous préférez. L’action du Feng Shui  est d’équilibrer les énergies par l’apport d’éléments pour retrouver et garder l’harmonie dans le sous-ensemble qui est le nôtre. Se faisant nous élevons notre sous-ensemble pour qu’il soit reconnu et intégré parfaitement à l’ensemble dont il fait partie.

 

Comme expliqué au précédent paragraphe le fait d’équilibrer notre environnement nous permet d’entrer en résonance avec. L’énergie combinée va ainsi produire une alchimie visant à se renforcer naturellement. Pour que cela fonctionne du mieux possible, il faut bien évidemment maîtriser les principes fondamentaux du Feng shui pour en retirer tous les bénéfices qui en découlent. Avant de passer par une formation, je conseille pour ma part de réaménager et de mettre en pratique le Feng shui avec un consultant. En quoi cette préconisation est-elle judicieuse? Le constat est simple, mal compris ou mal appliqué le Feng shui ne donnera pas sa pleine puissance et surtout ne sera pas à la hauteur des résultats escompté. La conséquence directe qui en découle est un manque de motivation des personnes concernées. Et c’est tout à fait compréhensible de se décourager, de baisser les bras lorsque l’action entreprise avec conviction n’atteint pas l’objectif. La notion d’effort et de persévérance n’entre pas dans le Feng shui. Il n’est point besoin, comme on a l’habitude de l’entendre, de « travailler dur pour arriver à ses fins ». J’espère que cette petite phrase va en rassurer plus d’un. Non, le Feng shui, c’est d’abord la compréhension, et cela requiert un assez important travail sur soi-même.

 

De plus, travailler sur soi n’est jamais simple et nous n’avons pas toujours le recul nécessaire. Le Feng shui peut faire des petits miracles à condition de l’appliquer avec méthode. La venue d’un expert, est, je pense, une approche indispensable. Une fois compris et surtout vécu une formation individuelle en Feng shui pourra permettre de garder l’équilibre obtenu par le consultant, de réorienter les énergies en fonction des besoins du moment. Nous le savons et le vivons en permanence, nos envies, nos besoins dans les divers aspects de notre vie évoluent, et heureusement, en cela une formation permettra de rester sur la bonne voie mais elle se fera dans un deuxième temps. S’apercevoir du pouvoir du Feng shui est une chose à vivre avant tout. Pour conclure l’énergie est indispensable à la vie, pouvoir la contrôler, c’est s’adjoindre une force qui est bien au-delà de notre vision limitée des choses ce qui ne doit pas nous empêcher d’en profiter grâce au Feng shui. Mettre en place le Feng shui chez soi, et l’intégrer dans son quotidien est un acte qui engendrera de grands changements.

G

GÉOMANCIEThéorie et pratique de la Géomancie, de la connaissance de soi à l’écoute du futur

Jean-Paul  RONECKER

ÉDITION  DANGLES

 1991

La géomancie est la survivance d’un antique moyen de communication entre l’Homo religiosus et les forces géodésiques et cosmo-telluriques, l’âme de la Terre-Mère des Anciens. C’est un art divinatoire à la fois complexe et précis, mais d’une étonnante simplicité de mise en œuvre : un simple dé ou une pièce de monnaie suffisent pour sa pratique, le hasard étant toujours le reflet des forces cosmiques.


La géomancie, basée sur le pair et l’impair, génère 16 figures qui traduisent 16 états différents de l’être. En se logeant dans des maisons géomantiques, ces figures dessinent un micro-univers qui indique le déroulement d’une situation, de sa source à son aboutissement, permettant ainsi d’anticiper l’avenir.


Ainsi la géomancie est-elle apte à répondre à n’importe quel type de question. Elle permet de dresser un portrait précis de notre mental au moment de la consultation, nous indiquant nos points forts ou faibles, et ainsi nous permet de remédier à nos tendances inhibitrices pour mieux agir et aller de l’avant.


Vécue spirituellement, c’est aussi un fantastique outil de connaissance qui ouvre sur des horizons nouveaux, une clef pour l’élargissement de la conscience et la maîtrise de notre propre destin, un fil d’Ariane pour surmonter les épreuves du labyrinthe de l’existence terrestre et retrouver l’harmonie cosmique.

 

GḖOMANCIEMAÎTRISER LA GḖOMANCIE – INITIATION ET PRATIQUE  - 

 Alain le Kern

Edition  Jeanne Laffitte

1992

Géomancie = divination par la terre. C’est un mode de compréhension des raisons de notre destin au moyen des signes manifestés sur la Terre, ou selon le dictionnaire des symboles, la détermination des influences qui permettent que l’homme puisse vivre en harmonie avec son cadre naturel, et en conséquence en harmonie avec le Ciel.

 

Cet ouvrage et la géomancie en général nous fait pénétrer dans un monde de forces dont la simple prise de conscience donnera un point de vue différent sur tout ce qui se passe autour de nous et en nous-même. Notre conscience est une force modelant, agissante et responsabilisante. Toute demande en géomancie est une exploration du devenir mais aussi une remontée au monde des causes formatrices.

 

L’approche de cette science n’est pas l’abandon de la logique et de la cohérence, la géomancie est certainement l’art divinatoire qui en requiert le plus, seulement il ne faut jamais perdre de vue l’objet même de toute divination : la Reliance.

 

Comme tout langage, la géomancie comporte ses phrases, ses mots et ses lettres. Connaitre les lettres, c’est pouvoir forger des mots et les comprendre, en comprendre le sens, car ces mots et lettres sont la marque d’émergence de la vie par le moyen des quatre éléments. Une émergence dont l’évolution part du point primordial, puis manifeste successivement quatre étapes que l’hermétisme connait comme le Feu, logos-lumière, l’Air, souffle et atmosphère, l’Eau, matrice première, et la Terre, matière et continent émergeant de l’océan primordial, matrice et mémoire première.

 

Le meilleur livre sur la Géomancie par Alain le Kern, qui pratique cette science depuis fort longtemps, il l’utilise comme technique d’analyse projective, pour lui nous sommes le résultat de notre passé mais aussi de notre futur. Un thème de géomancie représente un moment dans le flux éternel du temps. Connaitre ce moment, et prendre conscience de tout ce qui nous compose, fait de nous des « fabricants du futur », responsables et autonomes, nous permettant ainsi de mieux gouverner notre vie.

A travers cet ouvrage Alain Le Kern nous transmet la tradition géomantique et sa technique d’analyse.

 

GḖOMANCIELE TAROT DE LA TERRE

Chantal Mehiel

Edition  de Mortagne

 1998

La géomancie, art divinatoire parmi les plus anciens, est, selon son étymologie, la divination de la Terre - Chantal Mehiel a perfectionné durant des années une méthode originale, qui permet d’utiliser la géomancie même si on ne connait pas grand-chose à cet art. Géomancia vous permettra de développer votre intuition, de vous connaitre déjà vous-même, de connaitre les autres ; car la géomancie demande de l’écoute et de la réflexion. Un livre pratique et simple est à notre disposition avec des centaines d’interprétations et beaucoup de réponses aux questions que l’on se pose

 

En étudiant la Géomancie, dès le premier abord, on remarque l'influence que l'Astrologie a exercé dans la constitution même de cette science divinatoire, influence qui se manifeste surtout dans la méthode d'interprétation du tableau géomantique. On la dénote éga­lement dans certains éléments essentiels, notamment en retrouvant parmi les 15 cases géomantiques les 12 Maisons astrologiques. Les 16 figures géomantiques, que l'on place dans les cases, ont une analogie frappante avec les Planètes, dont se sert l'Astrologie, surtout en ce qui concerne leurs « correspondances ». Mais il y a une différence des plus importantes entre un Thème géomantique et un Thème astrologique qu'il faut souligner en premier lieu. Elle réside dans le fait que le Thème astrologique est basé sur des données précises, découlant d'un événement certain: le moment de la naissance d'un individu et de la position des astres à ce moment précis, tandis que le Thème géomantique dérive du nombre de points tracés, d'après la seule inspiration.

Si l'intuition en l'inspiration ne joue, en Astrologie judiciaire, qu'un rôle secondaire, quoiqu’indéniable, dans l'interprétation, elle constitue, par contre, la base même de la Géomancie.

 

C’est un livre de référence écrit par Chantal Mehiel, spécialiste de la géomancie qui consacre son temps au perfectionnement de cet art, afin de le faire mieux connaitre. Elle est fondatrice de l’école française de Géomancie, qui diffuse cet enseignement dans le monde entier.

 

GḖOMANCIE  -     B.A - BA

Marielle-Frédérique Turpaud

Edition  Pardès

 1999

La géomancie est un des arts divinatoires les plus vieux du monde. On en suit la trace depuis Gérard de Crémone (1114-1187) jusqu’à Dante et les Mille et une nuits. Des traités de géomancie en latin furent rédigés en Europe, tel ceux de l’alchimiste et kabbaliste Robert Fludd ou d’Henry Cornelius Agrippa. De nos jours elle a séduit des scientifiques comme E. Caslant et des ésotéristes comme Robert Ambelain.

 

Les calculs géomantiques ont pour base 16 figures de 4 lignes d’un ou deux points qui se placent dans un écusson de 15 maisons suivant les lignes de forces de la question. Ainsi se forme un «miroir de sable », un thème qui se lit avec la même attention qu’un thème astrologique.

 

Cette lumineuse transparence a découragé les lourds commentaires : la géomancie est avant tout, une pratique, une pacification, une réponse. La logique de sa structure en rend l’apprentissage facile. La simplicité de ses moyens –une feuille de papier et un crayon – en ouvre l’utilisation à tous. La richesse de son interprétation permet une précision de description inégalée parmi toutes les techniques divinatoires, tant pour les personnes que pour les lieux et les dates.

 

Un excellent livre qui avec beaucoup de dessins et de figures expliquent vraiment bien cette science.

 

GḖOMANCIE  -   COURS  PRATIQUES

  Roger  Gascon

Edition  de Vecchi

 1990

La géomancie est sans nul doute la science divinatoire la plus ancienne du monde, au point que ses origines sont très difficiles à préciser. On la retrouve sous différentes formes aux quatre coins de la terre. Elle s’appelle Yi King en Chine, sikidy à Madagascar, fa au Dahomey, les runes dans les pays Scandinavie etc.

 

Le terme de géomancie vient de gé ou géo (terre) et de mantéia (divination), donc ce sera la divination ou deviner par la terre. Il s’agit d’une technique chamanique relevant de l’évocation des forces de la terre. Elle se pratique de plusieurs façons : en frappant le sol avec un bâton, dans un plateau de cuivre contenant du sable ou de la terre, en jetant des coquillages, des cailloux ou des grains de blé ou de mil sur le sol, en jetant quatre plaquettes de bois comme pour les runes etc…

 

La géomancie en tant que divination par la terre est de tout premier ordre pour résoudre les problèmes matériels et aider l’homme dans ses besoins journaliers, afin qu’il y voit plus clair dans la prise de décision.

Ce petit livre est très pratique car il dégrossit et donne envie d’aller plus loin

 

GUÉRISONS  MIRACULEUSES

FABRICE   KIRCHER

Edition PARDES

 2002

Ce livre se veut un message d’espoir pour ceux qui souffrent dans leur chair ou dans leur âme, en effet il existe un remède à tout problème de santé, encore faut-il les connaître.


C’est l’un des buts de cet ouvrage ; faire parvenir à la connaissance de chacun, des médicaments, des techniques, des remèdes, capables de guérie toutes sortes d’affections.


Ce livre aborde les thèmes suivants :


Comment guérir par les couleurs
Le rôle de la respiration dans la santé
Les techniques des guérisseurs
Les bienfaits des eaux de source , des plantes et des minéraux
Et bien d’autres sujets encore…
Emaillé d’exemples de guérison, ce livre a pour ambition de prouver que rien n’est jamais perdu, qu’il ne faut pas baisser les bras face à la maladie, qu’il est nécessaire de se battre, encore et toujours, jusqu’à la guérison.

Plusieurs critères guideront nos pas dans la découverte de ces remèdes : qu’ils soient à la portée de tous, naturels et non toxiques. Doit-on rappeler le nom de tous ces médicaments allopathiques retirés des pharmacies à cause de leur dangerosité

L’explosion des thérapeutiques alternatives, l’ouverture de nombreux cabinets d’homéopathie, d’acupuncture, d’ostéopathie, de phytothérapie, démontre abondamment l’engouement, sans cesse croissant, de la part des malades, pour une médecine holistique. Ils ont raison, la preuve en ait apportée dans les pages de ce livre.
Y est traité :
Ces eaux qui soignent l’âme et le corps,
La terre qui guérit, L’air ,
le souffle de la vie,
Le feu , puissant régénérateur,
Guérir par les métaux,
Les bienfaits des plantes,
Animaux et guérisons,
Les médicaments combattus et oubliés,
La prière miraculeuse,
Ceux qui ont le don : rebouteux et guérisseurs.

H

HO’OPONOPONO – LA MÉTHODE PRATIQUE DU HO’OPONOPONO

Publicimo

Edition Edigo

 2013

Vous êtes stressé, irritable, sur les nerfs ? Vous en voulez à la Terre entière quand ça ne fonctionne pas comme vous le voulez ? Vous êtes rancunier et êtes capable de ruminer pendant des semaines et des mois quand vous en voulez à quelqu’un. Vous vous sentez accablé par les événements qui jalonnent votre existence et êtes convaincu d’être poursuivi par la malchance ? Vous voulez tout simplement trouver un chemin nouveau vers une sérénité nouvelle et réelle ? Et si vous mettiez une bonne dose d’Ho’oponopono dans votre vie ?

Ho’oponopono ? Une méthode de pardon et de repentir utilisée traditionnellement en Polynésie surtout à Hawaï, pour harmoniser les relations entre les membres des tribus. Remise au goût du jour, cette méthode peut réellement changer votre vie, comment ? En vous permettant de prendre de la distance par rapport aux événements, aux contrariétés, en vous apportant sérénité et harmonie. Mieux encore, avec le Ho’oponopono, vous allez pouvoir changer votre quotidien.

Les problèmes ? Envolés comme par magie, les conflits ? Disparus, les relations ? Plus harmonieuses. Est-ce pour autant une méthode miracle ? Non, le Ho’oponopono fonctionne seulement si vous êtes impliqué totalement dans la démarche et dans votre vie : être responsable et ne plus se cacher derrière des excuses ; abandonner ses principes et ses blocages mentaux ; s’ouvrir pleinement et complètement aux autres mais aussi à soi-même ; libérer son corps, son âme, son esprit ; vivre dans le présent, pour le présent, sans ressasser ni anticiper.

Tout cela devient possible, et c’est même votre planche de salut. Répéter le mantra du Ho’oponopono : « Je suis désolé, s’il te plait, pardonne moi, je t’aime, merci » et découvrez comment la méthode Ho’oponopono peut vous emmener au bonheur.

Exemple de petits exercices quotidiens pour être en harmonie : L’amour et la reconnaissance sont les deux piliers d’une vie harmonieuses, en prononçant de manière répétitive « je t’aime et merci » vous trouverez la paix. Dire « je t’aime » en se pressant légèrement le front, métamorphose les mauvaises pensées en énergie positive. Dire « merci » en se tapotant le dessus du crane, exprime la foi en la résolution des problèmes. En prenant confiance en vous et en la méthode, les résultats seront probants et vous retrouverez votre équilibre.

Au sommaire de cette méthode :

Origine et histoire : Qu’est ce que le Ho’oponopono ? - La tradition polynésienne et ses richesses - Les traditions hawaïennes - Une transmission essentiellement orale - Développement personnel et voie psycho-énergétique - Le Ho’oponopono en Occident comme philosophie de vie moderne - liens avec la religion -

Développement personnel - Le Ho’oponopono et l’entourage - Le poids des événements dans notre vie quotidienne - Les bienfaits de la pensée positive - Apprendre le lâcher-prise - Mieux se connaitre- La responsabilité, amie ou ennemi du bien-être - Quête spirituelle, une démarche personnelle - Esprit libre - La notion du temps est-elle incontournable  et primordiale ? - Agir pour ne plus subir - Reconnaitre et surmonter les obstacles de la vie -

Usages et quotidien - Le pouvoir et le poids des mots - Mieux régler les conflits et améliorer ses relations avec son entourage - La vie professionnelle - La vie de famille - Le Ho’oponopono et la santé - Savoir se remettre en question pour vivre mieux - Accepter les erreurs - Mettre de l’amour dans notre vie - Les habitudes à intégrer tous les jours dans notre vie - Vivre en harmonie avec soi-même -

 

HYPNOSE ET  AUTO-HYPNOSE     B.A-BA

LUCIEN   LIROY  

Edition PARDES

 2003

Devenir hypnotiseur, c’est acquérir, par un entrainement méthodique et persévérant et de multiples expériences sur des personnes de tout âge et de toute condition, l’aisance, la précision, le tact, la sureté et l’autorité, pratiques nécessaires à la pleine efficacité des techniques hypnotiques.


Tous les lecteurs de cet ouvrage, ne se lanceront pas dans les efforts exigés par l’apprentissage de l’hypnotisme ; en revanche ils sauront que l’hypnose peut leur apporter une aide incomparable dans diverses circonstances difficiles de la vie. Ce livre propose au lecteur la possibilité d’avoir sur cette question une notion claire et précise. Cette initiation, à la portée de tous, lui permettra de réaliser immédiatement des expériences en toute sécurité.
Il apprendra à utiliser les forces psychiques qui sont en lui pour tirer profit des techniques décrites, sans l’aide de quiconque. Outre l’intérêt que présente l’étude de ces phénomènes psychiques et de leurs applications pratiques, l’expérimentation doit être considérée comme un moyen exceptionnellement efficace de développement de la volonté, de l’assurance et de l’influence personnelle.


Les personnes influençables et les timides se doivent de connaître et de pratiquer la suggestion, afin d’être à même d’échapper aux tentatives de domination, de devenir maître d’eux-mêmes et d’acquérir une parfaite assurance en toutes circonstances. Apprendre à respirer, à se relaxer, développer sa mémoire, affermir sa volonté, ne sont pas les seuls bénéfices que vous pourrez tirer de ce livre, maîtriser la douleur, augmenter la force musculaire et la résistance physique sont des changements que vous pouvez obtenir.


En tant que phénomène naturel, l’hypnose existe depuis la nuit des temps, il y a toujours eu des hommes et des femmes qui exerçaient un charme, une fascination, une influence naturelle ou non sur leur congénères ou sur les animaux. Dans la vie courante, il est facile d’observer l’autorité ou le charisme naturel qui ne respecte absolument pas les hiérarchies familiales, sociales ou professionnelles, ni l’échelle des âges.


Comme technique, c’était souvent les initiés – chamans, prêtres, magiciens et autres sorciers – qui utilisaient ce pouvoir, entouré d’une aura de mystère, qui le rendait à la fois merveilleux, fascinant ou menaçant. La pratique de ce qui ressemble à l’hypnose actuelle n’entra dans sa phase expérimentale qu’à partir de 1776, avec les élèves de F. Anton Mesmer (1734 -1815), l’initiateur du magnétisme animal. Docteur en médecine de la faculté de Vienne en Autriche , exerçant en Allemagne puis en France , Mesmer enseignait l’existence d’un fluide universel , comparable à l’électricité et au magnétisme , circulant dans le corps humain comme dans les différents éléments de la nature et pouvant se transmettre , d’une personne à une autre , par imposition des mains ou par des passes magnétiques .


La magnétisation, directe ou à l’aide d’un aimant, provoquant une redistribution du fluide vital plus harmonieuse, avait un effet curatif. Les séances de magnétisation collectives autour de baquets contenant de l’eau et de la limaille de fer, pratiquées par Mesmer, provoquaient notamment des crises de nature convulsives chez les nombreux malades qui affluèrent dans son cabinet. Ces traitements furent à l’origine de discussions des plus passionnées parmi les scientifiques.

 

Au sommaire de cet ouvrage :

 

Historique de l’hypnose  -  le magnétisme  -  la méthode cathartique  -   diverses applications  -  Qu'’est-ce que l’Hypnose ?  -  les états seconds  -   transe légère et léthargie  -  Techniques de suggestion  -  Techniques mécaniques  -  Procédés de magnétiseur  -  pratique de l’hypnotisme  -  Expériences à l’état de veille  -   les mouvements automatiques  -   la suggestion  -  les inhibitions  -  expériences avancées  -  hallucinations et perturbations  -   le sommet hypnotique  -   le sommeil naturel et le sommeil hypnotique  -   les inductions hypnotiques  -   comment réveiller le sujet  -   sujets difficiles à endormir  -   la transe avancée  -   anesthésie  - catalepsie  -   somnambulisme  -   états hypnotiques supérieurs  -  autoscopie  -  régression  -  clairvoyance  -  Hypnotherapie et thérapeutique suggestive  -   les affections psychosomatiques  -  transmission de pensée  -    le dédoublement  -  Autohypnose  -   principes et formules de l’autohypnose  - 

 

hypnose rÉelle

GIOVANNI SCIUTO

Edition  DANGLES

 1975

Méthode de relaxation et d’auto-hypnose. Il est aussi question de sophrologie et de phénomènes psychiques.

 

L’histoire de l’hypnose qui nous est parvenue m’a permis d’observer que les inductions hypnotiques, dans leurs formes, rituelles et communicationnelles, ont plus évolué conceptuellement que fondamentalement. 

 

Certes, le fossé est immense entre le magnétisme animal de Franz-Anton Mesmer (1734-1815) et le monoïdéisme de James Braid (1795-1860); ce dernier va emprunter au Baron Hénin de Cuvilliers (1755-1841) le vocable «Hypnotisme» et le définir comme étant : «Un état particulier du système nerveux, déterminé par des manœuvres artificielles ou encore, un état particulier du système nerveux, amené par la concentration fixe et abstraite de l’œil mental, sur un objet, qui n’est pas par lui-même de nature excitante.»

 

Précurseur de Charcot, Braid pose sa théorie de l’hypnose comme état neurologique spécifique et réfute définitivement toute idée de fluide. Il donne naissance au « Braïdisme » en induisant l’hypnose par monoïdéisme qui consiste en une diminution de la faculté d’attention amenée par la pensée exclusivement attachée à un objet unique, à une pensée unique ».

Force est de constater que dans le fond, dans le processus rien n’est nouveau ou tout est ancien. Globalement, on retrouve:

 

– chez Elman des formes d’induction dites rapides (longues aujourd’hui), classiques dans leur structure. Ses suggestions sont directes avec évocation imposée, basées sur l’utilisation volontaire par le sujet de son imaginaire. Elles sont épurées d’artifices linguistiques et axées principalement sur la relaxation du corps puis de l’esprit et sont accompagnées de « passes hypnotiques ».

 

– chez Erickson, le style est dit permissif, sans l’être systématiquement (Erickson savait être directif). Ses suggestions sont indirectes plus axées sur l’évocation d’expériences universelles et plus confusionnelles dans leur rhétorique (utilisation d’un langage non spécifique). Il concentre ses efforts vers des processus psychologiques de dissociation, d’absorption et confusion.

 

En résumé, Elman et Erickson usent tous deux d’inductions hypnotiques progressives. Le style d’Erickson lent est indirect et permissif, celui d’Elman plus rapide (replacé dans son époque), direct et directif. Les avancées neurophysiologiques, sociologiques, anthropologiques, communicationnelles et mathématiques, ont apporté un éclairage précieux qui permet de comprendre les processus d’induction pratiqués depuis toujours sous différentes appellations et présentations. Gardons à l’esprit que toutes informations, de quelque nature qu’elles soient (visuelles, auditives, kinesthésiques, olfactives, gustatives) sont, majoritairement traitées inconsciemment. Cet axiome définit les processus sous-jacents aux inductions hypnotiques flash que j’enseigne aux professionnels de la relation d’aide. Les vidéos au bas de la rubriques hypnose flash® ne sont que des extraits qui visent à montrer que nous pouvons déclencher une transe profonde en quelques secondes sur des sujets non-préparés.

 

On observe que certains praticiens, quels que soient leurs formations, leurs titres, leurs approches et leur expérience, se privent de rites symboliques, « hypnogènes » fort utiles. La tendance actuelle, au nom de la démystification, aspire à une hypnose dépourvue de tout ce qui participe de l’hypnose profonde, jusqu’à devenir une hypnose « homéopathique », qui, il me semble, l’est plus dans un objectif de confort et de sécurité, au profit de l’opérateur que du sujet. L’hypnose Flash est une approche qui évitera à bien des opérateurs des efforts qui se résument souvent à enchaîner sans discontinuer : « Peut-être ou peut être pas » pendant une durée sans fin (15 à 45 mn ; remarquons que ces interminables minutes, finissent par assommer d’ennui les sujets. L’ennui étant un processus hypnotique à part entière). L’hypnose Flash permet d’obtenir des degrés d’hypnose plus intenses ou profonds qu’avec certaines inductions complexifiées que l’on dit être « nouvelles » depuis plus de 30 ans.

 

Plus sérieusement, lorsque nous évoquons le terme rite, il ne s’agit de rien d’autre que d’adapter à son sujet tous les processus enseignés en hypnose Flash d’une façon sérieuse avec intentionnalité. J’évoque ici la notion de rite au sens des « rites d’interaction » d’Erving Goffman (1922-1982). Formalisés, ils marquent un passage d’une dimension à une autre (rapports sociaux, cycle de vie, grade, changement, initiation), en l’occurrence d’un état de conscience, dit de vigilance normal à un état de conscience altéré temporairement.

 

Rassurons-nous, inutile de prendre une voix pathétique, ni même de s’affubler d’une tenue particulière. Inutile de transformer sons cabinet en roulotte de diseuse de bonne aventure, en baquet magnétique mesmérien ou en pseudo-temple de je ne sais quoi. Encore moins d’utiliser des parasites (artifices) olfactifs ou sonores (musique, encens…). Le rite se fera dans une série de gestes respectueux, appropriés, soutenus par une intentionnalité certaine ; dans un premier temps, au cours des tests de suggestibilité puis dans un second dans la phase d’induction de transe formelle.

I

IL Y A DE NOMBREUSES DEMEURESÀ LA DÉCOUVERTE DES UNIVERS PARALLÈLES

MEUROIS-GIVAUDAN

ÉDITION  LE  PASSE- MONDE

 2010

Depuis toujours, il s’est trouvé des cultures et des hommes pour nous parler de l’existence de mystérieux univers parallèles. Aujourd’hui plus que jamais, notre société se montre fascinée par le sujet…

 

Les récentes thèses de la physique quantique et les créations des artistes les plus visionnaires nous emmènent en effet avec insistance à regarder vers cette direction et à nous interroger.

 

Qu’en est-il de la Réalité de ce qui nous entoure, de nous-mêmes et comment aborder la notion d’Univers parallèles ? Au-delà des calculs mathématiques et des œuvres de science-fiction, il existe des êtres qui expérimentent directement, qui témoignent puis qui invitent à la réflexion. Daniel Meurois fait partie de ceux-là.

 

Mystique bien incarné et explorateur des « espaces d’outre corps » depuis plus de trente ans, il nous relate dans cet ouvrage une série de surprenants voyages à travers la pluralité des espaces de vie qui constituent notre univers.

Du monde elfique à celui des archanges en passant entre autre par ceux du rêve, de l’après vie, de la Maya et des archétypes, c’est à une véritable initiation aux réalités multidimensionnelles, qu’il nous convie.

 

On y apprendra, par exemple comment construire notre propre « sanctum céleste » ou encore comment déprogrammer nos constructions mentales virtuelles et parasites. En nous confiant ici les récits d’un grand nombre d’expérience, l’auteur donne naissance à une œuvre passionnante qui peut contribuer à élargir notre vision et à nous faire chercher un autre niveau de conscience.

 

Où il est question de :

Le principe des univers parallèles, les premières portes d’accès par les rêves, les songes ou autres cauchemars, le rôle des chakras et les phases d’un rêve, symboles et égrégores, les masques, le Kamaloka, les dimensions du purgatoire, les demeures de l’ombre, de l’Ether à la Matière, la Maya, la méthode égyptienne pour reconstruire notre demeure intérieure, du coté de la prière et de la méditation, le Sanctum et sa construction, au royaume des archétypes, le monde archétypal, comment et pourquoi pénétrer le monde sacré, le portail des Archanges, la clairière aux colchiques, paroles elfiques, le dynamisme de l’abandon et du lâcher- prise, pénétrer dans son intériorité et se construire.

 

INITIATION à l’art de guÉrir par le magnÉtisme humain

P.C. jagot

Edition DANGLES

 1974

Le Magnétisme humain, cette radioactivité biologique que chacun extériorise plus ou moins intensément constitue, en dehors de toute suggestion, un puissant agent thérapeutique. Par l’intermédiaire de cet agent, l’intention, le désir et la volonté de soulager voire même de guérir un malade, engendrent effectivement des résultats positifs. Ces résultats sont indépendants de l’imagination du patient, car ils se produisent aussi bien sur les enfants en bas âge que sur les adultes. Cette méthode n’a aucune commune mesure avec la médecine médicamenteuse, car elle réussit souvent là où tous les autres traitements ont échoué. Chaque expérimentateur, médiocrement ou puissamment doué, obtiendra en quelques heures le maximum d’efficacité s’il initie à la technique précise et sûre décrite dans cet ouvrage.

 

Le magnétisme, comme jadis l'électricité ou la lumière, fait partie de ces énergies mystérieuses, dont on observe les effets sans en connaître les causes. Comme dans notre univers il ne semble pas exister d'effets sans cause, nous devons admettre que le magnétisme est une réalité sans avoir la possibilité d'expliquer d'où il vient ni comment il fonctionne. Pour le guérisseur, le magnétisme, dont il constate chaque jour les effets bénéfiques, est une source d'énergie universelle qui émane des corps vivants, des minéraux et des éléments les plus divers qui forment le Cosmos. C'est une force impalpable, non mesurable, non quantifiable mais qui se manifeste dans beaucoup de domaines. Est-ce un fluide, une vibration, une onde, un corpuscule ? Ou les deux, ou les trois, ou les quatre à la fois? Ou rien de tout cela? Je ne sais.

 

Le magnétisme émane-t-il de Dieu, du Cosmos, des êtres vivants, de notre âme ou de notre esprit ? Rayonne-t-il des étoiles, de l'esprit des morts, de la matière? Je ne sais! Ce que je constate c'est qu'il existe car je le ressens, que nous le ressentons tous à un moment ou à un autre. Je sais qu'il est puissant et bienfaisant puisque je fais chaque jour appel à lui pour soulager et guérir mes malades. Depuis plus de deux siècles, il règne à son sujet une énorme confusion. Des centaines de livres en ont traité, des milliers de débats, de colloques ont réuni praticiens et chercheurs pour en parler, sans parvenir à se mettre d'accord sur une explication simple, évidente ou simplement plausible.

Il en va du magnétisme universel, comme du concept de Dieu. Il appartient au domaine du dogme, de la métaphysique, donc il se démontre mais ne se prouve pas. Tout a été dit du magnétisme. Les hypothèses les plus folles, les plus sérieuses, les plus farfelues ont circulé à son sujet. On a dit de lui le meilleur et le pire. La principale raison de ce désordre est que le mot lui-même recouvre au moins deux principes différents que la plupart des commentateurs confondent délibérément ou involontairement: - Le magnétisme physique ou minéral, celui des aimants. - Le magnétisme animal, humain ou vital.

 

Le magnétisme, branche de la physique et objet de ses études, est une force mesurable, quantifiable, mise en équation, reproductible à volonté. Découvert il y a plus de deux mille ans, la science d'aujourd'hui le maîtrise et le connaît assez bien. C'est une force jumelle de l'électricité, que dégagent les aimants. Cette force permet le bon fonctionnement de toute la technologie moderne, depuis les télécommunications jusqu'au lancement des fusées. Force fondamentale de la nature, elle régit l'interaction des atomes, la circulation des électrons, des quarks et de tous ces éléments infiniment petits que l'on découvre encore. Ce magnétisme-là est une force physique que l'on peut expérimenter et dont l'existence est prouvée. Ensuite, il y a l'autre magnétisme. Appelé fluide vital, fluide éthérique, fluide céleste, magnétisme animal ou humain, etc., il représenterait selon le Docteur Franz Anton Mesmer, une énergie émanant des corps célestes, analogue mais beaucoup plus subtile que celle de l'aimant.

 

Cette force s'exercerait par le moyen d'un fluide où baignent les êtres et les choses. Mesmer affirme que l'homme peut concentrer ce fluide et en diriger à volonté le courant sur ses semblables. Les procédés sont très divers : contact immédiat par le toucher ou l'imposition des mains, soit à distance par des passes au-dessus du corps ou des parties malades, soit par le truchement de l'eau irradiée, ou de la volition. Les maladies qui, selon le célèbre praticien, ont pour origine une insuffisance ou un blocage du fluide dans l'organisme, sont soignées par une thérapie de recharge ou de dégagement, dont la fameuse "crise" déclenchée et Le magnétisme, comme jadis l'électricité ou la lumière, fait partie de ces énergies mystérieuses, dont on observe les effets sans en connaître les causes. Comme dans notre univers il ne semble pas exister d'effets sans cause, nous devons admettre que le magnétisme est une réalité sans avoir la possibilité d'expliquer d'où il vient ni comment il fonctionne.

L

L’ACUPUNCTURE

Dr GUYN et HORVILLEUR

Edition CAMUGLI

 1975

Médecine douce, ce petit livre nous apprend à ne pas avoir peur de cette médecine, pourquoi et comment la pratiquer.

 

L'acupuncture est l'une des cinq branches de la Médecine traditionnelle chinoise (MTC), avec la diététique chinoise, la pharmacopée chinoise (herbes médicinales), le massage Tui Na et les exercices énergétiques (Qi Gong et Tai-chi). L’acupuncture se base sur une approche énergétique et holistique. Selon la pensée médicale orientale, elle agit sur le Qi (prononcer tchi) qui circule dans le corps par la voie des méridiens. Des aiguilles insérées à la surface de la peau stimulent des points d’acupuncture précis afin de régulariser le Qi ainsi que des fonctions physiologiques, organiques et psychiques ciblées.

 

En termes occidentaux, on pourrait dire que cela permet de renforcer les processus d’autorégulation et de guérison qui se mettent normalement en branle lorsque l’organisme subit une agression (causée par un virus, un stress, une blessure, etc.).

 

Il existe une cartographie détaillée des points d’acupuncture et des méridiens ainsi que de leurs rôles pour rétablir la santé et l’équilibre du patient.

Selon la MTC, l’acupuncture permet de traiter, souvent en complémentarité avec d’autres pratiques, une variété de « déséquilibres » liés, entre autres, aux systèmes musculosquelettique (arthrite, tendinite, bursite), respiratoire (bronchite, asthme), gastro-intestinal (calculs, diarrhée), nerveux (dépression, stress), etc. Elle contribue aussi à soulager divers maux courants (mal de tête, rhume, nausées), mais elle ne saurait guérir certaines maladies graves ni pallier des déficiences génétiques. L’acupuncture pourrait également jouer un rôle important dans la prévention des maladies. En maximisant l’activité fonctionnelle des viscères ainsi que la circulation des substances, elle permettrait d’équilibrer l’ensemble des systèmes de l’organisme. Cela ferait en sorte d’empêcher la maladie de trouver un terrain propice pour s’implanter.

À la première visite chez l'acupuncteur, ne vous attendez pas à le voir apparaître aiguilles en mains avec un petit sourire en coin... L’acupuncture est une discipline hautement élaborée et méthodique, basée sur des milliers d’années de pratique. En premier lieu, le thérapeute évalue l’état de santé de la personne et détecte ses déséquilibres énergétiques. Pour ce faire, il utilise l’observation, les palpations et des questionnaires détaillés. Il se peut qu’il vous interroge même sur les climats ou les saveurs que vous préférez - des indices supplémentaires pour corroborer son évaluation. Il prend note de vos antécédents médicaux et de vos caractéristiques (taille, poids, teint, rythme de la respiration, son de la voix, mouvements, état émotif, etc.). Il examine le pouls et la langue, écoute les bruits de l’estomac, relève les odeurs corporelles et ausculte les endroits douloureux associés aux méridiens.

En général, l'effet d’un traitement d’acupuncture est relaxant. Même si les aiguilles sont, à première vue, peu invitantes, elles font rarement mal. Elles sont à peine 3 fois plus grosses qu’un cheveu et ont été conçues pour s’insérer dans la peau sans résistance. Habituellement, l’acupuncteur utilise de 1 à 15 aiguilles, qu’il laisse sur différents points pendant 15 à 40 minutes, selon le problème à traiter. On compare la sensation causée par l’aiguille à une piqûre de moustique. Mais il arrive qu'elle soit plus prononcée, allant du picotement léger à l’engourdissement, voire à une décharge électrique. Généralement, ces sensations ne durent toutefois que le temps de l’insertion de l’aiguille. D’ailleurs, certaines personnes s’endorment durant la séance!

Il existe différentes écoles de pensée en acupuncture. Les Coréens, par exemple, insèrent les aiguilles uniquement aux mains et aux pieds, tandis que d’autres acupuncteurs les implantent seulement dans les oreilles, particulièrement lorsqu’il s’agit de traiter des troubles de dépendance. Au Japon, l’approche traditionnelle consiste à stimuler les points énergétiques davantage par le toucher (acupression) qu’avec les aiguilles. La pratique est en constante évolution et de nouveaux styles émergent régulièrement. Si la vue d’une aiguille vous donne le vertige, l’acupuncture au laser (qui utilise de légers rayons laser dirigés avec précision) pourrait constituer une solution de rechange intéressante. Cette technique est particulièrement utilisée auprès des personnes dont le traitement exige une stimulation prolongée et auprès des enfants.

La médecine chinoise aurait vu le jour il y a 6 000 ans. Ce sont les Jésuites qui, les premiers, ont ramené de Chine des écrits sur l'acupuncture à la fin du XVIIe siècle. Au début du XIXe siècle, en France, de grands noms de la médecine s'y intéressèrent. C’est toutefois sous l'impulsion de Georges Soulié de Morant (1878-1955), consul de France à Pékin pendant plus de 12 ans, que l'acupuncture prit un essor considérable en Europe à partir des années 1920.

 

L’ALCHIMIE – Super science extra-terrestre ?

CARLES et GRANGER

Edition  Albin MICHEL

 1972

L’auteur essaie de démontrer comment l’alchimie à travers le paranormal, peut jouer un rôle chez l’homme. Voyage astral, dédoublement, régression etc…

 

Les alchimistes fascinent, intriguent, dérangent depuis les religions existent. La nature très particulière de leurs recherches ne peut que nous rappeler que cette soif de richesse perpétuelle est inhérente à l'homme. Cette quête folle aurait pu prendre fin radicalement mais elle s'est au contraire perpétuée au fil des siècles. Nous aurons un aperçu du travail des alchimistes des temps nouveaux grâce à ce documentaire.

En supplément de son emploi de cadre, l’auteur est alchimiste depuis maintenant plus d'une trentaine d'années. Pour lui, il ne s'agit ni plus ni moins «que de transformer un élément simple en un autre élément simple» dans son laboratoire, ceci à l'aide de procédés artisanaux qui n'utilisent pas du tout la même énergie que celle utilisée dans les accélérateurs de particules. Véritable spécialiste du sujet puisqu'il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur les alchimistes, Bernard Biebel nous renverra à la philosophie pour expliquer cette passion des hommes pour l'alchimie. En effet, cette pratique recherche à recréer artificiellement les prodiges de dame nature.

Il semblerait que les forgerons aient été les premiers à l'origine du mystère de la transformation de l'or. Pour ce qui de l'alchimie occidentale, il faut sans doute chercher également du côté de l'Egypte pour retrouver les traces de cette fascination pour le métal précieux. Ajoutons à cela que les égyptiens étaient passés maîtres dans l'art de la fonderie et du travail des métaux, ce qui ne fait qu'alimenter l'hypothèse qu'ils aient pu fabriquer quelque chose de rare et d'assez inédit. Nous allons vraiment remonter aux confins de l'histoire de l'humanité pour tenter de décrypter ce qui a pu pousser les hommes à vouloir ainsi se substituer à la nature et s'intéresser à l'alchimie. Au carrefour des religions, de la philosophie, et bien d'autres domaines encore comme l'astronomie, il n'y a parfois qu'une petite distance d'un domaine à l'autre, une distance que les auteurs de ce documentaire vont nous aider à franchir pour percer le mystère des origines de l'alchimie.

L'étymologie du mot «d'alchimie» lui-même nous portera jusqu'en Afrique du nord. Deux alchimistes en herbe espagnols, Santago et Manuel, s'inspirent apparemment des techniques d'alchimistes arabes pour tenter de parvenir à leurs fins. Ces techniques arabes évoquent l'utilisation du souffre et du mercure en respectant un critère plutôt spirituel, celui «de la balance», qui veut que chaque corps présent sur la Terre soit immanquablement imprégné de ces deux composants qui doivent se trouver «en équilibre parfait», par exemple dans le corps humain. Que ce soit les égyptiens ou les arabes, toutes les civilisations qui ont travaillé sur des recherches alchimiques ont pu acquérir une maîtrise impressionnante du procédé de fabrication des métaux. Vers la fin du livre, l’auteur rappelle  que sa recherche alchimique est aussi un moyen détourné «de retrouver Dieu».

Entre la fameuse légende de la pierre philosophale, la codification de manuels très anciens et l'exploitation très fréquente de symboles, nous aurons aussi parfois l'impression de nous contorsionner entre ésotérisme et religion. C'est un documentaire relativement curieux, auquel il manque probablement un tout petit fragment «de bouquet final» qui n'a malheureusement pas pu être retrouvé dans les méandres du net. Les alchimistes parviendront-ils, un jour, à réaliser leurs rêves insensés ?

 

LA PHOTOGRAPHIE      KIRLIAN    EXPLIQUÉE

BRIAN      SNELLGROVE

Edition TREDANIEL

 1997

La plupart d’entre nous considèrent l’aura comme un halo de lumière entourant la tête des saintes.


En fait tous les gens ont une aura. L’aura joue deux rôles importants : former une couche protectrice autour de nous et agir comme une station émettrice  et réceptrice des pensées et des émotions. Les pensées sont vivantes et nous les émettons 24h/24. La photographie Kirlian est un nouvel outil étonnant, qui nous permet de voir, sous une forme graphique, la façon dont cette mystérieuse couche électrique varie de personne à personne.


L'effet Kirlian est le résultat photographique de la manifestation physique d'ondes à hautes fréquences, irradiées par le psychisme humain.

Ces ondes peuvent être perçues grâce à un procédé photographique qui consiste à convertir des propriétés non électriques d'un objet en propriétés électriques, à l'aide d'un champ électrique à haute tension, avec un transfert direct des charges de l'objet sur l'émulsion photographique. On nomme ce procédé l'électrographie. Ces ondes furent mises en évidence la première fois par Nikola Tesla, en 1893, lors de la foire mondiale de Chicago où il apparut en public entouré d'un halo de lumière grâce à un procédé utilisant une bobine électrique qui porte toujours son nom. Ce n'est qu'en 1939 que des preuves photographiques ont pu être apportées par Semyon Kirlian, un jeune chercheur soviétique, et dans les années soixante que le lien fut fait entre ces émanations et la santé, le psychisme ou la personnalité profonde d'un individu. Des diagnostics préventifs furent même réalisés par des médecins soviétiques.

Les émanations Kirlian ont aussi permis de constater que les corps vivants émettent des rayonnements qui correspondent non seulement aux parties " visibles " de ces corps mais également à des parties devenues " invisibles " comme des membres ou des morceaux amputés. Cette constatation est à rapprocher des affirmations d'un grand nombre d'amputés qui prétendent continuer à " souffrir " ou à " sentir " un membre depuis longtemps disparu. On sait aussi que l'effet Kirlian peut être rapproché des théories millénaires de l'acupuncture traditionnelle. Les points les plus lumineux relevés sur les photographies sous hautes tension correspondent, en effet, aux quelques 700 zones clefs enseignées par les orientaux.

L'effet Kirlian est la manifestation d'un des aspects de notre potentiel énergétique. Ce dernier qui, chez l'homme, se décompose en énergie chimique, mécanique, électrique, calorique et psychonique, est produit par la dégradation et l'oxydation des lipides (graisses) et des glucides (sucres). L'énergie psychonique est la moins connue de toutes. Elle se différencie des autres types d'énergie par son caractère rayonnant qui lui permet de s'évader du corps physique et de former ainsi une bulle énergétique visualisable par la technique de l'effet Kirlian. La production des " psychons " ne peut donc pas être liée au seul cerveau.

 

C'est bel et bien l'ensemble de nos cellules qui rayonnent cette énergie liée à l'activité du système endocrinien et, plus spécialement de la glande thyroïde. En traitant la glande thyroïde par des faisceaux de lumière colorée, on peut réduire un excédent d'énergie non dissipé (hyperthyroïdie) ou, à l'inverse, stimuler les sécrétions dans les cas d'insuffisance. C'est du fonctionnement de la thyroïde que dépend le niveau énergétique global de notre organisme. C'est le niveau de sécrétion de cette glande qui déterminera l'importance et la coloration de cette " aura " que visualise l'effet Kirlian.

 

LA   PHOTO   KIRLIAN  ET SES  APPLICATIONS EN MÉDECINE ÉNERGÉTIQUE

DOCTEUR ANDRE  BANOS

Edition DANGLES

 1997

L’électrophotographie dans le domaine médical est avant tout une technique d’aide au diagnostic, au même titre que toutes les autres possibilités au service du médecin : interrogatoire, examen clinique, imagerie médicale, endoscopie, biologie… Elle fournit immédiatement un bilan  bioénergétique du patient, qui permettra au praticien d’orienter son traitement : équilibre global, mode réactionnel,  profil neuropsychique, état énergétique des organes et fonctions, blocages et perturbations…et contrôle de la validité thérapeutique du traitement engagé. Cette méthode, déjà ancienne, connaît un fort regain d’intérêt avec le développement des médecines alternatives et les perfectionnements de l’électronique.

 

L’auteur, homéopathe et acupuncteur, apporte ici le témoignage de l’homme de terrain qui, depuis plus de 10 ans, a confronté et analysé des milliers de photos Kirlian. Démystifiant cette technique originale de toute interprétation ésotérique, cet ouvrage fait le point et la synthèse des notions électrophotographiques, communément admises et exploitables par  la médecine.

 

Sans verser dans l’excès de complexité scientifique ou médicale, il explore, en des termes accessibles à chacun et selon un plan logique et progressif, les divers aspects de cette méthode : historique, principe physique, le laboratoire et le matériel, les modes d’interprétation et les applications. De nombreux schémas, exemples de photographies et observations médicales illustrées éclairent cet exposé.


Tout thérapeute énergéticien devrait se servir de la photo Kirlian.

 

la puissance du regard

A. LUZY

Edition DANGLES

 1973

Le langage des yeux, tout en dévoilant des choses qu’aucune langue ne peut exprimer, a toujours été universellement compris par les hommes de tous les pays et de toutes les races. C’est le reflet de la vie intérieure, des sentiments, des passions, du chagrin, de l’ironie, de la droiture ou de la fourberie.


L’analyse du regard de vos interlocuteurs vous permettra non seulement de vous former votre première impression, mais vous révélera également leur caractère profond et leurs intentions cachées. De plus, vous pourrez vous-même acquérir par l’exercice, ce regard pénétrant et scrutateur, devant lequel, tous les artifices et tromperies resteront vains.


Votre regard vous secondera comme un ami ; il deviendra une force qui vous aidera beaucoup à persuader, infléchir et conquérir. Un homme fort et assuré possède un regard qui « en impose » et qui persuade.


Vous deviendrez cet homme !

 

la radiesthÉsie thÉorique & pratique

R. lacroix

Edition  DANGLES

 1973

Parmi les nombreux livres actuellement disponibles sur la radiesthésie, celui-ci mérite une place à part. En effet, l’auteur a su réunir en un seul ouvrage, tout ce qui concerne la théorie et la pratique de cet art. C’est donc un ouvrage particulièrement complet, et d’un intérêt exceptionnel.

Vous y trouverez toutes les instructions nécessaires et précises pour découvrir vous-même les sources, les gisements métalliques et rechercher toutes choses cachées à l’aide de la baguette et du pendule. À chaque instant de votre vie où vous hésitez devant une décision à prendre ou un choix à faire, le pendule peut vous aider.


En effet, l’art du sourcier a fait en quelques vingt ans des bonds prodigieux. La baguette est passée des mains du paysan faiseur de puits à celles de l’ingénieur, du physicien, du savant. Elle a quitté l’exploration du sous-sol pour viser plus haut, dans la vie végétale, l’analyse de la terre nourricière, puis d’emblée elle a atteint le domaine de la vie animale. Après les détections des crevasses, des failles ou des abcès métalliques du sol, baguettes et pendules ont réagi devant les troubles organiques du corps humain et abordé diagnostic et thérapeutique.

 

C’est un scandale pour beaucoup, mais à côté de l’hostilité de certains, il est consolant d’entendre le Dr Chavanon, par exemple, homéopathe renommé, affirmer : « Pour choisir la meilleure teinture mère ou la meilleure dilution obtenue de la culture choisie, il n’y a à l’heure actuelle qu’un seul procédé rapide, la radiesthésie sérieuse qui puisse aider l’expérimentation chimique des remèdes… La radiesthésie n’en est qu’à ses balbutiements mais déjà les conclusions métaphysiques qu’il est possible d’en tirer dressent contre elle une majorité d’adeptes des sciences dites positives.»


En attendant que demain ratifie ces prémices, et avant d’aborder hypothèses, théorie et exposé pratique de travail, tâchons d’établir d’une part la liste des phénomènes ou des travaux radiesthésiques acquis comme certains, classiques, quasi-scientifiques, en tous cas dont les faits connus tombent sous le sens et ne peuvent, de bonne foi, être niés ; d’autre part, ce qui actuellement est, à notre avis, acquis, mais qui stupéfie le profane, chagrine le scientifique, heurte le matérialiste, surtout cette possibilité de détection à distance qu’on nomme déjà la télé radiesthésie.

 

Pratiquée depuis toujours, la «baguette divinatoire» connut un regain d’intérêt à la fin du XVIIe siècle. Tantôt encensée, tantôt décriée, elle ne cessa dès lors de hanter l’imaginaire collectif des villes et des campagnes. Un changement de nom, capital, eut lieu en 1926. La «radiesthésie» était née. Ce nouvel intitulé allait la propulser, pour quelques années, sur les devants de la scène médicale. On les appelait autrefois rhabdomanciens, sourciers, baguettisants ou pendulisants. À l’approche des années 1930, une nouvelle appellation fit florès, plus savante, plus respectable: on parla désormais de «radiesthésistes».

 

Le mot «radiesthésie» fut, semble-t-il, prononcé pour la première fois par l’abbé Alexis Timothée Bouly (1865-1958) en 1926. Ce célèbre sourcier, curé d’Hardelot-Plage, revenait le 29 octobre d’une prospection autour des mines de plomb auro argentifère de Villevieille dans le Puy-de-Dôme. Interviewé par le journaliste Géo London dans le train de nuit qui le ramenait vers Paris, l’abbé prononça le nouveau terme qu’il avait imaginé quelque temps auparavant, apparemment avec le concours du chanoine Louis Bayard, doyen de la Faculté libre des lettres de Lille.

 

La publicisation de ce néologisme relevait bien sûr d’un choix stratégique. Le mot évoquait les «rayons» et autre radium, alors très en vogue dans les milieux scientifiques; il n’était pas sans évoquer aussi la «cryptesthésie», terme imaginé par le prix Nobel Charles Richet pour désigner ce que nous avons coutume d’appeler le «sixième sens».

 

la radiesthÉsie, techniques & applications

J. jurion

Edition BELFOND

 1976

Si l’on se reporte au dictionnaire, on y apprend que la radiesthésie est une faculté encore mal connue qu’auraient certains individus de capter les radiations par différents corps…


En réalité, la radiesthésie est un test, un contrôle de nos moyens d’investigation.

 

Le cerveau utilise les informations sensorielles et télépathiques transmises par l’organisme, soit automatiquement, soit par le biais de la connaissance sensitive, rationnelle ou intuitive.


Le R.P. Jurion, dont l’expérience de radiesthésiste s’étend sur plus de vingt années, explique, dans un langage clair, accessible à tous et néanmoins parfaitement rigoureux, comment devenir soi-même radiesthésiste, comment acquérir la maîtrise du Pendule – que l’on recherche une source d’eau ou un trésor –, comment obtenir les réponses les plus sûres aux problèmes de la vie quotidienne, qu’ils soient psychologiques, affectifs ou professionnels.

 

L’ARGILE  POUR  VOTRE SANTÉ

DOCTEUR  ANDRE  PASSEBECQ

Edition DANGLES

 1978

Les vertus thérapeutiques de l’argile ne sont plus aujourd’hui à mettre en doute. L’auteur, praticien de la naturopathie, dénonce certaines assertions relatives à de prétendues propriétés miraculeuses de l’argile, mais met en relief son intérêt incontestable dans nombres de troubles organiques. Dans un large esprit de synthèse, il énonce et rappelle pour plus de 140 affections, les diverses mesures à prendre, qu’elles soient d’hygiène alimentaire, les contre-indications, et surtout les traitements complémentaires à associer avec l’argile pour une parfaite efficacité, que ce soit la magnésiothérapie, l’aromathérapie, l’hydrothérapie et d’autres.

A notre époque, l'argile est toujours considérée comme une arme thérapeutique très puissante par de nombreux naturopathes. On l'utilise avec succès dans de nombreux centres de santé holistiques et de nombreux spas l'utilisent à des fins de soins esthétiques ou pour contrer les effets du stress. En fait l'argile est une arme très puissante contre un nombre important de maladies, et elle n'occupe peut-être pas encore toute la place qui lui revient.

 

Qu'est-ce que l'argile? L'argile est une roche sédimentaire meuble, provenant de la décomposition d'espèces minérales appelée " feldspaths " composés principalement de silicate d'alumine; elle est imperméable, grasse au toucher et elle peut être facilement façonnée lorsqu'elle est imbibée d'eau. On la retrouve généralement dans le sous-sol à un mètre de profondeur. Elle est composée de nombreux minéraux, tels que : silice, aluminium, magnésium, calcium, fer, phosphore, sodium, potassium, cuivre, zinc, sélénium, cobalt, manganèse, de la chaux.  L'efficacité thérapeutique de l'argile sera d'autant plus importante que celle-ci aura été exposée au soleil, à l'air et à l'eau des intempéries.

 

Propriétés médicinales de l'argile : L'argile possède un pouvoir absorbant, une action absorbante, et des vertus antiseptiques. C'est un remède doté de l'intelligence de la nature. Il identifie le mal et le neutralise.  Le professeur Heins Battenberg écrivait dans son étude " Le traitement des maladies avec la terre " …/ l'effet essentiel de la terre réside, sans aucun doute, dans sa capacité d'absorption. Ses particules sont tellement minuscules et, pour cette raison, la tension de leur surface tellement grande, que d'énormes quantités de poison peuvent être absorbées. La terre peut absorber non seulement l'eau, mais aussi des gaz. …/ Ce pouvoir absorbant est tellement important que 5 grammes d'argile seront suffisants pour absorber complètement une solution composée de 10 cm3 d'eau et de bleu de méthylène à 0.1%.

 

Pouvoir adsorbant : Ne pas confondre adsorbant et absorbant. Lorsqu'il y a absorption, il y a imprégnation (l'éponge absorbe l'eau), lorsqu'il y a adsorption, il y a fixation (l'argile fixe l'élément indésirable (l'attrape) et l'emmène pour l'éliminer. L'argile adsorbe toutes les impuretés, les substances toxiques, et les élimine. Vertu antiseptique : L'argile détruit avec une redoutable efficacité les germes pathogènes. Elle le fait avec intelligence, en ne détruisant pas la flore bactérienne bienfaisante pour la santé. Elle consolide les tissus atteints et guérit les plaies et blessures. L'abbé Kneipp remarquait que : " l'argile arrête l'inflammation, attire les matières morbides, putrides, les absorbe et purifie de cette manière les abcès et les ulcérations ".

Utilisation de l'argile : Usage interne : L'usage interne devrait cependant être pratiqué sous supervision d'un praticien de santé qualifié dans ce genre de traitements. En effet il y a certaines contre-indications et certaines précautions à suivre pour cette utilisation. Cependant, il y a un moyen d'utiliser l'argile sous forme interne, de façon sécuritaire, c'est de préparer une " eau d'argile ". Cette eau se prépare en faisant macérer une nuit, ½ à 1 c. à thé d'argile, dans un grand verre d'eau (250cl). Le matin, à jeun, boire l'eau, sans mélanger, en prenant soin de ne pas consommer l'argile déposée au fond du verre


Ce livre sur l’argile vous enseignera, quelle argile choisir- blanche ou verte- selon les cas, les divers traitements, en boisson ou cataplasme, les temps, les bains, les masques, les dragées et comprimés etc. Plus de 140 affections sont dénombrées et toutes sont expliquées avec les soins à faire avec l’argile.

 

l’art de la clairvoyance

par J.B. DELACOUR

Edition  QUéBEC amérique

 1977

La Clairvoyance est un Don inné. Chaque être humain a cette faculté qui permet de voir au-delà des apparences. Très souvent ce don se manifeste sans que nous en ayons vraiment conscience. C'est-à-dire sans l'activer consciemment. Cependant, suivant notre cheminement spirituel, nous avons le choix de continuer dans cette voie ou pas. Ainsi ce don se développe d'une manière volontaire, c'est-à-dire par l'activation consciente de notre potentiel.

 

Qu'est–ce que la clairvoyance ? Il s'agit d'une des nombreuses voies, ou chemins initiatiques si vous préférez, que nous pouvons emprunter pour retrouver qui nous sommes. La clairvoyance permet à l'être qui veut atteindre des états supérieurs d'y parvenir. Mais il faut bien être conscient que cette voie n'est pas de tout repos. Celle-ci exige de l'individu qui veut servir l'humanité, dans un état d'amour véritable et de service véritable, d'être un être qui se purifie quotidiennement et incessamment. Il doit aussi développer une conscience spirituelle. Cette voie n'est pas évidente à cause de la grande responsabilité et de l'exigence très profonde qui appartient à celui qui décide de prendre ce chemin.

 

Pour aller dans cette voie : Il faut tout d'abord accepter de se détacher. Ceci est la première étape. Il faut se détacher de sa propre réputation, de ce qu'il y a autour de nous, de ce que disent les autres et de ce qu'ils peuvent penser et de sa propre pensée et de ses propres émotions. Après le détachement il faut développer son discernement afin de différencier la voie de l'illusion de celle de l'esprit. Et parvenir à faire la différence entre le chemin de l'illusion et celui de l'Esprit. Plus précisément, la voie de l'illusion c'est la voie de la chair, de l'émotion, du mental intérieur, de l'ego, de l'orgueil, de la recherche, de la réputation, de la recherche dans la manière d'être uniquement reconnu et apprécié. Cette voie est étroite car elle demande une totale purification. Cela ne veut pas dire qu'il faut être un ange pour avoir accès à la clairvoyance. Mais il faut garder à l'esprit les exigences de cette voie. Je ne dis pas que cette voie n'est pas gratifiante, bien au contraire. Il faut accepter de regarder en toute sincérité quelle intention vous avez pour choisir cette voie. Sachez que même à cet instant où tombent les masques vous serez accompagné pour aller vers cette vérité.

 

Comment développer le don de clairvoyance ? Ce phénomène se manifeste chez celui qui a la maturité et se présente dans un moment tout à fait inattendu. Tout à coup la personne voit qu'elle vient de traverser une porte qu'elle ne connaissait pas et peut-être même vers laquelle elle n'avait pas d'aspiration particulière. Mais voici que les choses lui sont révélées. D'autres personnes peuvent aussi développer la clairvoyance avec une intention très pure de parcourir cette voie étroite. Alors ils pourront avec la méditation, avec le silence, avec la vérité intérieure développer progressivement une attitude d'âme qui le prépare à devenir clairvoyant. Lorsque l'âme est appelée dans cette voie-ci momentanément elle quitte le corps. Il y a alors séparation de la matière et de " l'esprit ". C'est comme si l'être dans la pureté de sa clarté d'être était capable de remonter à l'intérieur de son canal jusqu'à son âme et son Moi Supérieur.

 

Une fois à ce niveau il lui est plus facile d'étendre ses antennes et d'aller chercher des vibrations et d'être capable de traduire ces vibrations. Une fois qu'il a reçu ces vibrations, il les traduit et transmet ces informations au cerveau qui lui utilise le vocabulaire qui est courant pour l'être humain. C'est pourquoi quelquefois il y a des messages qui sont difficiles à traduire pour celui qui reçoit. Ce qui explique que souvent le clairvoyant utilisera des formes symboliques pour être capable de traduire les vibrations très élevées qu'il reçoit. Les médiums ne reçoivent pas tous des vibrations du même plan. Certain individu possède une grande capacité intuitive, mais il n'ont pas suffisamment éveillé leur conscience et n'a pas accordé assez d'importance au détachement. Celui–ci est alors dans l'incapacité d'accéder aux plans supérieurs, il ne peut capter que des vibrations en provenance de l'astral.

  

l’Être humain et les Énergies vibratoires

 J. Noël kerviel

Edition  ARKA

 1997

À travers ce livre l’auteur nous sort de la matérialité et nous entraîne vers des mondes intermédiaires ou tout est vibration, où l’invisible devient visible, où des réponses sont apportées à nos questionnements.

Un état de parfaite santé, est le produit d’un dialogue cohérent entre nos cellules, notre corps et notre environnement. En élevant notre niveau vibratoire nous élevons notre niveau de conscience, et renforçons notre système immunitaire.

Tout est Un et rien n'est séparé. L'accélération de la descente d'énergie cosmique qui s'opère par vagues successives, amène les êtres humains à se délivrer de leurs conditionnements limitatifs, en déprogrammant leurs « mémoire  cellulaires ».Sur notre terre et dans le Cosmos, les effets de la transition par l’Énergie Nouvelle se font sentir dans tous les aspects de la création.

Chaque cellule doit rapidement s'adapter aux nouvelles fréquences supérieures, pour se ré-informer en vibrations spirituelles. Nous allons bientôt vivre l'écroulement des constructions mentales qui ne sont plus en harmonie avec les nouvelles fréquences vibratoires.

Les émotions, les conditionnements, les attachements, les systèmes de défense, les peurs, les colères, les doutes s’atténuent chez bon nombre d’humains, car ils étaient la manifestation de la troisième dimension, alors que les humains passent de plus en plus dans la quatrième.

Le cerveau émotionnel par son habitude réactionnelle et le refoulement, retenait les mémoires cellulaires, alimentant ainsi en énergie mentale les conditionnements et nous plongeait dans des schémas répétitifs inconscients. Dans cette dimension, l'énergie mentale ne laissait qu'une infime place à l'énergie cosmique. Beaucoup de nos frères humains vivent encore dans cet espace-temps où règne l'inconscience.

La cinquième dimension, c'est une période de transformation qui se manifeste par la réception de l'énergie cosmique, qui spiritualise les cellules. L'énergie pure, en ré informant les cellules, par des vibrations supérieures, anesthésie les cellules du cerveau émotionnel. Ainsi, le refoulement ne peut plus s'opérer et les conditionnements ne sont plus alimentés par l'énergie mentale. Nous allons entrer dans l'ère de la conscientisation de toutes nos actions. Dans la cinquième dimension la dualité ne pourra plus se manifester, nous vivrons l'unicité. Tout se manifestera par ressenti vibratoire, l'homme ne pourra plus retenir, ni refouler les événements. Au contraire, il passera par la délivrance de chaque mémoire, tout sera vécu en conscience, dans l'instant présent. Ce sera l'âge d'or, la société sera forcée de se transformer en valeurs plus justes, l'intuition se développera, les pensées se manifesteront, nous expérimenterons une nouvelle forme de fonctionnement. Le voile entre la quatrième et la cinquième dimension devient de plus en plus mince et bon nombre d’humains sont passés dans le niveau de conscience de cette dernière, d’autres l’ont largement dépassé. Tout s'accélère actuellement, ce qui permet à ceux qui le désirent, de s'éveiller et de développer une perception consciente. Nous pouvons accélérer ce processus, en accueillant les vagues d'énergies successives qui déferlent actuellement sur la planète. En spiritualisant nos cellules, l'énergie cosmique « déprogramme » nos mémoires. N'oubliez jamais qu'à chaque fois que nous libérons une mémoire, son espace se remplit de lumière.

Dans la troisième dimension nous avions pour habitude de réagir, chaque fois que nous vivions une frustration, nous avions coutume de retenir ce qui était agréable et de refuser ce qui l'était moins. Cela ne faisait qu'entretenir notre habitude réactionnelle et alimenter nos conditionnements et attachements par l'émotionnel, celui-ci étant la source de nos souffrances…Si nous voulons accélérer la déprogrammation de nos mémoires cellulaires, nous devons changer nos comportements : ne plus réagir, mais agir consciemment. Il nous faut cesser de refuser les frustrations, de toujours vouloir avoir raison afin de conscientiser nos émotions pour nous en libérer. Le temps est venu où nous pouvons les transmuter par l'énergie cosmique. En vivant le moment présent, nous ne pouvons plus être dans nos pensées, dans nos frustrations ou dans nos émotions. Nous entrons dans la zone de l'espace libre, la zone du silence, qui se situe entre deux pensées.

Quand nous sommes dans cette zone, notre taux vibratoire s'élève, et nous pouvons contacter l'énergie subtile. Vous la ressentez sous forme de picotements et de chaleur, ensuite elle se diffuse dans votre corps. Prenez conscience qu'elle ré-informe vos cellules en énergies spirituelle, ressentez consciemment cette vibration supérieure qui vous procure un apaisement et une immense joie… En spiritualisant vos cellules, l'énergie fonctionne comme une anesthésie, le mental ne peut plus produire l'énergie nécessaire pour apparaître avec ses masques sociaux interchangeables. C'est la fin des structures mentales, nous nous éveillons à la perception consciente, qui nous permet de différencier les énergies plus lourdes, appartenant à la troisième dimension, des énergies subtiles de joies d'amour et de paix, appartenant à la cinquième dimension…En raison des descentes d'énergies, nous serons de plus en plus, confrontés à la résurgence de notre inconscient, confrontés à ce que nous avions refoulé : nos peurs, nos attachements, nos frustrations ; nous devrons les accueillir, sans jugement ni refus, pour nous en libérer totalement. En conscience, nous expérimenterons le détachement et, ce qui auparavant nécessitait plusieurs années pour se cristalliser, peut, maintenant se faire beaucoup plus rapidement. Nous nous libérons de notre ancien « programme », nous vivons, en fait, une thérapie consciente.

L’accélération du temps produit sur l’Être Humain une mutation de sa biologie, de ses perceptions sensorielles et de son champ d’énergie. C’est l’émergence d’une nouvelle conscience lumineuse. Actuellement la Terre a atteint la fréquence de 12,9 hertz alors que le maximum est de 13 hertz (le point zéro). Pendant cette accélération nous mutons pour égaler cette fréquence intemporelle et lumineuse. Cette mutation se vit par des sensations nouvelles, inconnues avant 1987. Il y a changement au niveau de l’ADN ce qui apporte douleurs physiques (nuque, omoplates, genoux, mâchoire), vertiges, pertes de mémoires, sueurs nocturnes, insomnie, fatigue intense, reflux gastrique, etc. Les organes sensoriels changent, de nouvelles perceptions apparaissent. Les yeux picotent (sensations de grains de sable), les perceptions sont plus intérieures (télépathie, intuition). Les oreilles bourdonnent, sifflent, impression d’acouphènes. Le goût change, on ne peut plus manger certains aliments, la langue sécrète un goût de cuivre. L’odorat évolue : perceptions d’émanations alors qu’il n’y a aucune fleur qui dégage son parfum dans les environs.

Le champ d’énergie change, la rotation des chakras s’accélère pour égaler la fréquence de la Terre formant ainsi un canal de lumière, le SOI LUMINEUX (sensations d’oppression au milieu de la poitrine, gorge sèche la nuit et picotements, pression au troisième œil, perception de lumières intérieures sous forme de faisceaux et couleurs diverses, lourdeur et picotements au sommet de la tête). La Lumière force le passage en dé cristallisant les sceaux magnétiques denses qui entourent les mémoires. Vous vous écartez de plus en plus des personnes restées en troisième dimension (vos fréquences plus subtiles ne peuvent plus résonner avec la densité de leur fréquence), vous recherchez le silence. Si vous le vivez ainsi, c’est que vous vous harmonisez aux changements vibratoires. Ces changements vibratoires sont la fondation d’un monde nouveau basé sur l’Amour inconditionnel apportant, paix et joie durables.

Une Connexion Lumière, c’est un phénomène quantique très simple basé sur la loi d’attraction. Par ce principe, chaque personne qui canalise son Soi Lumineux peut aider une autre personne à accélérer sa mutation. Pour pratiquer la Connexion Lumière, le praticien se met en contact direct avec son Soi Lumineux, canalisant ainsi la Source Divine. Un changement vibratoire s’opère alors chez la personne qui veut accélérer sa mutation. Ses chakras entrent en rotation pulsée s’alignant à la fréquence plus élevée du praticien (phénomène d’osmose). Le consultant vit un état de ravissement, la Lumière pacifie son mental qui ne peut plus produire l’énergie nécessaire pour refouler les mémoires. La Connexion Lumière permet de transmuter en conscience vos énergies denses en énergies Lumière, de vivre votre Ascension Personnelle et de devenir votre propre Maître.

C’est par l’Énergie Nouvelle appelée sur terre lors de la Convergence Harmonique - qui eut lieu en août 1987- que cette accélération du retour de l’Humain vers sa Divinité est devenue possible. Mahatma, une Entité Collective ayant pris en charge cette Nouvelle Énergie est celui qui peut actuellement, et mieux que tout autre, nous aider dans notre évolution. A cette fin, il nous a transmis l’Énergie Parjina dont les symboles activent les différents attributs de l’Énergie Nouvelle, pour accompagner, accélérer et surtout faciliter ces incroyables changements déjà à l’œuvre chez les humains.

Y est expliqué :

L’A.D.N – les Ondes de forme – l’Harmonie – l’Âme et l’Esprit – la Quête de la pierre philosophale – la Pyramide – l’Homéopathie – l’Effet Kirlian – les Rêves – Notion du guide – la Psychostasie – Isis – Osiris – Horus.

 

le livre des chakras de l’Énergie et des corps subtils

Jean P. MILLER

Edition Quebecor

 2002

Ce livre nous fait prendre conscience des centres d’énergies que nous possédons. Il démystifie le monde des chakras et nous apprend à les ouvrir. Une très bonne vision ésotérique.

 

Cet ouvrage vous aidera à démystifier enfin le monde des chakras et les différentes traditions, tant anciennes que modernes, qui s'intéressent à ces centres d'énergie. Vous y trouverez une synthèse de plusieurs disciplines et théories qui ouvre la porte à une étude pour ceux et celles qui veulent en savoir davantage. Ce guide vous aidera également à prendre conscience des énergies qui traversent votre corps et à ouvrir vos chakras pour accéder à un niveau de conscience supérieur. Ce livre vous permettra de faire des choix éclairés. C'est dans cet esprit qu'il vous est présenté, afin que vous puissiez faire un pas vers cette réunification essentielle pour une évolution complète de votre être.

 

Les chakras sont issus d'un système de croyances philosophiques issues de l'hindouisme, le mot sanscrit chakra signifiant roue. Les centres d'énergie ou chakras correspondent à nos principaux plexus nerveux. Ces chakras sont au nombre de sept. Ceux qui examinent les chakras les décrivent comme des organes vivants. Ils ont pour fonction la régulation de « l'énergie » entre les différentes parties du corps, et entre le corps, la terre et l'univers. Soumis aux aléas de santé de l'individu, ils présentent des symptômes de rigidité ou d'affaissement, d'encombrement ou de perte de vitalité. Ils communiquent entre eux et sont capables de se compenser mutuellement. Réciproquement, une action d'harmonisation énergétique » (de type acupuncture, même si celle-ci ne travaille pas directement sur les chakras) peut avoir des répercussions sur la santé de l'individu.


Chacun d'entre nous peut, avec un peu d'entraînement, travailler sur ses différents chakras, par la méditation ou le yoga. Ce Clin d'œil, nécessairement synthétique sur un sujet aussi vaste et complexe, propose une initiation qui permettra à chacun d'aller plus loin dans la découverte des chakras et de leur influence sur notre santé, nos énergies et notre corps.

 

LE  MIEL POUR VOTRE SANTÉ

JEAN LUC DARRIGOL

Edition  DANGLES

 1979

Un guide  pratique, attendu par tous les adeptes de médecine naturelle, faisant objectivement le point actualisé sur l’ensemble des propriétés thérapeutiques des multiples produits de la ruche.

 

On fait connaissance avec l’abeille, son milieu naturel, l’apiculture, les propriétés spécifiques, générales et particulières de chaque variété de miel, ainsi que toutes les applications particulières : injections, mellites, gargarismes, usages externes, cataplasmes, aromels et recettes diététiques.

 

Tous les produits de la ruche sont étudiés : Pollen, gelée royale, propolis (véritable antibiotique naturel), cire, venin d’abeille, aromels (miel+huiles essentielles), avec pour chacun, leur possibilités thérapeutiques.

 

Le miel est reconnu pour ses bienfaits mais connaissez-vous toutes ses vertus ? De nos tartines à l’hôpital, il est l’objet de toutes les curiosités, même les plus scientifiques Le miel a une forte action antibactérienne. Il est aussi un cicatrisant efficace. Ces deux vertus le rendent utile dans le traitement des plaies, où s’installent trop souvent des germes, y compris ces bactéries résistantes qui inquiètent tant les milieux médicaux.

Il est actuellement utilisé dans des hôpitaux, sur des plaies particulièrement « difficiles », chez les nouveau-nés par exemple, ou chez des patients traités contre le cancer. La majorité des résultats sont positifs, voire très positifs – les bienfaits du miel semblent efficace sur des bactéries résistantes à certains antibiotiques.

Mais attention, il ne s’agit évidemment pas de mettre le miel acheté pour les tartines sur une coupure ! Le miel médical est produit dans des conditions particulières, conditionné spécialement pour les milieux médicaux (sous forme de pansement par exemple) et utilisé sous contrôle d’un(e) soignant(e). Le miel semble aussi limiter la prolifération des cellules cancéreuses. Attention, pour l’instant ceci n’est qu’un résultat « in vitro » : des scientifiques ont mis en contact des cellules cancéreuses avec du miel et ont observé que leur multiplication était ralentie. Cet effet reste donc seulement théorique et on est encore très loin d’une application sur les soins offerts aux patients. Le miel est aussi souvent présenté comme un aliment santé. Il est vrai qu’il est riche en antioxydants, et qu’il est moins néfaste que le sucre pour les patients diabétiques. Mais aux quantités où l’on en mange, il ne peut avoir sur notre santé qu’un effet très modeste.

 

Voici quelques conseils pour bien consommer son miel : Profitez-en avec modération… Même s’il est moins mauvais que le sucre blanc, le miel est tout de même un sucre, et il apporte beaucoup de calories. Une fine couche sur une tartine, une petite quantité dans le thé, c’est bon ; en consommer à la petite cuillère, c’est non ! Préférez toujours des miels produits localement, et bio. Surtout jamais de miel chez les enfants de moins d’un an : des cas de botulisme ont été constatés.

 

Plus de 100 affections sont répertoriées, avec pour chacune d’elle, les conseils d’utilisation des produits de la ruche  Un livre référence

  

le MONDE DES rÉalitÉs vibratoires

Serge fitz

Edition  VEGA

 2007

Ce livre est une incursion dans le monde secret des énergies et des symboles. Les mécanismes de la perception visuelle, avec leur lot d’illusions optiques, font découvrir la manière dont le cerveau crée les images. Dotées d’un pouvoir symbolique important, elles sont à l’origine des mythes et des légendes.

L’ouvrage plonge le lecteur dans les sources de la mystique chrétienne. La configuration astrale du jour de la Nativité explique le canevas d’après lequel le symbolisme de la crèche a été forgé. Au-delà du visible, la 4ème dimension permet d’appréhender un monde énergétique caché. De nouvelles passerelles sont dévoilées entre l’astrologie zodiacale et les ondes de formes émises par les structures architecturales des églises gothiques, des temples et des motifs décoratifs d’Orient.

 

Une approche de la langue des oiseaux facilite la compréhension des mots à partir de la symbolique du graphisme des lettres. Elle introduit le lecteur dans la grand-mère (grammaire) de la langue. L’étude vibratoire comparative des différents alphabets, et plus particulièrement celle des caractères hébraïques, apporte une compréhension des forces en jeu.


Largement illustré, le livre donne de précieuses indications sur ce qui relie le réel et l’irréel. Il permet au lecteur de passer, comme Alice au pays des merveilles, au-delà du «miroir» qui sépare le connu de l’inconnu, de découvrir d’autres dimensions, des sources d’éveil et de transformation personnelle.

 

Au sommaire de cet ouvrage :

La vibration – La perception – Le rôle de l’émotionnel – La perception et l’émotion – La perception et les illusions optiques – Les ondes de formes et les angulations – Les vibrations des angulations – Les mandalas – Le rôle des proportions architecturales – L’influence des tenues vestimentaires sur les énergies corporelles – La dynamique vibratoire de la cathédrale et ses rapports solaires – Le Christ solaire – La mythologie christique et la réalité – La portée alchimique des textes évangéliques – La fonction symbolique de l’image – La signature vibratoire des symboles chrétiens – Le mystère des miroirs – La double inversion produite par les édifices – La quatrième dimension – Les énergies des alphabets – Les mantras – Les nombres – La genèse des lignes et des formes – Un mandala invisible : le péridrome chinois – La croix romaine – Le chandelier à sept branches – La radionique – La langue des oiseaux – Les divinités en trois composantes – Les langages des corps subtils – Le tao de la symétrie – La légende hindoue – Les maîtres d’école – La nécessité du processus d’individuation – L’œuvre au noir – L’étonnant acte de foi dans les vertus des réponses reçues – La source – La perception participative – Les projections perceptives – Le karma (rétroaction) – A la lisière du miroir – Le Temple intérieur – La construction intérieure – Les travaux d’Hercule – Le processus de transformation – Les énergies – Trouver sa place – Le lieu de vie reflet du temple intérieur – Les vibrations du passé – Les vibrations de l’éveil.

 

l’encromancie

E. erus

Edition  DERVY

 1975

Étude, méthode et interprétation de cette science divinatoire qui est l’encromancie. L’encromancie est une méthode de divination qui compte moins d’un siècle d’existence, et qui consiste à projeter des taches d’encre sur une feuille afin d’interpréter les figures qu’elles vont suggérer.

 

Le procédé des taches d’encre utilisé en encromancie présente, dans sa forme, une similitude avec le célèbre « test de Rorschach«. Après avoir repris les travaux du psychologue Alfred Binet (1857-1911), le psychiatre suisse Hermann Rorschach (1884-1922) met au point en 1921 une technique capable d’évaluer la perception mentale d’un individu après lui avoir soumis l’étude visuelle de formes issues de taches d’encre. Toujours utilisée de nos jours, le « test de Rorschach » impose des figures à interpréter, alors que l’encromancie exige que ce soit la propre main du consultant qui projette les taches d’encre. La divination par les taches d’encre est apparue d’une manière assez singulière par le biais d’une autre mancie : l’oniromancie.

 

C’est dans les songes d’une voyante renommée du XXe siècle que l’encromancie voit le jour. Angèle Vidi, que le tout Paris connaît sous le nom de Luce Vidi, s’est taillé une très bonne réputation de chiromancienne, sa mancie de prédilection. Un soir, alors que la première guerre mondiale n’en finit pas de gronder, elle rêve qu’elle projette treize taches d’encre sur une feuille de papier et qu’après avoir été pliée et pressée de sa main, la feuille révèle, une fois dépliée, un aigle blessé. Elle en déduit que l’Allemagne court vers une défaite… et l’Histoire lui donnera raison. Dès lors, elle va consacrer de nombreuses années à mettre au point une méthodologie précise, dont elle va publier la synthèse en 1936 aux Editions Niclaus sous le titre suivant : « Les taches d’encre. Symbolisme et interprétation. »

 

La pratique de l’encromancie : Les dessins formés par les taches d’encre vont dévoiler l’avenir du consultant et apporter également des messages sur son passé et son présent. Afin d’obtenir les réponses les plus justes possibles, il est primordial que la main qui va effectuer la projection des taches ne soit pas guidée de manière inconsciente, faute de quoi le résultat perdrait toute objectivité.

 

Le consultant va inscrire son nom, son prénom et sa question sur une feuille blanche de format A3, retourner ensuite le papier et y projeter, selon son ressenti, 3, 7, ou 13 taches. Idéalement, l’encre de chine est préférable compte tenu de sa très bonne qualité, mais d’autres peuvent toutefois convenir. Une fois la projection terminée, le consultant va plier sa feuille en 4 en débutant par la verticale et en enchaînant par l’horizontal, et exercer quelques pressions de la paume de la main sur le papier. Après quelques minutes d’attente, il ne lui reste plus alors qu’a le déplier délicatement afin de procéder à l’interprétation des figures.

 

Quelques symboles

Le haut de la feuille va figurer l’avenir du consultant, le milieu son présent, et le bas son passé.

Un parapluie : il indique que la prudence est de mise.

Un papillon : promesse d’amitié riche et solide.

Un triangle : indique la protection.

Une étoile : la réussite se profile à l’horizon.

Des lèvres : annonce d’une rencontre, figure la présence de l’amour.

Un arbre : représente une personne solide sur laquelle on peut compter.

Une roue : la chance est présente.

 

l’Énergie dans le cheminement spirituel de l’homme

J.M. abel

Edition  DERVY

 2005

Dans un monde où tout est énergie, de la matière à l’esprit et du visible à l’invisible, la vie se manifeste à travers une gamme très nuancée de fréquences vibratoires. Et nous savons, depuis la fin du XIXème siècle, qu’au-delà des propriétés exclusives de la matière, cette énergie peut aussi être psychique et spirituelle.


La prochaine étape de la Connaissance consiste à admettre que l’apparente opposition entre esprit et matière, positif et négatif, Bien et Mal, n’est fondée que sur la différence de fréquence vibratoire d’une seule et même énergie qui anime l’ensemble universel.


En fait, il existe deux modes de Connaissance : le premier concerne l’apparence des choses et le second leur essence, c’est-à-dire leur finalité et leur raison d’être dans la Création. C’est donc la responsabilité de chacun d’apprendre à reconnaître et à maîtriser les vibrations plus ou moins positives qu’il reçoit, comme celles qu’il émet, pour améliorer à la fois sa qualité de vie et une qualité d’être qui rejaillit sur l’environnement.

L’auteur s’efforce donc simplement de transmettre et de partager des expériences et une Connaissance durement acquise par les grands sages, pour stimuler une prise de conscience orientée vers l’évolution spirituelle.

 

les Énergies vibratoires & le mystÈre de la vie

Hervé staub

Edition DU ROCHER

 2003

Le monde visible, matériel, tel qu’il nous apparaît, peut être comparé à la partie émergée d’un iceberg ; sa partie immergée, la plus importante, mais invisible, n’en est pas moins réelle.

S’appuyant sur les dernières découvertes de la physique quantique, l’auteur explique, dans un langage accessible à tous, l’omniprésence des énergies vibratoires qui président à l’expression de la vie sous toutes ses formes. Gigantesque champ de vibrations, l’univers baigne uniformément dans ses fréquences les règnes minéral, végétal et animal, mettant toute chose en interrelation.

Le Dr Staub aborde alors certains phénomènes insolites en rapport avec l’espace et le temps, tels la synchronicité, l’ubiquité et les fractures spatio-temporelles. Ces phénomènes, en raison de notre ignorance, sont qualifiés de paranormaux ou de surnaturels.

Et si le terme « surnaturel » ne servait qu’à masquer les limites des connaissances actuelles ? Et si nos rêves étaient l’expression d’une porte d’accès à d’autres univers ?

En sa qualité de thérapeute, l’auteur examine également l’apport de ces réflexions dans le domaine de la santé : il défend la nécessité d’une approche holistique, permettant de rééquilibrer les énergies perturbées à l’origine de l’expression physique que sont les maladies. Ce but pourra être atteint grâce aux nombreuses thérapies « énergétiques » disponibles actuellement comme l’homéopathie, approches plurielles d’une même réalité.

Y est expliqué : Le Temps et l’Espace – la Synchronicité – l’Ubiquité – la Bilocation – la Matérialisation et la Dématérialisation – la Déchirure – l’Éternel présent – le Rêve – l’Illusion – la Télépathie – les Entités diverses – les Mondes intermédiaires – la Réincarnation – les Vibrations – les Chakras – l’Eau – l’Homéopathie – l’Amour partage et multidimensionnelle.

 

LE SOUFFLE SOUS LE SCEAU DU SECRETRuah, Pneuma, Spiritus, Chi, Ki, Prâna, Ruh

Michel Chiambretto

Edition du Mercure Dauphinois

 2013

Le « souffle » mystère des mystères que l’on retrouve dans toutes les traditions d’Orient, d’Extrême-Orient et d’Occident, qu’elles soient juives, chrétiennes, musulmanes, bouddhistes, taôistes, brahmaniques ou sikhs. Il est exprimé sous les vocables ruah en hébreu, pneuma en grec, spiritus en latin, ruh en arabe, chi(Qi) en chinois, Ki en japonais ou prâna en sanskrit.

L’auteur a parcouru la quasi-totalité d’une voie de Réalisation Traditionnelle, il nous livre les clés de cette démarche sans faux-semblants et sans voiles, en définissant parfaitement chaque étape. Certes le travail est infiniment plus difficile qu’une prétendue recherche sans guide ou la parodie d’une forme méditative, mais cette recherche donne le cap et le but pour se dépouiller de l’habit du « vieil homme » pour accoucher et revêtir les nouveaux habits de Lumière ; car le but est d’accoucher de cet homme nouveau, le fameux « Inshan al Khamil » dont parle Ibn Arabi.

La notion même de « souffle », qu’il ne faut pas confondre avec la simple respiration, est aujourd’hui pratiquement oubliée. Etrangement, les voies mystiques d’Orient et d’Occident l’ont cependant parfaitement connue, mais elle s’est peu à peu diluée jusqu’à une quasi disparition.

Le souffle n’est pas une notion abstraite, comme on pourrait le supposer, mais bien une « matière » qui n’est pas sans rapport avec cette « force forte de toute force » dont parle la table d’Emeraude, matière qui peut seule produire les métamorphoses « car elle vaincra toute chose subtile et pénétrera toute chose solide »

Ce « souffle » ne se maitrise pas, il prend possession peu à peu de celui qui chemine sur la Voie, surgissant du Centre de l’être, que l’auteur appelle « le profond » pour s’épanouir et transformer l’individu, changeant radicalement ses rapports avec la Nature toute entière.

Un sujet comme « le souffle » ne peut intéresser qu’un homme en quête : quête de vérité, d’authenticité, de relation autre et nouvelle, de découverte d’un absolu qui dépasse l’entendement ; il faut ne pas suivre la masse de ceux qui affirment, mais écouter les éveilleurs de spiritualité ; il faut ne pas rechercher les pouvoirs de l’argent, la paraitre, les possessions mais vouloir la simplicité dans une métanoïa voulue et bien comprise.

Cet ouvrage propose une trace à suivre, en fournissant des indications sur le chemin à prendre, les étapes à franchir, le combat à mener ; il apporte des éléments qui permettront au lecteur d’affiner son discernement en étant informé des dangers, des erreurs ou des illusions qui peuvent baliser ce chemin.

Des portes s’ouvrent, des illusions tombent, des déchirures s’opèrent et de la Chrysalide s’échappe le papillon…

Au sommaire de cet ouvrage :

Nature du « souffle » - Nature du « moi » - Influence du subjectif - Religions statiques ou religions dynamiques - les textes ésotériques - Excursion sur les chemins de traverse - L’état vers lequel on doit tendre pour œuvrer - Les outils : « être conduit au centre » - « la prière » - « le son » - « l’art du geste » - « la respiration » - Diversité et unité des outils - de cherchant à cheminant -

 

LES   PROPHÉTIES     MAYAS    2012

John  LEE    FOX

Edition EXCLUSIF

 2009

Les prophéties des Mayas indiquent que nous sommes parvenus à la fin d’un dernier cycle d’existence pour nos civilisations. Les dates données de ce cycle correspondent pour le début à l’an 3114 avant J-C. jusqu’à l’an 2012 pour sa fin, elles résultent d’un alignement atypique de toutes les planètes. A ce moment-là, la Terre est censée enregistrer de très violents séismes terriblement dévastateurs, un bouleversement climatique majeur, mais aussi un renouveau profond de nos mentalités.


2012, 21 Décembre… Les fêtes de Noël et du Nouvel An approchent à grands pas. Dans le monde entier on s’affère…La fête sera belle ! Pourtant un certain malaise, une espèce d’appréhension pour les uns, de fatalisme pour les autres, occupent les esprits. La presse, la radio, la télévision inquiètent et rassurent tout à la fois, chacun donne son avis : l’optimisme et le pessimisme s’affrontent, les scientifiques bien entendu s’expriment sur le sujet et peu sont d’accord sur les tenants et aboutissants de ce cataclysme annoncé. Plus la date du « Jour J » approche, plus un sentiment de réelle inquiétude envahit le monde. Et si la fête tant attendue par tous n’avait pas lieu ! Et si la fin du monde était vraiment inscrite, programmée pour le 21 Décembre 2012 ! Si la Terre tout entière était soumise à un de ces cataclysmes dont les causes nombreuses et multiples vont du simple tremblement de terre, à la rencontre avec un de ces millions d’astéroïdes qui se baladent dans l’Univers et dont les trajectoires parfois incalculables peuvent amener à une collision fatale pour des milliards d’entre nous ?


Tout peut arriver. Ne sommes-nous pas continuellement exposés à la merci d’un ensemble de faits dont les caractéristiques fondamentales n’ont pu être établies scientifiquement ? Tout cela ne prête plus à sourire, même les bons cartésiens que nous sommes se posent des questions. L’auteur de ce livre, qui se veut avant tout optimiste, a étudié de très près les sources et les fondements de ce sentiment apocalyptique qu’ont fait naître les prédictions du calendrier maya en annonçant le fameux cataclysme du 21 Décembre 2012. Il nous en livre ici, en les détaillant, dans un style direct et suffisamment clair, les conclusions, qui, aussi rassurantes qu’elles soient, laissent tout de même planer un grand doute. Non !, le 21 Décembre 2012 ne sera pas un jour comme les autres…


Un livre passionnant qui met en lumière l’histoire et les prophéties du peuple maya.

 

les tracÉs Des émetteurs radio niques

Dominique coquelle

Edition  Trajectoire

 1998

Très bel album in-folio avec de très belles illustrations couleurs sur des structures inter dimensionnelles, une explication des nombres de 1 à 22, des idéogrammes, les labyrinthes, les cristaux, les volumes sacrés, les pentacles, les yantras et les chakras, les mandalas et les dessins télépathiques.

 

Cet ouvrage vous invite dans l’univers des dessins opératifs et des volumes sacrés issus des grandes religions, des divers courants spirituels et des émetteurs radioniques contemporains. En pratiquant cet art, vous apprendrez à utiliser la croix, à entrer dans sa réalité ésotérique, et vous pourrez résonner avec la sphère, symbole de la Terre et du cosmos, ou encore suivre les labyrinthes gothiques, véritables chemins initiatiques dans une recherche de l’essentiel. Dominique Coquelle donne de nombreuses conférences et séminaires sur l'éveil spirituel.

 

Depuis plus de vingt-cinq ans, son cheminement l'a amené à vivre des expériences intérieures intenses, notamment au contact de yogis indiens, de lamas tibétains et de différents initiés. Il travaille aujourd'hui en interaction avec de nombreux chercheurs de vérité dans le but de développer des conditions énergétiques favorisant l'éveil intérieur de l'être et sa participation consciente à la mutation planétaire.

 

L’IMMORTALITÉ   -   B.A - BA

VINCENT  KLEIN

Edition PARDES

 2000

L’Immortalité n’est pas un mythe…C’est ce que tente de prouver l’auteur tout le long de ce livre, proposant, par ailleurs, une démarche initiatique tout à fait particulière. Commençant par décrire les progrès de la médecine, de la génétique, de la cosmétologie, de la cryogénie même, le chapitre premier est celui de la quête de la longévité du corps physique.

 

Puis vient le concept du temps, la modulation de la perception de la durée et de l’appréhension de ce que peut être l’éternité, ou comment se donner l’impression de vivre mille ans ! Mieux qu’une élucubration théorique, le chapitre deuxième décrit même les moyens du gain de temps au quotidien.

 

Puis vient le chapitre troisième et tout ce que la science ésotérique la plus pointue peut offrir comme promesse d’immortalité, tant par le biais de l’instinct et de l’intuition que par le travail sur l’énergie, le recours à la magie du Verbe et de ses vibrations, aux Forces Elémentales, à la méditation yogique et d’autres méthodes vers l’éveil du feu-serpent de la kundalini.


Les secrets de l’herméneutique dévoilent un pan de leurs mystères : mots de pouvoirs kabbalistiques, science des mantras, alchimie, jusqu’à la bilocation et la réminiscence des vies antérieures comme couronnement vers l’extase.


Il y a dans les contes, les fables et les légendes, des indices intéressants pour la quête de l’immortalité. Outre la valeur pédagogique et ludique qu’on leur attribue, tant dans les livres qu’au travers des dessins animés de Walt Disney et d’autres, ils offrent aussi matière à réflexion pour les adultes. Jean de la Fontaine, Charles Perrault, les frères Grimm, Andersen, les contes des mille et une nuits, les contes du Yin et du Yang et bien d’autres sous entendent et laissent miroiter, sous un symbolisme poétique, secret et merveilleux, les feux du témoignage immortel.

Sur le plan physique et matériel, de nombreuses recherches se font sur l’immortalité du corps : La première personne qui vivra jusqu’à 1 000 ans pourrait déjà être née. À l'origine de ces propos, Aubrey de Grey, un gérontologue dont le travail porte sur la lutte contre le processus du vieillissement. En 2009, cet ancien informaticien diplômé de l’Université de Cambridge crée au cœur de la Silicon Valley la fondation SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence), un organisme de recherches qui tente de remédier au vieillissement et de prolonger indéfiniment la durée de vie de l’homme. Un projet ambitieux qui a séduit Peter Thiel, le fondateur de PayPal, au point qu'il y contribue à hauteur de 600 000 dollars (527 000 euros) par an.

Car la quête de l’immortalité a gagné la Silicon Valley, ce célèbre pôle californien à l’origine spécialisé dans le développement des technologies de pointe. En 2013, le géant Google s’est ainsi lui aussi lancé dans ce pari fou en créant la California Life Company, ou Calico, dans laquelle ont été investis des dizaines de millions de dollars. Une start-up dont les travaux restent pour le moment encore peu connus, mais qui chercherait à « soigner la mort », selon le magazine Time.

Eradiquer les maladies liées à la vieillesse pour permettre à l’être humain de vivre en bonne santé plus longtemps, voilà l'objectif affiché par ces recherches d’une nouvelle ère. Pour Aubrey de Grey, vieillir n’est qu’un problème médical que la science peut résoudre. « Je suis juste pragmatique. Je n’ai pas envie de tomber malade et je n’ai pas envie que vous tombiez malade. Voilà de quoi il s’agit. Je ne travaille pas tant sur la longévité que sur les moyens de garder les gens en bonne santé » a-t-il ainsi expliqué.

Aujourd’hui, le record de longévité humaine est de 122 ans, âge auquel la Française Jeanne Calment est décédée. Mais certains scientifiques affirment que d'ici dix ans, le développement de remèdes contre le vieillissement permettra d’augmenter notre durée de vie de deux à trois ans.

Parmi les grands axes de la recherche, les thérapies régénératives : ainsi, pour lutter contre l’atrophie des tissus et des organes, la fondation SENS (Silicon Valley) investit dans les travaux sur la transplantation d’organes cultivés in vitro à partir de cellules souches. En France, des tests d’impression 3D de peau ont été réalisés par l’équipe de Fabien Guillemot, chercheur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Pour ce scientifique, les résultats obtenus laissent penser que, d’ici une dizaine d’années, la bio-impression de certains tissus pourrait être utilisée dans le cadre de la médecine régénérative. 

Autre piste : la modification génétique. L’une des dernières études en date liée à l’allongement de la vie humaine nous vient ainsi d’une équipe de scientifiques de l’Institut de biologie cellulaire de l’Université de Berne, en Suisse. Publiés dans la revue Cells, leurs travaux démontrent qu’il est possible de prolonger considérablement la vie d’un être vivant en activant un gène qui détruit les cellules malades de l’organisme. En pratique, les biologistes ont réussi à augmenter de 50 à 60 % la durée de vie moyenne de mouches drosophiles. Mais ils espèrent surtout que, dans un futur proche, les mêmes résultats pourront être obtenus chez l’homme. Constat similaire aux Etats-Unis, à l’Université de Brown, où des expériences ont récemment permis d’élever de 15 % la durée de vie moyenne de souris, en bloquant un gène appelé Myc, également présent chez l’être humain, et surexprimé chez les patients souffrant de certains cancers.

Mais les chercheurs pourraient aller encore plus loin : « Je ne vois pas de limite biologique absolue à l’âge humain », explique ainsi Craig Venter. Ce biologiste fait partie des premiers chercheurs à avoir séquencé le génome humain. Persuadé que l’immortalité cellulaire est possible, il a cofondé, au printemps 2014, Human Longevity Inc. Objectif : allonger l'espérance de vie de l'homme en combinant les avancées dans l'étude du génome et les cellules souches. Mais au-delà de la prouesse scientifique, ces recherches soulèvent une question à laquelle personne n'a la réponse : quelles seraient les conséquences d'un allongement de la durée de vie dans un monde qui comptera 2 milliards d'êtres humains de plus à nourrir d'ici 2050 ?

 

l’influence à distance

P.C. jagot

Edition  DANGLES

 1976

Il existe un moyen sûr d’influer sur autrui, de loin comme de près ; un moyen assez subtil pour demeurer inaperçu, aussi profondément que l’on puisse subir son invisible action, à laquelle d’ailleurs, nul ne peut se soustraire.
Ce moyen n’est autre que la propriété communicative, dominatrice et attractive de toute pensée émise intensément.


Certains l’utilisent inconsciemment. D’autres la contestent sans se rendre compte qu’ils doivent l’ascendant de leur personnalité à cette activité puissamment irradiante, reflet d’une vigoureuse organisation psychique.
D’autres voudraient apprendre à user délibérément de cette influence. C’est à eux que cet ouvrage, essentiellement pratique, s’adresse.


Comme pour toute chose chacun vient au monde plus ou moins qualifie pour l’action à distance, mais cet ouvrage s’est précisément fixé le but de permettre à ceux qui sont peu doués, de tirer de leurs aptitudes actuelles, le maximum d’effets, et de les fortifier par l’entraînement.


Un ouvrage unique sur la question, qui expose d’une manière limpide les procédés permettant d’influer, de près ou à distance, sur qui que ce soit, à son insu.

 

l’intuition

J. robert

Edition OASIS

 2000

Combien de fois vous êtes-vous dit : « J’aurais donc dû, je le savais ! » ? Les intuitions sont-elles des messages de l’Âme ou du mental? Avez-vous déjà regretté d’avoir suivi un conseil alors que, dans votre for intérieur, vous aviez votre petite idée ? Peut-on montrer aux enfants à se servir de leur intuition ? Peut-on faire confiance à son intuition ?


Les mots d’Oasis vous montreront comment employer l’imagination et la visualisation pour échanger avec votre Âme et augmenter votre intuition.  « Chaque Âme est un Maître, et il n’y a pas une seule personne qui ne soit pas son propre Maître. »

 

Certains la définissent comme une certitude, une conviction, une évidence, qui peut prendre la forme d’une sensation, d’un ressenti. D’autres la perçoivent comme une petite voix, une sorte de sagesse intérieure. Les créatifs parlent d’inspiration. Pour les scientifiques, c’est l’ « Eurêka ! », la révélation, l’éclair de génie. Avoir du flair, faire appel à son instinct ou à son sixième sens, écouter son cœur… Si vous posez la question autour de vous, vous obtiendrez autant de définitions que de personnes interrogées.

 

Pour comprendre ce qui se cache derrière ce mot mystérieux, ouvrons le dictionnaire. Etymologiquement, l’intuition vient des mots latins in (en, dans) et tueri (regarder attentivement, contempler). Intueri signifie donc l’acte de regarder attentivement à l’intérieur de soi, voir de l’intérieur. Dans le dictionnaire, l’intuition est définie comme une « connaissance soudaine, spontanée, indubitable », une « connaissance directe, immédiate de la vérité, sans recours au raisonnement, à l’expérience ». Elle désigne le pressentiment de ce qui est ou doit être, l’acte de percevoir ce qui nous est inconnu, sans pouvoir l’expliquer ou l’argumenter.

 

D’après sa définition, l’intuition est un mode de connaissance indépendant de la raison. Elle ne provient pas d’un processus rationnel ou logique et n’est donc pas issue d’une réflexion, d’une analyse ou d’une déduction. L’intuition procède de façon immédiate et représente une forme de compréhension directe et spontanée, qui ne s’appuie ni sur l’expérience, ni sur des indices sensoriels. Il s’agit d’accéder à une connaissance qui provient de l’intérieur de nous, et non de l’extérieur. Les racines latines du mot prennent alors tout leur sens.

 

Ceci sous-entend que nous avons, en chacun de nous, des connaissances que nous recherchons généralement dans le monde qui nous entoure. Et l’intuition serait alors une voie d’accès à cette source d’informations souvent insoupçonnée. Ce précepte amérindien le résume joliment : « La nature toute entière est contenue dans l’esprit d’un seul homme. Attiré par le reflet des apparences, il regarde du mauvais côté. Apprends à tourner tes yeux vers l’intérieur ».

 

Cette définition nous fournit également la réponse à une question que la plupart des gens se posent : Peut-on se fier à l’intuition ? La réponse est oui ! Par définition, une intuition est toujours juste. Elle est « indubitable » et atteint la vérité directement. Si votre intuition n’est pas juste, c’est que ce n’en est pas une. Il arrive généralement que nos émotions, nos jugements, nos interprétations entrent en jeu et se mêlent à nos perceptions intuitives. Ce que nous prenons alors pour des intuitions ne sont en fait que l’expression de nos peurs, de nos désirs, de nos a priori… Pour pouvoir se fier à notre intuition, nous devons donc la distinguer des perceptions provenant de nos émotions et de notre intellect.

 

La recherche scientifique, ainsi que le vécu que chacun peut avoir à un moment ou un autre, nous révèlent que l’intuition est une capacité que nous possédons tous, que nous pouvons en développer son usage par la pratique, et qu’elle nous permet d’accéder à une perception, à une connaissance plus directe. L’intuition ne serait-elle pas au fond une formidable voie d’exploration de nous-mêmes, et du monde ?

 

L’INTUITION  -   LA COULEUR DU SILENCE,  Itinéraires intuitifs

Yves  Eurieult

Edition  Ramuel

 1998  

En Asie, l’intuition est souvent reconnue comme un sens, au même titre que l’ouïe ou la vue. Mais qu’est-ce que l’intuition ? Nous savons qu’elle régit le cerveau et le cervelet… mais comment la développer ? La sagesse alliée à la science… Comment l’utiliser ? L’intuition produit des phénomènes paranormaux, des miracles dont nous pouvons voir ici tout le mécanisme.

 

L’expérience intuitive est livrée comme un mode d’emploi, dont le lecteur serait en quelque sorte l’auteur : elle est la vie, sage, sans mystère, sans ennui et sans mort. « La couleur du silence », c’est la pratique de l’intuition. Son aventure, les prodigieuses rencontres qu’elle peut engendrer, à travers un périple asiatique et les passionnantes révélations d’authentiques Initiés font que ce livre envoûtant ne nous laissera pas indemne.

 

C’est donc l’aventure spirituelle en Inde et surtout au Népal que nous raconte l’auteur, son long trekking l’a amené à voir des situations extraordinaires, soit de guérisons, soit d’extase, soit de grandes spiritualité mais surtout il a pu être confronté à cette recherche de l’intuition qui guide naturellement ces peuples.

 

L’intuition conduit à la Réalisation magique. Il est un Dieu qui dissipe les mystères, qui en dispense l’interprétation. Ses fidèles sont des alchimistes affranchis de la nature secrète de la vie.

C’est le trésor incomparable et caché de tous les sages, qu’aucun ne peut obtenir sans l’enseignement d’un maître, ou par la révélation de Dieu, qui, dans sa bonté, le révèle à qui Il veut.

 

Le soufre mâle et le mercure femelle, longuement et rigoureusement travaillés par le Sage, assemblent l’or matériau et l’or de l’esprit : le corps alors devient esprit. Au cours de leurs profondes investigations, les alchimistes entrent dans un domaine que les lamas du Tibet qualifient « d’intuitif », et dont le concept n’est pas si éloigné de celui de la médecine chinoise taoïste. L’alchimie est comparable au bouddhisme par la sagesse nécessaire à l’exécutant, et par le but final de libération, de liberté.

 

On ne leur trouve pas de différence dans la démarche : l’intuition qui commande le geste de s’investir corps et âme dans la recherche alchimique est celle du moine prenant peu à peu la forme de son esprit. Dans les deux cas, les deux écoles, la foi et la nature, jusque dans sa figuration atomique, sinon au-delà, sont les clés de la réussite.

 

Rien ne sert de courir après les intuitions, il faut les provoquer, voir de quelle façon elles peuvent être négociées. La technique universellement employée reste la respiration et, si ses applications comprennent de nombreuses variations, chaque méthode conduit néanmoins à la pleine réalisation par un chemin particulier, au cours duquel on voit progressivement émerger diverses possibilités supranormales. Cultiver la Sagesse est ici d’une importance capitale.

 

Au sommaire de ce voyage initiatique en Asie :

Itinéraire  -  Une trace de pas chez les esprits  -  un talisman  -  l’intuition conduit à la réalisation magique  -  Magie indonésienne  - Angélius, Antonius, Barus  -  Wisynu Buulolo et la sorcellerie  - la mortification  -  les 7 petits livres de Moïse  -  Edward Peake l’anthropologue  -  Une méthode de respirations  -  En Thaïlande  -  Au Népal  -  Pokhara et Katmandou  -  Kumari la déesse vivante  -  Swami Amarananda  -  Maitre Lam  -  Ganesh ressuscité  -  le voyageur et sa nature  -  les minéraux  - Dennis Trisker, docteur en psychologie  -  La japonaise  -  les lotus  -  Bénarès  -  le Tantra Yoga  -  l’Ayurveda  -  l’astrologie de l’Ayurveda  -  lama Geshe Thumpten  -  La Méditation  -  sur la route de Shravasti  -  Baba Ren Chen, le moine en marche  -  un séjour dans un temple chinois  - le problème de la concentration  -  Rishikesh  -  Mussoorie et la porte ouverte  -  Ashraf Baig, astrologue, gemmologue et chiromancien  -  le lac Rewalsar  -  Mathew Heinz : une grotte entre ciel et terre  -  Didier Bayle et l’art de vivre  -  Palga Tulkou Rimpoche  -  le végétarisme  -  Marta Gray : une saison en enfer  -  la pratique de la paix  -  sur la route de New Delhi  -  la sculpture et l’astronomie  -  L’Indonésie  -  le troisième œil  -  le christianisme  -  l’Eglise baptiste  -  Sleemy : la vraie vie  -  Exodus  -  le silence des couleurs  -  l’intuition  - 

 

lorsque chÉops se met à rÉflÉchir

G.C. mouny

Edition  Les Trois Spirales

 2003

La chiralité, du graviton au neutrino. Cet ouvrage traite des pyramides et de leur pouvoir à réfléchir c’est-à-dire : renvoyer les rayons solaires, l’auteur s’efforce de démontrer la symétrie des pyramides avec la science moderne.

 

Guy-Claude Mouny, Colonel Orsem maintenant honoraire, spécialiste des 2ème et 5ème bureaux (action psychologique) est passé par l’expertise-comptable, la presse et le Champagne. Ces spécialités très différentes lui ont apporté la pratique de méthodes dynamiques, sérieuses et novatrices. La part du hasard s’y ajoutant, il s’est intéressé à l’Egypte. Il fut membre de l’ICBM (Institut des Civilisations du Bassin méditerranéen et du Proche-Orient) et de la SFEN (Sté Française d’Energie Nucléaire).I

 

l y a une douzaine d’années, ses intuitions s’avérant bonnes, il fit avancer une théorie inattendue mais étayée, de civilisation antérieure aux Pharaons et sans doute « extérieure ». Il rédigea Le grand Secret des Pyramides de Guizeh, puis le Grand Secret du Sphinx (avec Guy Gruais) dans lesquels il démontre et expose que la pyramide de Chéops est la maquette réduite au cinquième d’un immense complexe souterrain. Il n’y a pas de géométrie de hasard, mais une « géométrie sacrée » impliquant un incroyable enchaînement d’applications liées au Nombre. La théorie se conforte par l’éclatante démonstration que le Ankh, Signe de Vie débouchait sur la connaissance formelle du matériel électro-magnétique de communication (son et image) expliquant peut-être la Transcommunication.

Guy-Claude Mouny, insatiable curieux, lie nombre d’événements apparemment décousus, mais tellement plus clairs lorsqu’on les lie, à la lumière des connaissances nouvelles. Après la démonstration géométrique, c’est l’envolée historique, technique et philosophique. Des Voyages à travers le monde l’ont aidé à acquérir les données qui manquaient. De nombreux livres ont vu le jour, tous mettant à jour des idées inédites, stupéfiantes parfois, mais qui avec les nouvelles découvertes de la Science, se révèlent bien souvent Justes. Son dernier ouvrage « Lorsque Chéops se met à réfléchir » sur la chiralité, source de Vie, va bousculer, n’en doutons pas, des principes bien établis.

On y parle d’ultraviolet, de cosmologie, de radiesthésie, du Sphinx et de quelques autres mystères.

 

L’UNIVERS QUANTIQUE ENFIN EXPLIQUḖ –

Edition Trédaniel

Emmanuel Ransford

2017

Le monde quantique fascine, tant il est étrange, mystérieux et contraire à notre intuition des choses. Il paraît impénétrable à nos esprits. Peut-on néanmoins penser ce monde, et comment ? Comment expliquer ce qui fait la différence entre le monde de la physique classique et celui de la physique quantique de façon simple et illustrée ?

 

La physique quantique est vraiment bizarre. Selon ses lois, on peut par exemple avoir un chat qui serait à la fois mort et vivant jusqu'à ce qu'on puisse l'observer directement. On peut aussi avoir des particules qui interagissent indépendamment de la distance qui les sépare, ou encore des particules qui passent par deux trous en même temps. Avec ses règles, il est impossible de connaître simultanément la vitesse et la position d'un électron, il faut choisir. Einstein lui-même était dérangé par certains de ses aspects, notamment le fait que des éléments soient basés sur les probabilités, ce qui lui fit prononcer la fameuse phrase ‘’Dieu ne joue pas aux dés’’.

 

Si la physique quantique décrit bien ce qui se passe au niveau microscopique, il semble parfois difficile de la faire coïncider avec ce qui se passe à des échelles supérieures : rien n'empêche de connaître à la fois la vitesse d'une voiture de rallye et sa position sur la route! Alors, d'où viennent donc les "mystérieux" phénomènes quantiques ? De mondes parallèles, bien sûr. C'est en tout cas la théorie que viennent d'imaginer des physiciens de l'université Griffith (Australie), qui la décrivent dans un article qui vient de paraitre dans le journal Physical Review  

 

Selon eux, il y aurait un nombre énorme, mais fini, d'univers "classiques" comme le nôtre, et l'interaction entre ces univers générerait les phénomènes quantiques. Ils citent par exemple l’effet tunnel qui permet à une particule de franchir une barrière de potentiel sans avoir l'énergie requise pour le faire, ou encore l’énergie du vide, qui seraient "des conséquences directes de la répulsion mutuelle entre ces mondes" parallèles. Ces interactions expliqueraient donc "tout ce qu'il y a de bizarre dans la mécanique quantique". Globalement donc, les univers parallèles, au lieu de se développer indépendamment, s'influenceraient l'un l'autre.

 

Emmanuel Ransford est polytechnicien, très investi dans les recherches sur la nature de la conscience. Sa démarche croise ainsi les grands questionnements philosophiques et métaphysiques. Avec ce livre, il nous entraîne de manière magistrale dans le monde quantique, nous présentant de manière originale et accessible les propriétés étonnantes, parfois même extravagantes, de la matière quantique. Pour aborder les mystères quantiques avec clarté sous l’angle le plus scientifique possible, Emanuel Ransford a fait le choix de nous exposer les trois révolutions quantiques et de mettre en évidence les applications concrètes qui en découlent dans notre quotidien.

 

Sans être un spécialiste du cerveau ou de la conscience, le regard porté par Emmanuel Ransford génère des hypothèses à la fois logiques et fascinantes. A travers trois niveaux de connaissance, en écho aux trois révolutions quantiques, il développe trois appréhensions différentes du réel, avec les questionnements qui accompagnent ces explorations, du descriptif au spéculatif. Ses propositions ne manqueront pas de heurter certaines représentations, notamment son endo-causalité, une causalité non-déterministe et aléatoire.

 

Emmanuel Ransford participe par ce livre à un bouleversement épistémologique : « Les quantas sont bizarres. Leurs bizarreries, de notoriété publique aujourd’hui, sont persistantes et sidérantes. Elles restent inintelligibles. Pourquoi cela ? Ne serait-ce pas, en partie au moins, à cause de nos préjugés matérialistes qui nous enferment dans une vision trop étroite des choses ? La science ne se laisse pas corrompre par l’idéologie et les préjugés. C’est ce que l’on dit et croit. En pratique cependant, elle est une activité et une construction humaines comme les autres. Elle tend à refléter les préjugés de ceux qui la créent et la font avancer. C’est inévitable. Mais la Nature ne se plie pas à nos préjugés qui, d’ailleurs, sont comme la mode : ils se démodent. Ils dominent un temps, puis changent et sont oubliés. »

 

Il nous propose un nouveau paradigme, lui-même changeant, autour de cette proposition : « La Nature aime les vrais défis. Elle s’en nourrit car, pour les relever, elle acquiert de nouvelles propriétés qui l’enrichissent de magnifiques potentialités. Ainsi notamment, elle devient quantique. » Emmanuel Ransford propose une approche panpsychique de ce qu’il nomme l’holomatière, une substance dynamique et non inerte, base de notre univers.

La première révolution quantique a généré une description rigoureuse du monde quantique. Cette physique quantique est à l’origine de nombreuses inventions technologiques. La deuxième révolution s’est intéressé « aux comportements rocambolesques de l’électron et de ses semblables ». La nécessité de cohérence de ce niveau de pénétration du monde quantique se traduit par une succession de défis et de solutions. La troisième révolution quantique explore l’insaisissable.

 

Le principe de cohérence de la Nature, y compris dans ce qui peut nous apparaître comment absolument incohérent rend compte du dynamisme de la Nature. Des notions comme la « non-localité » ou « l’indécidabilité » qui sont des réponses aux contradictions que ne supportent pas la Nature, nous rapprochent du réel, même si elles évoquent à la fois la poésie et la métaphysique. A quoi bon ? pourrait-on rétorquer. Quel est l’enjeu ? Il est considérable. « Je souligne pour finir, nous dit Emmanuel Ransford, que comprendre le quantique, c’est comprendre les fondements de notre univers. C’est mieux saisir qui nous sommes, et projeter un regard neuf sur nos potentialités, connues et méconnues. C’est avoir une vision plus pénétrante de la vie et de la magnifique danse de tout ce qui est. L’enjeu est en définitive la recherche du sens – le sens de l’existence en général, celui de notre vie en particulier

 

9 M

 

mÉdecine ÉnergÉtique de l’aura & des chakras

Françoise avril

Edition  ÉQUILIBRE

 2006

Le monde de la santé bouge en ce début de XXIème siècle… Des professionnels de la santé découvrent de nouvelles approches, la dimension énergétique, psychosomatique et spirituelle des maladies.


Françoise Avril a réalisé une synthèse originale entre différentes méthodes de soin américaines et des traditions ancestrales millénaires. Elle nous parle des ressources infinies cachées dans le corps, et de ses capacités de régénération et d’auto-guérison.


Ce livre remarquable, très bien documenté et écrit par une professionnelle de la sante, explique clairement grâce à plus de 50 illustrations couleurs

Comment voir et agir sur votre aura pour l’équilibrer et prévenir l’apparition de troubles de santé.
• Comment évaluer l’état de santé de vos corps énergétiques.
• Les rapports entre vos corps de lumière et vos glandes endocrines.
• Apprendre à lire les auras et la signification de leurs couleurs.
• Les différentes thérapies énergétiques.
• Comment utiliser les cristaux pour équilibrer vos énergies.
• Comment ouvrir vos chakras pour développer tout leur potentiel.

Nous connaissons maintenant bien les recherches de Masaru Emoto avec son livre « Messages de l’eau ». Grâce à un microscope grossissant 400 fois, il prend des photos de cristaux d’eau gelée de différentes provenances, il prouve ainsi scientifiquement que l’eau est porteuse de la mémoire de son environnement. Par exemple, l’eau de Lourdes présente des cristaux à géométrie parfaite alors que l’eau polluée des grands fleuves a une structure très confuse. Mieux que cela, l’eau réagit au mot écrit sur le flacon, à la musique, aux prières et même aux pensées. Imaginons les répercutions sur notre planète, quand nous savons que les 4/5èmes de la surface de la terre sont couvertes par des océans et que le corps humain est composé à 70 % d’eau…

Ce même corps humain possède différents corps énergétiques emboîtés les uns dans les autres comme des poupées russes dont le corps électromagnétique (ou aura). Ce corps représente la vie car il alimente énergiquement notre corps physique. D’ailleurs nos déséquilibres se manifestent d’abord dans notre aura avant d’atteindre notre corps physique. Aujourd’hui, la technologie permet de prendre des photos précises de notre aura avec l’identification colorée de nos chakras, Françoise AVRIL, dans ce livre, fait la synthèse de sept ans d’études sur les photos des auras et sur les lectures de l’âme. Après quelques rappels sur les corps énergétiques et la signification des chakras, Françoise interprète en détail de nombreuses photos d’auras. Elle présente également différentes techniques de soin, résultat de sept ans de formation et de pratique concrète.

Ce livre nous apporte des preuves visibles sur l’équilibre et l’harmonie de nos corps énergétiques, certainement une manière de mieux se connaître à travers le « je » des couleurs et de se guérir par la transformation de soi.

Corps physique
• Corps éthique
• Corps émotionnel
• Corps mental
• Corps astral
• Corps bouddhique
• Corps divin ou Atomique

 

mÉdecines ÉsotÉriques, mÉdecine de demain

Dr J. michaud

j’ai lu

 1976

Est expliqué ici, l’homéopathie, l’acupuncture, l’astrologie médicale et d’autres médecins ésotériques. L’auteur fait la synthèse de ces médecines parallèles qui traitent l’homme malade plus que la maladie.

 

A cause de Descartes, l’esprit a été dissocié du corps et pendant plusieurs siècles la culture occidentale ne considérait l’Univers que comme une gigantesque machine composée d’éléments matériels inanimés. Grâce à cette vision la médecine a pu progresser à pas de géants : la chirurgie a atteint des sommets d’efficacité, on peut transplanter de nombreux organes vitaux, on peut remodeler des chairs, on peut même raccorder des membres manquants et les articuler avec le cerveau ! Mais on ne sait toujours pas soigner un rhume ou une maladie chronique. La médecine actuelle sait réparer, relancer un cœur, déboucher des artères, éliminer la douleur, endormir mais elle ne comprend pas pourquoi certaines personnes meurent de leur cancer alors que d’autres, à traitement égal guérissent, pourquoi certains sont touchés par les maladies neurologiques (Parkinson, Elsheimer, dépression) et d’autres non…

« Le monde sensible que nous voyons, que nous touchons, où nous vivons, est-il réel ? » s’interrogeait Jean Jaurès lors d’une thèse qu’il présenta à la faculté de Lettres de Paris en 1891 ! Si vous touchez cette table en bois, c’est qu’elle existe ! Oui, à un certain niveau elle est bien réelle. Mais si vous changez de plan et que vous prenez un microscope à balayage, vous vous apercevez que cette table n’est en fait que du vide, car il y a un espace immense entre chaque atome, tout comme il existe un espace infini entre chaque étoile !

« E=MC2, la matière n’est qu’une forme condensée d’énergie », nous disait Albert Einstein qui reprit les travaux de Nikola Tesla sur les ondes scalaires.

Les dernières découvertes scientifiques nous obligent à changer de paradigme : la matière est immatérielle, l’Univers ne peut être né du hasard, et la conscience n’est pas enfermée dans notre boîte crânienne ! Nos cinq sens ne peuvent appréhender qu’une part restreinte de la réalité ! La physique quantique a mis en exergue des lois régissant l’énergie vibratoire des particules qui elles-mêmes répondent à des lois qui dépassent notre entendement. La vitesse de la lumière n’a plus aucune influence sur un électron qui, même séparé de 5000 kilomètres de son électron jumeau, réagira instantanément de la même manière à une même information ! Jean Charron, Physicien et Philosophe, a tenté d’expliquer que notre « Esprit » était contenu à l’intérieur de certaines particules de notre corps et tel un hologramme, chaque « électron pensant ou éon » est contenu dans le tout de notre corps. Un peu comme l’auriculothérapie, qui, si vous touchez un point dans votre oreille, celui-ci active à distance l’organe en correspondance avec ce point. Ces électrons « pensants » enferment un espace–temps différent mais complémentaire de ceux que nous connaissons : ils possèdent des qualités spirituelles, mémorisent et ordonnent les événements passés et à venir. Ces particules de vie seraient éternelles.

Les dernières recherches réalisées démontrent que notre code génétique (notre ADN ou notre patrimoine héréditaire), est porteur de l’information génétique sous forme d’une structure quantique organisée en hologramme, à savoir que chacune des parties contient l’information de la totalité. On comprend alors que la cellule porte en elle l’information de la totalité de l’organisme vivant. De plus elle a la capacité de transmettre, de traiter et de réaliser un programme mémorisé en le déroulant selon un enchaînement programmé dans un espace-temps défini. Quand vous observez un grain de blé : celui-ci contient tout le code génétique de ce qui deviendra un bel épi de blé ! De même, si vous examinez un pépin de pomme, vous avez du mal à imaginer qu’il deviendra un magnifique pommier, productif de centaines de pommes pendant un temps défini !

On sait aujourd’hui que nos chromosomes utilisent des ultra-hautes fréquences et des hyperfréquences, des champs lumineux (type laser) et des champs acoustiques pour la transmission et la gestion des données biologiques. La thérapie quantique associe les dernières connaissances sur la structure profonde du vivant avec l’expérience millénaire de la médecine chinoise (les méridiens d’acupuncture découverts il y a 6000 ans ont été validés par la médecine officielle il y a seulement une vingtaine d’années). Cette thérapie est basée sur l’utilisation de petites doses de radiations électromagnétiques, appelées quantas d’énergie, destinée autant au diagnostic, qu’à la prévention et au rétablissement des personnes.

L’action énergétique utilisée en thérapie quantique est proche des rayonnements électromagnétiques de la nature et est destinée à influencer de façon cohérente les fonctions de la cellule, des tissus et des organes de l’individu tout entier. Les différentes techniques quantiques visent à corriger les anomalies fonctionnelles ayant entraîné une pathologie, en envoyant une information correctrice visant à retrouver un état d’équilibre, qu’on appelle, état de santé. L’organisme a sa propre capacité d’auto guérison : l’action quantique stimule cette aptitude tant au niveau de la cellule que du système vivant dans son ensemble, en mobilisant les mécanismes de défense de l’organisme et en augmentant rapidement l’immunité. « La santé consiste dans l’harmonie des relations énergétiques d’information entre l’individu et la Nature ; cette harmonie s’exprime par l’homéostasie de l’organisme sur le plan physique, mental, et spirituel » nous définit le Docteur russe Youri Khefeits, praticien en thérapies quantiques. L’homéostasie étant la régulation optimum des mécanismes de défense, d’équilibrage et de guérison des individus, impliquant la globalité de la personne.

 

mÉdecines traditionnelles sacrÉes

brelet – rueff

 1972

Les diverses médecines traditionnelles à travers le shamanisme, les pyramides Égyptiennes, la gnose, l’alchimie, l’anthroposophie, les Védas, l’Amérique précolombienne, le TAO, l’acupuncture, l’Afrique et les diverses respirations.

 

Brelet déclare : Je suis anthropologue. Mes premiers "terrains" en Bulgarie (j'allais avoir 23 ans) m'ont permis de découvrir la richesse de la médecine populaire bulgare. Stagiaire à l'Institut d'ethnographie du Musée d'ethnographie de Sofia, en 1964, j'ai découvert combien cette médecine traditionnelle était liée à la médecine hippocratique et indissociable des traditions culturelles de ce pays. Je me suis donc lancée dans l'étude d'autres médecines traditionnelles et constaté que toutes reflètent une certaine manière de pensée propre à la culture, à la manière dont une civilisation conçoit l'univers, la place que l'être humain occupe dans la nature. La capacité de penser est universelle chez l'être humain, mais pas la manière de penser qui dépend du paradigme, du modèle de l'univers auquel une population se réfère.

 

J’ai finalement conclu ma recherche sur les médecines traditionnelles en écrivant une synthèse de mes travaux et des connaissances que j’ai acquises à l’OMS et sur des terrains très variés. Ces médecines font partie du Patrimoine de l’humanité et répondent aux questions sur lesquelles la science moderne reste muette : Pourquoi souffrir ? Pourquoi la maladie ? Ce livre intitulé Médecines traditionnelles sacrées du Monde comprend quinze chapitres dans lesquels j’ai voulu entraîner les lecteurs à la rencontre d’autres civilisations, de l’Afrique à l’Amazonie en passant par l’Égypte et la Grèce antique, la Chine taoïste, le Tibet, l’Inde, le Monde arabe et la vieille Europe… 

 

C’est pourquoi l’un de mes directeurs à l’OMS, le Dr André Prost, écrit dans sa préface que cet ouvrage est « un voyage dans l’espace et dans le temps, dans la richesse des civilisations et des traditions comme dans les profondeurs de notre propre inconscient. » 

O

OVNIS – CONTACT OVNI. LA DERNIÈRE FRONTIÈRE  

Docteur Roger K. Leir 

Edition le Mercure Dauphinois

 2012

Dans ce nouvel ouvrage sorti en septembre 2012, le docteur Roger Leir établit le bilan de ses recherches sur les OVNIS, les implants et le cas célèbre de Varginha au Brésil.

En effet, qu’avons-nous appris de ces petits morceaux de preuves physiques que constituent les implants alien ? Se pourrait-il que ces petits fragments nous en disent plus sur nos frères de l’espace que d’autres sortes de preuves physiques ?

Qu’est-il arrivé à Varginha depuis la parution de son ouvrage « des extra- terrestres capturés à Varginha au Brésil » ? Se pourrait-il que les habitants aient été intimidés par les militaires pour les amener à dénier la vérité ?

Et concernant la situation des OVNIS dans le monde, quel progrès a-t-on fait pour la fin du secret et comment cela va-t-il affecter notre avenir ? Quels rapports avec ce qui menace notre survie terrestre (le réchauffement de la planète, les changements climatiques, les séismes, l’activité volcanique et le nucléaire) ? Nous sommes arrivés à la dernière frontière, aux questions ultimes auxquelles, les militaires et les gouvernements doivent répondre.

Un livre époustouflant qui nous projette dans le futur du genre humain. Beaucoup de personnes auront du mal à digérer et à admettre que des aliens aient pu enlever des humains et pour certains qui ont reçu ces implants, la chose est hallucinante. Et pourtant ces implants existent, mais qui les a mis et pourquoi ?

La plupart des gens refusent d’admettre cette réalité et ne veulent pas savoir de peur d’avoir peur. La réalité ovni existe et le fait de l’admettre peut faciliter notre compréhension des phénomènes, mais les armées, les gouvernements timorés et les journalistes à la solde du pouvoir désinforment à tour de bras, ce qui permet au peuple d’être anesthésié.

Heureusement que des chercheurs, des passionnés et des courageux cherchent à comprendre afin de mieux nous informer, car un jour proche, la vérité éclatera sans pour que cela devienne un cataclysme.

 

O.V.N.I.S – EXTRA-TERRESTRES  -     B.A – BA          -    2 VOLUMES -

 Jean-Paul Ronecker

Edition Pardès

 2001

Résumé du 1e volume : On les appelle Extra-terrestres ou E.T, Aliens, Aliénigènes, Ufonautes, Visitors ou Visiteurs, Intruders ou Envahisseurs, Grays ou Gris, E.B.E., Ouraniens, Uranides, Extranéens ou encore Intelligence Extérieure. Eux ce sont ces êtres étranges venus d’ailleurs, que des milliers de témoins affirment avoir vus.

 

L’opinion commune veut qu'’ils viennent d’une autre planète, voire d’un autre univers ou d’une autre dimension. Depuis longtemps le dossier OVNI s’est enrichi d’histoires de rencontres avec ces entités. Dans les années 1950-1960, on les appelait généralement avec une nette connotation péjorative, « petits hommes vert ». Aujourd’hui, il est surtout question de créatures à la peau grise, de petite taille et d’apparence fluette, dotées d’une tête hypertrophiée, de très grands yeux en amande avec des mains à quatre doigts.

 

Ce N° 1 sur les Extra-terrestres a pour but de présenter en détails ces êtres énigmatiques, d’en dresser un portrait-robot qui soit le plus près possible de la réalité, avec une grande précision, sans parti-pris ni préjugés, afin que le lecteur puisse se faire soi-même une opinion sur ce sujet très controversé.

 

Depuis des siècles, des objets volants mystérieux sillonnent le ciel, qui sont- ils ? Quelle est leur origine ? L’opinion commune veut qu’il s’agisse de vaisseaux extra-terrestres, ou même provenant d’un autre univers. Leurs occupants déconcertent par leur variété. Car, si, la majorité des cas évoque des entités macrocéphales de petites tailles, à la peau grisâtre et aux grands yeux noirs en amande, il y a aussi des observations mettant en scène des aliens à la morphologie variée. Il y a des êtres humanoïdes, des géants, des entités évoquant des robots, des créatures xénomorphes plus ou moins exotiques, ou encore des créatures de cauchemar, des monstres gélatineux, tentaculaires ou acéphales. Un véritable zoo galactique.

 

Résumé du 2e volume : Si la théorie des Ancients  a connu un certain succès auprès du public, c’est qu’elle semble fournir une explication — certes peu orthodoxe — à quantité de mystères qui hantent l’humanité et auxquels les scientifiques peinent à apporter des réponses probantes. Ces mystères, pour l’essentiel, sont au nombre de trois :

 

Des civilisations très anciennes ont construit des monuments qui supposent des connaissances scientifiques (géométrie et astronomie notamment) très avancées et des techniques de construction très élaborées alors même que les outils dont disposaient les bâtisseurs de l’époque étaient très rudimentaires. Les exemples les plus souvent cités sont les pyramides d’Égypte, les statues de l’île de Pâques, la cité de Machu Picchu et des sites comme Stonehenge en Angleterre. La théorie des Anciens Astronautes pose qu’en réalité ce sont des extraterrestres qui ont fourni aux humains les plans et les techniques. Certains de ces monuments, comme Stonehenge, leur auraient aussi servi de points de repère lors de leurs venues sur Terre. Il est en effet curieux d’observer que bon nombre de ces constructions humaines ne prennent tout leur sens que vues du ciel, comme par exemple les figures dessinées au sol dans la région de Nazca au Pérou.

 

L’homme occupe une place très particulière sur Terre. Sa position dominante est tout bonnement... écrasante. Il est à des années-lumière des autres espèces animales. Il s’en différencie par son intelligence, par son langage, par ses croyances, par son physique, et aussi par sa volonté d’hégémonie sur le monde. Il y a un gouffre entre nous et les autres animaux, y compris les chimpanzés dont nous partageons pourtant 95% des gênes. Il faut bien constater que l’homme se moque de la Terre comme de sa première chemise, pillant ses ressources, polluant l’eau et l’air, accumulant les déchets toxiques. Comme s’il n’avait pas le sentiment profond que son destin est lié à la planète qu’il occupe, comme si, oui, il était ici en transit, venu d’ailleurs, et pas très concerné par son environnement.

 

Pour les tenants de la théorie des Anciens Astronautes, cette particularité de l’homme sur Terre serait la conséquence de l’intervention d’extraterrestres. Ils l’auraient façonné par manipulation génétique, en inventant un être « à leur image ». Cela expliquerait que dans la fiction populaire (témoignages, romans, films), les extraterrestres nous ressemblent un peu (une tête, une bouche, deux yeux, deux bras, deux jambes, des doigts). Mais en fait, c’est nous qui leur ressemblons ! Nous serions un croisement entre les primates et eux. Selon cette théorie, avant de créer l’homme, les extraterrestres auraient multiplié les expériences d’hybridation, d’où les très nombreuses représentations d’animaux à plusieurs têtes ou plusieurs pattes, ou des êtres mi-homme mi- animal.

 

La  théorie des Anciens Astronautes pense que les relations entre les dieux et les mortels ne sont pas des fantaisies littéraires mais s’expliquent par des unions entre des extraterrestres et des Terriens. Nos mythologies sont remplies d’histoires décrivant des entités merveilleuses venant du ciel sur des animaux fabuleux crachant du feu, comme des dragons ou des chars, ou encore des chevaux ailés. Nos prophètes eux-mêmes, comme Moïse, Élie, Jésus, Bouddha, Mahomet se sont rendus dans des endroits bien spécifiques pour recueillir des paroles importantes destinées à élever l’âme des humains. Pour les partisans de la théorie des Anciens Astronautes, tout cet imaginaire est en fait le souvenir de venues sur Terre d’extraterrestres qui auraient dispensé à des individus choisis des enseignements pour faire progresser spirituellement l’humanité

 

Voici donc, pour l’essentiel, cette théorie des Anciens Astronautes, appelée aussi plus judicieusement « Ancêtres Astronautes » ou « Ancêtres Extraterrestres ».Elle n’est étayée sur aucune preuve tangible, naturellement. Il n’a jamais été prouvé, par exemple, que les pistes qui se trouvent à Nazca au Pérou soient des pistes d’atterrissage d’extraterrestres. Rien dans le génome humain n’atteste la présence d’un code qui viendrait d’une autre source que l’évolution des espèces sur Terre. Quant aux monuments anciens dont les prouesses nous émerveillent, des théories sont avancées pour expliquer leur construction avec des moyens tout à fait humains, sans qu’il soit besoin de faire intervenir des forces extraterrestres.

 

Certains pensent que notre mythologie céleste a été créée à partir d’actes d’humains très réels qu’on a ensuite « divinisés » ou « déifiés » dans des mythes. Il y aurait un peu de vérité dans ces histoires, mais le caractère « divin » des personnages aurait été plaqué sur leur légende par la suite, pour des raisons de pouvoir le plus souvent, comme dans le cas des pharaons, qui se présentaient comme des demi-dieux sur Terre... On appelle cette théorie de divinisation de personnalités très humaines l’évhémérisme. C’est pourquoi le sociologue français Jean-Bruno Renard a baptisé la théorie des Anciens Astronautes de néo-évhémérisme, car c’est une nouvelle manière d’expliquer nos mythologies. Elles n’auraient pas pour origine une « divinisation » d’actions humaines, mais la présence d’extraterrestres dans les temps anciens.

 

La question est ici d’importance. Tous les mythes, toutes les religions mettent en scène les relations entre les humains et des forces célestes. Il n’y a aucune raison de penser que nos ancêtres fumaient la moquette tous les jours et ont inventé ces histoires de toutes pièces. Elles n’auraient sans doute pas convaincu les hommes si elles n’avaient pas eu un soupçon de réalité. Dès lors, deux possibilités s’offrent effectivement à nous :Il s’agit de faits réels que la tradition a transposés sur le mode mythologique en remplaçant des figures humaines par des figures divines (évhémérisme) ; Il s’agit de relations entre les humains et des extraterrestres qui seraient souvent intervenus sur Terre dans le passé (néo-évhémérisme).Il est en effet tout à fait possible, intellectuellement, de remplacer les dieux de toutes nos mythologies par des extraterrestres. Cela « tient la route » comme on dit. C’est même plus logique que de penser que nos anciens étaient complètement allumés lorsqu’ils voyaient dans le ciel des chars volants, des chevaux ailés ou des dragons crachant du feu. Il y a une certaine logique à penser qu’ils ont transposé dans leur univers mental des technologies très avancées qu’ils ne pouvaient pas comprendre.

 

Voilà sans doute pourquoi la théorie des Anciens Astronautes a connu un tel succès, au point que la chaîne américaine History Channel a diffusé une série très documentée, avec de nombreux témoignages et reportages, intitulée Alien Theory (!) en France, Ancient Aliens aux USA. Cette série a été créée par l’inventeur de la théorie des Anciens Astronautes, Erich von Däniken.

 

La série, qui est diffusée en ce moment le samedi  sur la chaîne RMC Découverte, prête parfois à sourire, et contient de nombreux éléments que l’on sait aujourd’hui faux (comme les crânes de cristal), mais elle a le mérite de présenter un très grand nombre de mystères fascinants de notre histoire ancienne. Elle pose les bonnes questions mais apporte des réponses souvent délirantes. Elle est en tout cas richement illustrée par des photographies, des reconstitutions, des simulations, des reportages. Un travail de fond comme savent faire les Américains.

 

Le succès de cette théorie est lié au phénomène des extraterrestres lui-même. J’ai déjà eu l’occasion d’en parler dans ce blog. Certes, pendant longtemps, tous les récits et documents liés aux OVNIS et aux « Petits Hommes Verts » n’ont pas été pris au sérieux. Les films et les photos de soucoupes volantes étaient soit des faux soit des objets de création humaine comme des avions secrets, des ballons d’étude ou des phénomènes atmosphériques. Quant aux témoignages, ils étaient considérés comme des délires de personnes peu dignes de foi.

 

Au sommaire de ces deux ouvrages :

Hypothèse pour un phénomène dérangeant  -  Parapsychologie  -  Psychologie  -  Psychopathologie  -  Sociologie  -  religion  -  environnement  -  rêve éveillé  -   réalité virtuelle -   Gaïa  -  phénomène matériel  -  technologie humaine   -  Des origines controversées  -   Etres vivants   -  Au-delà  -   démons et anges   -  voyageurs temporels   -  intra-terrestres   -  triangle des Bermudes   -  Autres dimensions   -   Extra-terrestres   -  D’étranges visiteurs  -  apparence  -  comportement  -  déplacements  -  voix   -  les nains  -  les gris   -  les bedrooms visitors  -  les nains humanoïdes   -  les nains velus  -  quand les gris envahissent la terre  -  les humanoïdes -  les grands blonds  -  les pseudo-humains  -  les clones aryens  -  les êtres lumineux  -  Spring Heeled Jack  -  les géants  -  les cyclopes  -  les Zoomorphes  -  les indéterminés   -  les Cybernoïdes   -  les O’Bicho  -  les Xénomorphes : Acéphales  -  Cyclopes  -  Exotiques  -  Zoomorphes  -  Reptiliens  -  Insectoïdes  -   les Xénomorphes : Braxton Monster  -  Chapacabras  -  L’Elfe d’Opkinsville  -  Mothman  -  Owlman  -  le diable de Dower  -  le monstre du Tennessee   -   les Cybernoïdes  -  les Invisibles   -  Sont-ils déjà parmi nous ?   -  Ufonautes et vie Extra-Terrestre   - 

 

ovniS- des extra-terrestres capturÉs À varginha au brÉsil

R.K. lEIR

Edition LE MERCURE DAUPHINOIS

 2004

1947 Roswell (USA) – 1996 Varginha (Brésil) – Un crash d’ovni, des non-humains récupérés par l’Armée.


Le Docteur Leir s’est rendu à Varginha au Brésil afin d’enquêter, avec le sérieux qui le caractérise, sur le crash d’un ovni et la récupération par l’armée de plusieurs extra-terrestres. L’un d’entre eux est amené à l’hôpital de cette ville afin d’y être soigné et une communication s’établit avec le chirurgien qui s’occupe de lui. Ensuite silence total des autorités et menaces habituelles de représailles contre les témoins qui seraient tentés de parler.

Depuis 1930, où des paysans du Paraná (Brésil) virent un OVNI jusqu’à cette journée de 1947 où des hommes virent des extra- terrestres descendre d’un OVNI et prendre contact avec eux, le Brésil est avec les Etats-Unis, une terre de prédilection pour l’observation de ce phénomène.

 

Ces enlèvements de Varginha est quand même curieux dans le sens où, plusieurs témoins oculaires, décrivirent les scènes de capture de ces extra-terrestres avec d’ailleurs force détail, dans la foulée cette petite ville se mit a produire et à vendre des statuettes d’extra- terrestres aux touristes, or 5 ans après, le docteur Leir, qui avait enquêter et recueilli les témoignages des habitants, fut stupéfait de voir comment les habitants étaient devenu muet sur cette affaire, et qu’il ne se vendait plus de statuettes. Même le fameux chirurgien qui avait opéré un E.T, affirmait avec un air mal à l’aise, que ce qu’il avait dit à l’époque était faux !!!!!!

 

Un témoin de l’époque, sans donner son nom, lui raconta que l’armée non seulement leur avait fait peur mais qu’elle avait distribuée de l’argent pour que les gens deviennent amnésique sur ces événements. Le docteur Leir continue ses recherches et se spécialise dans les enlèvements de personnes par les E.T et les abductions d’objets chez beaucoup de sujets, il a fait un livre sur ce sujet en 1912.

 

OVNIS - DES GÉNÉRAUX, DES PILOTES ET DES OFFICIELS PARLENT

Leslie Kean

Edition Dervy 

 2014

Les OVNIS sont une réalité. Cette affirmation résulte de décennies d’observation et d’investigations de la part des pilotes, de hauts responsables militaires, et de chercheurs.

Dans cette enquête unique, la journaliste d’investigation Leslie Kean présente des indices incontestables sur la présence réelle d’objets volants non identifiés- métalliques, lumineux et capables de manœuvres qui défient les lois de la physique – dans l’atmosphère terrestre.Cet ouvrage très bien documenté présente non seulement les cas de PAN indiscutables, mais analyse également aux cotés de spécialistes, la psychologie humaine ayant conduit aux comportements du public, des autorités, des journalistes et des scientifiques souvent observés sur ce sujet.

 

Il est grand temps de chercher et de comprendre ces phénomènes intelligents surgissant dans notre ciel, nous ne savons pas ce que nous y trouverons mais l’ignorance et le déni ne peuvent que nous mener à une peur encore plus grande et peut être à des catastrophes. Ce livre retentissant est le fruit de dix années d’une enquête acharnée durant laquelle l’auteur a interviewé des dizaines d’officiers d’aviation de haut niveau et de témoins à travers le mode, passé en revue des centaines de documents gouvernementaux, de rapports d’aviation, de données radar et d’études de cas corroborés par des indices matériels, une enquête magistrale pour enfin séparer les faits de la fiction et surtout de la désinformation effectuée depuis le début de l’affaire Roswell.

Au sommaire de cet ouvrage :

Première partie : Objets d’origine inconnue - Un appareil majestueux avec de puissants faisceaux de lumière - La vague de PAN sur la Belgique - Pilotes : une ouverture unique vers l’inconnu - Encerclé par un ovni - Phénomènes aériens non identifiés et sécurité aérienne - Incursion à l’aéroport O’hare en 2006 - Ovnis géants au dessus de la Manche en 2007 - Les ovnis, cibles des forces aériennes - Combat rapproché avec un ovni -

Deuxième partie : Le sens du devoir - Les racines du discrédit entourant les ovnis en Amérique - Prendre le phénomène au sérieux - La naissance du COMETA et son rapport - La France et la question des ovnis - Le Geipan aujourd’hui - Les ovnis et le problème de la sécurité nationale - Un puissant désir de ne rien faire - Les vrais X-Files - L’incident extraordinaire de la forêt de Rendlesham - Chili : Cas aéronautiques et réponse officielle - Les Ovnis au Brésil -

Troisième partie : Un appel à l’action - Reprendre le combat, une nouvelle agence ovni en Amérique - La FAA enquête sur un événement qui n’a jamais eu lieu - Secret d’état : politique ou mythe ? - Le gouverneur Fife Symington et le mouvement pour le changement - Rétablir les faits - Mobiliser le gouvernement américain - L’agnosticisme militant et le tabou des ovnis - Face à un défi extrême -

Un livre qui fera date, car cette journaliste fait de profondes fissures dans le silence des autorités et surtout dans la désinformation dont les autorités américaines font état depuis 60 ans, mais la poussée de l’opinion et des livres comme celui-ci vont enfin dire la vérité sur le phénomène ovni et dédiabolisé ces extra terrestres -

 

ovnisextra-terrestres, la vÉritÉ sur roswell

Richard d. nolane

Edition PLEIN SUD

 1995

Début juillet 1947, alors que les « soucoupes volantes » viennent d’envahir les médias, un extraordinaire événement se produit près de la base atomique de Roswell, dans l’État du Nouveau Mexique : l’Armée de l’Air américaine récupère un OVNI, accidenté pour une raison inconnue, ainsi que ses occupants.


Dès le 8 juillet, après l’annonce de la nouvelle par les journaux, celle-ci est démentie et littéralement « gommée » de la réalité par une des plus efficaces désinformations militaires de tous les temps.


Mais en 1978, le hasard permet de retrouver un témoin capital, le lieutenant -colonel Jesse A. Marcel, chef du service de renseignements de Roswell en 1947, qui a eu entre les mains certains des débris de l’OVNI écrasé. Une longue enquête, relevant parfois du roman d’espionnage, commence.


Elle va permettre de retrouver plusieurs centaines d’autres témoins directs ou indirects qui ont décidé, eux aussi, de briser la loi du silence. En 1994, le Crash de Roswell devient une affaire d’État outre-Atlantique lorsqu’un sénateur fait procéder à une investigation officielle.


Richard D. Nolane, un spécialiste déjà auteur d’un livre sur les manifestations anciennes du phénomène OVNI «  Autrefois les Extraterrestres », rouvre le dossier. Il relate jour par jour les événements de juillet 1947, présente les derniers développements en date de l’affaire et consacre un long chapitre au mystérieux fils de « l’autopsie de l’Extraterrestre de Roswell ».

 

Voici l’histoire de la véritable Rencontre du 3ème type.

 

OVNIS -    EXTRA - TERRESTRES,   SECRET  D’ÉTAT

JEAN  GABRIEL  GRESLÉ

EDITION   DERVY

 2010

Roswell (Nouveau Mexique)  juillet 1947. Un aéronef d’origine inconnue s’écrase près d’une base ultra secrète de l’armée américaine. Des témoignages d’une étonnante précision décrivent l’appareil et signalent l’existence de « créatures » dont l’une aurait survécu au crash. Bizarrement, l’US Air Force fait disparaître l’épave dans les heures qui suivent. Pourquoi une telle hâte ? En pleine guerre froide, tout objet non identifié dans le ciel américain risque de jeter le discrédit sur l’efficacité de la défense aérienne. Pourtant à l’époque, d’étranges engins survolent les bases atomiques les plus sensibles des Etats-Unis.

 

Dans un texte clair, qui se lit comme un roman, J.G Greslé nous fait enfin découvrir quelle réalité se cache derrière les mensonges, les imprécisions et la dérision qui occultent ce délicat problème depuis plus d’un demi- siècle.

 

Cette enquête méthodique et passionnante, qui s’appuie sur une analyse rigoureuse de documents « déclassifiés » du FBI et de la CIA, ainsi que de nouvelles sources inédites, donne un éclairage inattendu à cette énigme.

 

Devenu pilote professionnel après avoir été formé comme pilote de chasse dans l’US Air Force, l’auteur a occupé pendant 20 ans la fonction de commandant de bord dans une grande compagnie aérienne.

 

ovniS l’armÉe parle

Jean-Claude bourret

Edition  FRANCE EMPIRE

 1979

Jean-Claude Bourret, dont les trois premiers livres sur les O.V.N.I. ont connu un immense succès international, continue son enquête. Il présente aujourd’hui, sous le titre «O.V.N.I. – L’Armée en parle», des documents d’une qualité et d’un intérêt exceptionnels :

- Les rapports secrets adressés par les services de renseignement américains au Président des États-Unis et au Chef d’État major Général de l’Armée de l’Air.
- Une interview exclusive du caporal chilien Valdès, dématérialisé par un O.V.N.I. sous les yeux de sa patrouille.
- De nouveaux rapports de l’armée française avec, notamment, l’affaire du Mirage IV qui a observé et tenté de poursuivre un O.V.N.I.
- De nouvelles photos d’O.V.N.I., exclusives, dont plusieurs proviennent des enquêtes de la Gendarmerie Nationale.
- Pour la première fois, le directeur de la Gendarmerie Nationale et le président du Centre National d’Études Spatiales, qui supervisent la première enquête officielle sur les O.V.N.I. en France, reconnaissent l’existence d’un phénomène inconnu de notre science.


D’autre part, Jean-Claude Bourret rend compte du sondage réalisé grâce aux réponses de 12 600 lecteurs de « La science face aux extraterrestres ». Le sérieux de la documentation publiée dans cet ouvrage, les multiples sources officielles internationales auxquelles Jean-Claude Bourret a pu avoir accès, font de « O.V.N.I. – L’Armée en parle » le plus fantastique et le plus indiscutable des dossiers jamais rassemblés sur les mystérieux objets volants non identifiés.

 

ovnis – la science avance

Jean-Claude bourret & j. velasco

Edition LAFFONT

 1993

Il y a vingt ans, Jean-Claude Bourret, alors jeune reporter à France Inter, a saisi le sérieux et l’importance du phénomène ovni, et décidé de raconter ses enquêtes lors de la vague d’ovnis de 1973, présenté des rapports stupéfiants de la gendarmerie et de l’armée de l’air et exposer les premières analyses des scientifiques. Son action a contribué à la création, en 1977, d’une cellule d’étude des phénomènes aérospatiaux non identifiés (OVNIS) au Centre National d’Études Spatiales.


Le responsable de cette cellule, l’ingénieur Jean-Jacques Velasco, se joint à lui pour nous exposer les cas les plus extraordinaires qu’il a étudiés en profondeur, avec l’aide d’experts en psychologie, physique, chimie, etc. et le concours de laboratoires de recherche. Ces cas correspondent à une réalité qui n’est ni un phénomène naturel ni un objet connu.


De façon très accessible, les auteurs font le point des tentatives d’explication des scientifiques. Une large place est faite aux idées défendues par Jean-Claude Ribes, astronome connu qui préface l’ouvrage.

Ce chercheur a en effet donné récemment une forme nouvelle et, pour la première fois, scientifique, à l’hypothèse fréquemment avancée depuis près de cinquante ans : certaines des observations les plus étranges pourraient concerner des engins provenant de civilisations extra-terrestres.


On retrouvera J. Velasco, artisan en 1999 du rapport COMETA, rapport mondialement connu et reconnu.

 

OVNIS - la zone 51 – que cache cette base ? Film dvd

Jan roeloffs

Edition JUPITER

 2002

Ce terme désigne une large étendue principalement composée de l’ancien lit asséché d’un lac qui porte encore aujourd’hui le nom de Groom Lake. Une base de recherche top secret est censée y opérer jour et nuit, et même si le gouvernement persiste à laisser entendre qu’elle n’existe pas, des centaines de témoins oculaires et des dizaines de photographies aériennes attestent le contraire.

 

C’est une base secrète, mais c’est un secret connu de tous. Même les pilotes militaires en manœuvres d’entraînement sont interdits de vol dans cette partie de l’espace aérien. Toute violation peut entraîner la fin de leur carrière. Même un pilote de l’aviation civile peut perdre sa licence, s’il survole la zone de Groom Lake.


Lors de nos expéditions à la Zone 51, l’un de nos membres affiliés a réussi à filmer des images plutôt remarquables de ce qui a tout l’aspect d’un engin en forme de soucoupe survolant Groom Lake : « Il ne se comportait pas comme les avions conventionnels que j’ai pu voir, il n’émettait pas le moindre bruit. Mais ce qu’il y a de vraiment remarquable c’est qu’à d’autres occasions, nous avons pu voir les manœuvres en zigzag exécutées par ce type d’engin, parfois avec des virages à 75 degrés suivies d’ascensions et de descentes soudaines »

 

D’après Robert Lazar, il aurait eu, au cours de son séjour dans la Zone 51, accès à des renseignements qui, s’ils se révélaient vrais, constitueraient une preuve irréfutable de l’existence de vie intelligente sur d’autres planètes.

 

Il aurait affirmé : « Je suis absolument certain de ce que j’ai vu… cette technologie a des centaines et des centaines d’années d’avance sur la nôtre, un point c’est tout. »

 

Environ 190 kilomètres au nord-ouest de Las Vegas, dans le désert du Nevada, la carte officielle devient soudainement muette.  Rien de ce qui se trouve dans cette zone n'y est mentionné: pourtant, il y a des montagnes et des ravins impressionnants, des bâtiments de bonne taille ainsi qu'une immense piste d'envol longue de 9,5Km. Mais rien de tout cela ne figure sur la carte. Sur un territoire de la taille de la Suisse, il semblerait que toute activité humaine ait été volontairement occultée. Comme le dit le proverbe, il n'y a pas de fumée sans feu, et ce proverbe convient tout à fait à la mystérieuse base 51.

 

Que se passe-t-il donc à Nellis Force Range, dans le Nevada, pour que des scientifiques et des journalistes sérieux entreprennent des investigations approfondies sur ce coin de désert presque inconnu ? Cette base militaire fut mise sur pied dans les années 50 par le Président Truman en vue d'expérimenter dans le plus grand secret des armes et des appareils militaires de haute performance. Dans cette immensité désertique, se trouve la section Groon Lake (lac asséché), un site ” top secret ” connu sous le nom de Zone 51 et situé à environ 128 km de Las Vegas. C'est dans cette Zone 51 que furent expérimentés les A 12 et d'autres engins de haute technologie.
Pour en maintenir le secret, l'US Air Force en a toujours nié l'existence, alors même qu'elle a été filmée par un satellite russe.

 

On se rend compte de son importance en observant son système de protection. La base est en effet interdite à moins de 40 km sur tout son pourtour. De plus elle dispose d'un dispositif de protection incroyablement efficace et rapide. Son espace aérien est gardé par des radars et à la moindre violation de la Zone, des chasseurs F16 ainsi que des hélicoptères de combat entrent en action. La partie la plus proche à laquelle on peut accéder est à 20 km au nord, nord-est de la base. Il existe aussi un lieu connu de tous les ufologues, d'où l'on peut avoir une vue plongeante sur la base. Il s'agit du pic Tikaboo haut de 2300 mètres. En 1998, la secrétaire de l'Air Force, Sheila Widnall, a agrandi le périmètre de sécurité de la base qui est désormais de la taille de la Suisse. Si une telle protection existe c'est forcément qu'il y a quelque chose à protéger, et dans ce cas nul ne s'étonnera de savoir que, dès 1955, la base était contrôlée par la CIA et cela jusqu'en 1970, date ou les services de renseignement de l'USAF prirent la relève.

Vu d'avion la base ne couvre qu'une petite superficie de terrain, bien qu'elle se soit étendue au cours des dernières années. Ce que l'on ne dit pas, c'est que des centaines d'employés sont amenés à la base par avion à partir de l'aéroport de Mc Carran (Las Vegas), et cela plus de 10 fois par jour. Tant d'employés pour une si petite structure a poussé les observateurs à conclure que l'essentiel de la base était sous-terre, ce qui a été confirmé par plusieurs techniciens de manière anonyme. Quel est donc le secret de cette base 51 qui échauffe les imaginations depuis de longues années ?

 

S'il faut en croire les ufologues sérieux, certains militaires et de nombreux scientifiques, la base serait le dépôt des vestiges d'un ovni récupéré après un crash. C'est l'avis de Robert Oechsler, technicien à la NASA de 1974 à 1977. Il est du reste loin d'être le seul puisque L. T. Col. Wendelle Stevens du Service Foreign Technology de la base de Wright Paterson, est persuadé du fait. Pour lui comme pour Stanton Friedman, un physicien du nucléaire, il ne fait aucun doute qu'Air Force a intercepté un ou plusieurs ovnis et que l'on cache dans la Zone 51.

 

Un certain Bob Lazare, un technicien qui travaillait dans cette Zone 51, aurait osé braver l'interdit qui oblige tous les employés de la base à signer une charte imposant un secret absolu. Par cette signature, chaque employé perd une partie de ses droits institutionnels, et en cas de révélation interdite, risque de se voir expulsé sans procès dans un pénitencier d'Etat pour 20 ans.
Ce Bob Lazare, qui devait avoir pris de bonnes précautions avant de parler, affirmait avoir vu de ses yeux ce qui est considéré comme le secret de la Zone 51, et qu'il appelle la zone 54. Selon ses affirmations, seules 22 personnes connaissent cet endroit. Il s'agit de 9 hangars creusés à même la montagne et dont les portes sont dissimulées afin qu'elles ne puissent être repérées par satellite. En pénétrant dans l'un de ces hangars, il aurait eu la surprise de voir un ovni ayant la forme d'une soucoupe. Il eut immédiatement la conviction qu'il s'agissait d'un des derniers prototypes de l'armée américaine.

 

Cependant, lorsqu'il pénétra dans l'engin, ce qu'il observa lui donna la certitude qu'il s'agissait de la copie d'un authentique ovni !  Bob Lazare admet avoir vu voler la soucoupe et, pour prouver ce qu'il disait, il emmena un groupe d'amis afin d'observer les performances. C'était en 1989 et les essais avaient lieu le mercredi une fois la nuit tombée.  Les témoins purent même filmer les évolutions étranges de la soucoupe lumineuse.  A sa troisième tentative, Bob Lazare fut intercepté et arrêté. On menaça la vie de sa femme en cas de récidive et il fut interdit de séjour dans la Zone 51. Il faut rester prudent devant de telles informations. Cependant les enquêtes de journalistes compétents et incorruptibles faites à l'égard du chercheur accréditent sa thèse. Le Dr Edgar Mitchell, sixième homme à avoir foulé le sol lunaire en tant que membre de la mission Apollo 14, a rencontré Bob Lazare en 1991. Selon lui, l'histoire serait exacte, et il admet en outre qu'effectivement un crash et une récupération d'ovnis ont certainement eu lieu. Cette opinion d'Edgard Mitchell ne nous étonne pas car en 1998, lors du Congrès International ” The UFO expérience “, les ufologues du monde entier prirent connaissance pour la première fois des nouveaux documents du Majestic. A cette occasion l'astronaute déclara que les cosmonautes avaient vu des ovnis dans l'espace et sur la Lune.

 

Un film couleur de 50 mn sur ce mystère qui malgré tout commence à livrer ses secrets.

 

o.v.n.i.s le rapport cometa

le sepra

Edition  SEPRA

 1999

En 1999, un rapport confidentiel sur les OVNIS a été remis au Président de la République et au Premier Ministre. D’après le rapport       « COMETA », l’hypothèse d’une origine extraterrestre ne peut plus être écartée. Par ce rapport un premier pas en France concernant la vérité sur les OVNIS vient d’être franchi.


La France est en matière d’OVNI le pays des paradoxes. La question des OVNI n’y possède pas de légitimité scientifique ou intellectuelle reconnue, alors qu’il existe, depuis 1977, une structure officielle d’enquête scientifique. Elle y est moins bien admise que dans d’autres pays, alors que nous disposons d’un ensemble de données de qualité souvent supérieure validant la réalité d’un phénomène physique et inexplicable. La publication des enquêtes du GEPAN sous forme de notes techniques et les prises de position ouvertes, et néanmoins prudentes, du responsable du Service d’expertise des rentrées atmosphériques (SEPRA), Jean-Jacques VELASCO, sur la réalité physique des OVNI et leur supériorité technologie représentent une avancée qui, curieusement, n’atteint pas l’opinion publique française, ni les médias. Autrefois précurseur, la France a régressé dans la prise en charge de la question des OVNI. Le GEPAN a été transformé en SEPRA et ses moyens ont été réduits de manière drastique. Alors que l’Assemblée Nationale abordait timidement la question des OVNI en 1954, (JO 27.01.1954), elle la réduit aujourd’hui à un phénomène de croyance.

 

COMETA est une association composée de spécialistes des sciences physiques, des sciences de la vie, des sciences humaines, ainsi que d’officiers supérieurs de l’armée et d’ingénieurs. En juillet 1999 le COMETA publie un rapport très complet sur le phénomène OVNI qui fut transmis au Président de la République ainsi qu’au Premier Ministre.
Dans sa conclusion, le COMETA affirme que la réalité physique des OVNI, sous le contrôle d’être intelligents est « quasi-certaine ». Seule une hypothèse tient compte des données disponibles : l’hypothèse des visiteurs extraterrestres. Cette hypothèse est naturellement improuvée, mais a des conséquences de grande envergure. Les buts de ces visiteurs allégués demeurent inconnus mais doivent être le sujet de nos préoccupations.

La préface du rapport est signée par le Général Bernard Norlain de l’Armée de l’Air, ancien directeur de l’IHEDN, et il commence par un préambule par André Lebeau, ancien président du Centre Nation pour les Études de l’Espace. Le CNES l’équivalent français de la NASA. Le groupe lui-même, auteur collectif du rapport est une association d’experts dont beaucoup sont ou ont été des auditeurs de l’IHEDN, et ils sont de plus présidés par le Général Denis Letty de l’Armée de l’Air, l’ancien auditeur à l’IHEDN.

 

Le sigle « COMETA » se veut signifier « Comité pour des Études Approfondies ».


Ce rapport d’environ 100 pages est époustouflant mais les médias et les Français en général ne veulent pas y croire, la désinformation est passée par là.

 

Ce rapport est téléchargeable sur Internet, tapez « COMETA ».

 

O.V.N.I.S – L’EXTRAORDINAIRE DḖCOUVERTE

Jean-Claude Bourret et J. Pierre Petit

Edition Trédaniel

2017

Les observations d'ovnis se multiplient dans le monde. Et notre vision du cosmos explose. Tandis que l'on découvre des exo-planètes chaque semaine, la NASA publie une étude incroyable : il y a au moins 60 milliards de planètes pouvant abriter la vie. Dans notre seule galaxie ! Et le nombre de galaxies vient de passer de 100 milliards à... 2 000 milliards ! Non seulement nous ne sommes pas seuls dans l'univers, mais la vie intelligente foisonne, sur des milliards d'autres planètes ! Avec cette question angoissante : que représentons-nous sur l'échelle des intelligences extraterrestres ? Jean-Pierre Petit, ancien directeur de recherche au CNRS, révèle le résultat de quarante ans de recherches. Oui, le voyage d'une étoile à l'autre est possible... mais en prenant des raccourcis de l'espace-temps.

 

Ainsi, des civilisations extraterrestres utiliseraient les lois physiques d'un autre univers pour rejoindre le nôtre et nous observer depuis des millénaires. Dans ces couloirs du temps, les voyages cosmiques ont des propriétés extraordinaires décrites par Jean-Pierre Petit. Ses calculs et hypothèses ont été publiés dans des revues scientifiques de haut niveau à comité de lecture. Pour la première fois au monde, il vous est proposé de participer à un réseau mondial de détection automatique d'ovnis, grâce à un petit appareil, de faible coût, à installer sur toits et balcons, que les passionnés pourront monter eux-mêmes et dont les schémas figurent en fin d'ouvrage. Enfin, Jean-Pierre Petit révèle l'inquiétant sectarisme de la recherche en France, où les blocages sont immédiats dès que l'on aborde le dossier ovni, tandis que les militaires sont en embuscade pour récupérer les données scientifiques

 

Brésil 2017 : La Force aérienne brésilienne a publié auparavant des informations classifiées relatives à la recherche OVNI datant des années 1980. Les informations nouvellement libérés suit un incident qui a eu lieu au Brésil en 1986, lorsque près de 20 OVNIS ont été aperçus par de nombreux avions et par radar au sol. Selon les rapports, les OVNIS ont été aperçus par au moins six avions et par radar au sol, dans la nuit du 19 mai 1986, survolant plusieurs états dans le sud-est du Brésil. Des échos radar non identifiés ont été suivis par la défense aérienne intégrée et Air Traffic Control Center à Brasilia, ainsi que par Sao Paulo Airport.

 

Trois Mirage avions de combat et deux avions F-5E auraient été brouillé à partir dans les Etats de Sao Paulo et Goias. Comme UFO Etats preuves, l'incident a été "discuté ouvertement" par des responsables gouvernementaux de haut rang du Brésil. Le cas a été rapporté par le président de la compagnie pétrolière au Brésil appartenant à Petrobras, Ozires Silva. Les rapports indiquent que Silva avait volé sur un avion à réaction quand lui et le pilote ont aperçu et ont poursuivi les OVNIS pendant  presque une demi-heure. L’affaire a fait grand bruit et a donné beaucoup d'attention dans les médias au Brésil. Plusieurs jours après l'observation, une conférence de presse a été donnée au ministère de l'aéronautique. A l'époque, le Brigadier général Ottavio Moreira Lima, le ministre de l'aéronautique, a décrit l'incident à la conférence de presse, en indiquant:

 

Entre 20h00. (5/19) et 01:00 heures. (5/20) au moins 20 objets ont été détectés par les radars brésiliens. Ils ont saturés les radars et interrompu la circulation dans la région. Chaque fois que le radar a détecté des objets non identifiés, combattants a décollé pour intercepter. Radar détecte les corps métalliques seulement solides et lourds (masse) nuages. Il n'y avait pas de nuages ​​ni les avions conventionnels dans la région. Le ciel était clair. Radar n'a pas des illusions d'optique. ".L'Armée de l'Air ont admis qu'ils ne possédaient pas les conditions techniques et opérationnelles pour expliquer l'incident mais a annoncé qu'une commission serait faite dans le but d'étudier l'incident. Ce qui est intéressant est que le rapport aéronautique Commission n'a jamais été publié. Toutefois, les comptes des contrôleurs radar et pilotes de l'armée de l'air qui ont vu les ovnis survolant le ciel du nord-est du Brésil en 1986 ont été largement publiés dans les médias.

 

30 ans plus tard, le Brésil a décidé de publier les informations précédemment classifiés. Sur Reddit, une vidéo d'un rapport de l'incident qui montre le dialogue entre le pilote et le contrôleur comme ils poursuivaient l'OVNI, causé tout un émoi parmi les lecteurs Un lecteur a été rapide à noter que le rapport a été montré sur la populaire émission brésilienne de nouvelles 'Fanastico, qui ne couvre que les nouvelles les plus importantes de la semaine, ce qui prouve que l'histoire de l'incident OVNI est pris au sérieux. Top Secret Writers est désireux de garder nos lecteurs au courant des secrets, des documents classés OVNI, et pourquoi les gouvernements demeurent résolus à les garder cachés du domaine public Le fait que le Brésil ai pris les devants et déclassifié ces informations 30 ans après l'incident OVNI qui a eu lieu pourrait suggérer qu'il pourrait y avoir de nouveaux indices quant au fait que le gouvernement brésilien connaîssait l'incident mystérieux OVNI qui a eu lieu sur le Brésil en 1986.

 

ovnis l’Évidence

J.J. velasco

Edition  CARNOT

 2004

Un seul homme, en France, pouvait répondre à cette question : les ovnis existent-ils ? L’homme se nomme Jean-Jacques Velasco. Il est le directeur au sein du CNES (Centre National d’Études Spatiales) de l’un des rares services officiels d’enquête sur les ovnis de par le monde.


Sa réponse, attendue depuis des années, est sans ambiguïté : oui, les ovnis existent. Les preuves en sont scientifiquement établies.


Jean-Jacques Velasco, ingénieur opticien de formation, a enquêté à partir des milliers de cas validés par la gendarmerie nationale. Il a rencontré les témoins, mené le recueil de données sur le terrain et en a supervisé les analyses scientifiques.


Nicolas Montagiani, explore depuis des années l’énigme des ovnis. Il est photographe et auteur (Crop Circles, manœuvres dans le ciel, 2003).

 

OVNI - roswell – ce qui s’est rÉellement passÉ film dvd

Jan roeloffs

Edition  JUPITER

 2002

Le lieutenant Jesse A. Marcel, officier au service des renseignements de la 509ème unité, spécialisée dans la fabrication de bombes, a reçu l’ordre du Colonel Blanchard d’aller inspecter les lieux en personne. En arrivant sur les lieux, le lieutenant Jesse Marcel a décrit une superficie d’une longueur d’environ 1 kilomètre et d’une largeur de 70 à 100 mètres recouverte de débris métalliques. Il montra un de ces morceaux de débris au Colonel William, Blanchard, Commandant de la 509ème unité.


Le Colonel W. Blanchard a donné l’ordre de diffuser un communiqué de presse disant que l’armée avait capturé une soucoupe volante. Il s’est adressé au Lieutenant Walter Haut.
Le Lieutenant W. Haut a rédigé le communiqué et l’a personnellement distribué aux divers organismes de presse à Roswell : aux deux stations de radio, aux rédactions de deux quotidiens. Et c’est à partir de là qu’il fut diffusé par câble.


Voici, en gros, ce que disait le texte du communiqué : « Les nombreuses rumeurs concernant les soucoupes volantes sont devenues une réalité hier lorsque les services de renseignement de la 509ème unité de la 8ème division de l’armée de l’air, à la base aérienne de Roswell, est parvenue à capturer une soucoupe, grâce à la collaboration d’un propriétaire de ranch des environs. » Trois heures plus tard, la version officielle se transforme. Le Général Ramey, Commandant de la 8ème division de l’armée de l’air à Fort Worth, la division qui chapeaute la 509ème unité, affirmait à présent que ce n’était rien de plus qu’un ballon météorologique équipé d’un réflecteur radar d’un modèle assez courant.


Pourtant, personne n’a jamais pu expliquer la composition des matériaux découverts dans ce champ. Il était impossible de couper cette tôle. Il était impossible de faire une entaille dans ce matériau qui ressemblait à du bois ; impossible de le brûler. De toute évidence, on avait affaire à un matériau qui n’avait rien à voir avec ce que l’on pouvait trouver dans notre monde en 1947. Un membre éminent des services de renseignements, le Colonel Philip Corso, admet non seulement que l’armée détient des corps d’extraterrestres, mais qu’en plus il les a vus de ses propres yeux.


Il ne fait aucun doute qu’il existe un rapport direct entre les OVNIS observés dans les jours précédant les événements de Roswell et l’accident de Roswell. Les trois derniers jours avant l’accident, il y a eu pas moins de 88 OVNIS observés dans 24 États, et l’on estime à 10 millions le nombre d’Américains qui auraient vu des OVNIS le 4 juillet 1947, autrement dit le jour de l’accident de Roswell.


Un film DVD de 50 mn.

 

ovnis60 ans de dÉsinformation

François parmentier

Edition DU ROCHER

 2004

Un livre sur la désinformation et les objets volants non identifiés (OVNI) ?  Quelle idée étrange et, pour tout dire, suspecte ! Car s’il y avait réellement des objets inconnus dans nos cieux, cela se saurait, c’est bien connu. Et pourtant…Si le scepticisme est de rigueur, la question est loin d’être fantaisiste. Elle a été prise très au sérieux par les Etats-Unis dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale et intéresse de nombreux pays. À l’inverse, les opinions convenues et les théories abstraites, souvent fumeuses, dominent en France, reléguant le sujet au grand bazar de l’irrationnel.

 

Serions-nous plus raisonnables que nos voisins étrangers ? On aimerait le croire, mais François Parmentier démontre que cette exception française relève de l’ignorance, de l’aveuglement et, surtout, de la désinformation.

 

Documents à l’appui, il explique en quoi les OVNI sont un sujet sensible et un enjeu stratégique faisant l’objet d’une formidable guerre de l’information, à laquelle la France n’est pas préparée.

Derrière le miroir du ridicule se cache un monde insoupçonné de stratégies d’influence et de manœuvres psychologiques, que dévoile ce livre, et que le lecteur pourra aborder grâce au sérieux et à la précision de sa documentation.


On y apprend que même les Présidents Carter et Clinton, se sont cassé les dents sur le secret-défense des militaires.

P

PARAPSYCHOLOGIE          B.A- BA

J.M  HAREL- RAMOND

Edition  PARDES

 2006

De tout temps, à toutes les époques, dans les milieux sociaux, cultures et cultuels, la parapsychologie a attiré, repoussé, intrigué, passionné, c’est dire l’attraction qu’elle a su développer, la passion qu’elle a déchaînée …..


De tous temps, l’être humain s’est intéressé aux mystères, à l’occulte et à la magie, il a souhaité comprendre et expliquer l’inexplicable.

 

Ce livre explique  ce qui peut être expliqué, laissant le soin à chacun, d’approfondir cette fascination, car de mystérieux, la parapsychologie est devenue une science reconnue et intègre


Est expliqué :


La télépathie, la voyance, la médiumnité, comment est-elle perçue aux U.S.A, la parapsychologie scientifique, la clairvoyance, la clairaudience, les sensations physiques, les jeux de cartes, la boule de cristal, les taches d’encre ou encromanie, la psychoscopie, le marc de café, la voyance médiatisé, la psychokinésie, Edgar Cayce, Maître Philippe de Lyon, Michel Belline, les N.D.E, la réincarnation, les poltergeists, la trans-communication instrumentale, le surnaturel chez les grands mystiques, le jeûne mystique, la bilocation, la fragrance, des médiums appelés voyants etc.

 

 PARAPSYCHOLOGIE - ENQUÊTE SUR 150 ANS DE PARAPSYCHOLOGIE – LA LḖGENDE DE L’ESPRIT

Renaud Evrard

Edition Trajectoire

2016

Renaud Evrard, psychologue clinicien, est maître de conférences à l’Université de Lorraine. Il est cofondateur du CIRCEE, Centre d’Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles.

 

En France les rapports entre sciences et parapsychologies sont tantôt difficiles, tantôt impossibles. Contrairement aux pays anglophones, plus ouverts, les chercheurs, mêmes de renom, sont souvent contraints à dissimuler leur intérêt ou leurs recherches dès lors qu’ils sortent des sentiers battus. Pourtant, ce ne fut pas toujours le cas et nous pouvons espérer, notamment grâce aux travaux rigoureux de l’IMI, Institut Métapsychique International, toujours très actif, que les tabous tombent laissant l’espace libre pour la recherche.

 

Dans ses premières pages, l’auteur nous dit : « Que la parapsychologie ait été partie prenante des débuts de la psychologie – et particulièrement en France – devrait inciter ceux qui rédigent les manuels à commenter a minima ce moment charnière. » Or, il n’en est rien. Le carcan universitaire résiste à un mouvement qui va toutefois grandissant avec la psychologie anomalistique « qui examine les croyances et expériences dites paranormales afin de les expliquer par des hypothèses psychologiques connues ou à découvrir ».

Renaud Evrard pose la question de diverses manières et notamment ainsi, de manière à peine provocatrice : « L’astronomie a son astrologie, la chimie son alchimie, la physique sa métaphysique, la biologie ses créationnistes : la parapsychologie aurait-elle une nécessité pour l’émergence de la psychologie moderne ? »

 

Ce livre érudit et précis retrace l’histoire, passionnante, de cette recherche et des relations complexes entre psychologie et parapsychologie depuis Charles Richet. La méthodologie de l’auteur est rigoureuse. Il a fait le choix d’aborder chaque chapitre à travers un personnage, connu ou non, dont les travaux s’étendirent au champ de la parapsychologie. Outre Charles Richet, nous trouvons Pierre Janet, Pierre et Marie Curie, Eugène Osty, André Warcollier… Cette juxtaposition de portraits ne nuit pas à la mise en évidence d’une continuité historique de la recherche parapsychologique, malgré les interdits et les mépris.

Renaud Evrard contribue ainsi grandement à l’histoire positive d’une véritable science de l’esprit

 

La parapsychologie a pour sources l'expérience subjective commune et la tradition magique. D'un côté, en effet, il n'est pas d'individu qui n'ait, à un moment ou à un autre de sa vie, éprouvé une impression telle que l'apparente réalisation d'un fragment de rêve fait antérieurement ou le pressentiment qu'un événement néfaste est en train d'affecter un être cher. Il n'est personne non plus qui n'ait connu des faits troublants tels que l'arrivée inattendue de quelqu'un à qui on était justement en train de penser, la formulation de telle idée au même moment qu'une autre personne dans une conversation de groupe, la chute d'objets ou des explosions soudaines sans cause apparente (voir "la machine à croire "). D'un autre côté, l'histoire et l'ethnologie rapportent l'existence, depuis la plus haute antiquité et sous toutes les latitudes, d'individus hors du commun qui, tels que chamans, sorciers, prophètes, devins et tout en remplissant d'ailleurs, souvent, des rôles institutionnels dans leurs sociétés respectives, sont ou étaient censés être capables de "voir" des scènes éloignées dans l'espace ou dans le temps, de lire dans la pensée des autres, de réaliser des guérisons inexplicables.

 

La parapsychologie en tant qu'étude scientifique de tels phénomènes naquit cependant au XIXe siècle, alors que la science et la technique prenaient un grand essor. Ses sources historiques proches résident, en fait, dans les tentatives, à cette époque, de plusieurs scientifiques renommés (Wallace, Crookes, Richet, Flammarion, William James...) pour observer objectivement les phénomènes spirites et leur trouver des explications rationnelles. Depuis 1848, les "esprits des morts" entraient en communication avec les vivants grâce à des médiums, frappaient des coups, soulevaient des tables ou des personnes, etc. Malgré l'imposante somme de travaux qui leur furent consacrés, aucune conclusion qui fût clairement favorable à ces phénomènes n'émergea et la plupart des médiums furent reconnus comme étant des fraudeurs. Cependant, une tendance se manifesta chez les scientifiques qui voulaient étudier ces "esprits des morts": elle consistait à abandonner l'idée que ceux-ci étaient à la source de tels phénomènes et à considérer que les lévitations et transports d'objets devaient dépendre de forces naturelles inconnues. De même, l'apparente aptitude des médiums à lire dans les pensées ou à prédire l'avenir devait être due à des facultés du psychisme encore inconnues. Ainsi furent jetées les bases, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, des sciences métapsychiques, ou parapsychologie.

 

À partir des années 1930, la perception extra-sensorielle et la psychokinésie firent l'objet d'investigations standardisées en laboratoire. Le matériel comprenait des cartes Zener, c'est-à-dire un jeu de 25 cartes portant 5 symboles simples (cercle, croix, carré, ligne ondulée, étoile) et des dés. Dans les expériences de perception extrasensorielle, il s'agit de "deviner" la carte qui va être retournée par un appareil automatique ou par un sujet manipulant les cartes hors de la vue du "devin". Dans les expériences de psychokinésie, il s'agit d'influer sur la chute du dé de façon à faire apparaître certains nombres ou certaines sommes avec une fréquence supérieure à celle du hasard. Dans les deux situations, des tests statistiques permettent de dire si les résultats dévient significativement de ceux qu'aurait donnés le simple tirage au hasard.

 

Au début des années trente J. B. Rhine à l'université Duke (États-Unis) aurait obtenu, avec l'aide de son assistant G. Pratt, des résultats hautement significatifs avec des sujets apparemment doués. L'une de ses expériences de clairvoyance avec l'étudiant H. E. Pearce est restée célèbre : celui-ci avait su dire exactement 558 fois sur 1 850 tirages successifs (la probabilité pour que ce résultat ait été dû au hasard est de 10-22) quelle carte Zener avait été tirée en un lieu éloigné de 90 à 230 mètres de lui. Avec des cartes portant des dessins d'animaux, S. G. Soal aurait obtenu à l'université de Londres, dans les années quarante, des résultats significatifs de précognition chez deux sujets doués, B. Shackleton et G. Stewart : ceux-ci ne devinaient pas la carte qu'on était en train de tirer, mais celle qui la précédait ou la suivait dans le tirage. En faisant varier la vitesse de tirage des cartes, Soal put même établir que la perception extrasensorielle du sujet était fixée sur un objet apparaissant deux secondes et demie plus tard.

 

Dans le domaine de la télépathie, des expériences d'induction hypnotique sur des sujets éloignés de l'hypnotiseur furent entreprises dès 1938 par Vassiliev à Leningrad. L'état hypnotique de ces derniers était objectivé par le fait qu'ils cessaient à leur insu de comprimer une petite balle en caoutchouc qu'on leur avait donné la consigne de presser à intervalles réguliers. Des recherches de ce type ont été poursuivies jusqu'à l'époque présente en Tchécoslovaquie par Ryzl, puis aux États-Unis et à Édimbourg, par J. Beloff. En France, depuis la fondation de l'Institut métapsychique international en 1920, les recherches de Richet, de Geley et d'Osty ont porté en grande partie sur les dons de clairvoyance, de précognition et de psychokinésie de médiums tels que Ossowietsky, Schneider, Forthuny et Croiset. Ce dernier a été encore étudié dans les années soixante-dix par le parapsychologue hollandais W. C. Tenhaeff. Il s'est rendu célèbre par le test des "chaises vides", qui est un test de précognition où le "devin" serait capable de décrire la personne qui occupera, à telle date, telle chaise, dans telle salle de conférence, dans une ville donnée du monde.

 

Une autre direction a été suivie dans les années soixante au Maimonide Hospital à Brooklyn (New York): M. Ulmann, S. Krippner, S. Feldstein, considérant que les moments d'activité onirique devaient être les états les plus propices à la communication extrasensorielle, ont essayé d'introduire télépathiquement des images dans les rêves de sujets endormis. Un sujet "émetteur" se concentrait sur une illustration donnée - appelée image cible - et essayait de l'"envoyer" au dormeur, dont les ondes cérébrales étaient enregistrées par un électroencéphalographe signalant les moments de rêve. Le dormeur était réveillé juste après son rêve, qu'on lui demandait de raconter. Des juges indépendants estimaient alors le degré de corrélation entre les images du rêve et les images envoyées par les sujets "émetteurs". Comme exemple de transmission télépathique réussie au cours du sommeil, les chercheurs du Maimonide Hospital citent souvent l'expérience dans laquelle ils prirent pour cible un tableau de Salvador Dali, Le Sacrement de la dernière sainte Cène : chez huit dormeurs, les rêves continrent ce soir-là des fragments du tableau (la mer, des aliments, Christmas, etc.).

 

PHÉNOMḔNES  MYSTÉRIEUX      B.A-BA

J.P  RONECKER

Edition PARDES

 2005

2 volumes pour raconter ces phénomènes mystérieux qui peuvent nous étonner ou nous faire peur : O.V.N.I, Crop circle, animaux mystérieux, combustion soudaine, dédoublement, esprits frappeurs, homme invisible, portes induites, etc.


Aussi loin que remonte le témoignage humain, on trouve des récits fantastiques décrivant des phénomènes hors du commun, des phénomènes infiniment mystérieux, qui défient la raison.
On trouve la trace de ces phénomènes dans les annales anciennes, dès l’Antiquité, et à toutes les époques suivantes. Notre monde moderne n’est pas exempt de tels événements extraordinaires, et la science, souvent, se « casse les dents » à vouloir les expliquer.


Des êtres qui paraissent avoir la capacité de se dédoubler, des créatures ailées, des entités invisibles, des êtres humains qui prennent spontanément feu, des crimes impossibles… Tous ces phénomènes étranges ont en commun, d’être toujours inexpliqués à l’heure actuelle. On a, certes, émis des hypothèses, des théories, des idées variées, mais le voile du mystère, un instant soulevé, est retombé aussitôt.


Considérant la nature quelque peu insaisissable de ces phénomènes, nous avons choisi de plutôt les rapporter de façon « brute », sans trop chercher à fournir une explication, laquelle, nous l’avons dit, relève de la théorie, et non pas de la compréhension. C’est donc davantage une série d’histoires étonnantes, fantastique et fantasmagoriques, que vous trouverez dans ces pages, et non pas une analyse « scientifique » des thèmes abordés.

Répétons-le, les phénomènes ici présentés n’ont pas d’explication rationnelle à l’heure actuelle, c’est donc à chacun de juger et de se faire une opinion.

 

pour devenir mÉdium & dÉvelopper sa mÉdiumnitÉ

Noël et Christin

Edition DANGLES

 1971

La question de la « Médiumnité » n’avait pas encore été traitée au point de vue nettement spirituel, comme les auteurs l’envisagent dans cet ouvrage. Ils déclarent eux-mêmes : « … Nous avons voulu hausser la médiumnité à son vrai rang, c’est-à-dire lui conférer le caractère moral qu’elle doit comporter, lui rendre sa valeur d’instrument du « service », en un mot : la montrer comme le seuil même de la voie de l’Initiation. Nous basons donc son développement, en tout premier lieu, sur l’évolution spirituelle, le progrès moral.


Nous n’avons pas, cependant, perdu de vue le côté pratique et nous indiquons au candidat médium, non seulement les moyens simples, familiers, de reconnaître une médiumnité, mais les procédés faciles – que tout le monde peut employer – pour le développer, sans coûteux accessoires, ni difficiles études… »


C’est donc un ouvrage recommandé à tous ceux qui se sentent en eux des possibilités médiumniques et voudraient connaître les moyens de les vérifier, comme bien à ceux qui désirent développer les dons qu’ils ont déjà constatés en eux.

 

PRODIGES  - B.A.  – BA

BECKER et KIRCHER

Edition  PARDES

 2003

De tout temps, l’homme a eu confiance dans le cours naturel des phénomènes qui l’environnent. Leurs aspect réguliers avaient quelque chose de sécurisant, et puis, d’ailleurs n’était-ce pas la volonté des dieux ?

 

Et pourtant, parfois, il se sentait mal à l’aise devant une naissance bizarre, une pluie d’objets qui n’était pas de l’eau alors que les océans célestes dispensaient habituellement cette liqueur vitale. Ce malaise se transforma en inquiétude : il fallait comprendre et trouver le remède efficace pour que l’ordre des événements, ce précieux cosmos, retrouve sa régularité, signe que la divinité était satisfaite.

 

Elle, la garante de la sécurité et du bien-être des humains. C’est ainsi que se manifeste le prodige, parole de mise en garde de dieux courroucés ou ennuyés. Il s’agit d’un signe, d’une interrogation du divin : « Homme, écoute-moi, vois et …agis. »

 

En fait nous vivons tous dans un univers moins rationnel qu’on ne le pense, mais nous évaluons dans un monde qu’il faut bien appeler « magique », faute de terme plus approprié.  Pour le saisir, le comprendre, il nous faut percevoir ses signes les plus secrets, être en phase avec lui ; devenir « sensible», comme le devint Carlos Castaneda, au cours de sa laborieuse initiation par le sorcier yaqui, don Juan Matus.

De ce monde magique, certains hommes font une expérience fortuite et progressive. L’irruption dans ce monde magique peut s’avérer brutale. Carl Gustav Jung, le célèbre psychanalyste, raconte dans un de ses livres, qu’une patiente réfractaire a tout traitement guérit brusquement, grâce au choc provoqué  par la révélation d’une corrélation acausale entre son mal- être et cet univers mystérieux qui s’implique parfois dans nos existences. Elle parlait à Jung d’un rêve qu’elle avait fait, dans lequel on lui faisait cadeau d’un scarabée d’or. Tandis qu’elle racontait ce rêve, Jung était assis, le dos à la fenêtre close. Soudain, derrière lui, un menu grattement  se fit entendre. C.G.Jung se retourna et vit un insecte volant qui tapait de l’extérieur contre la vitre. Il ouvrit la croisée et attrapa la bestiole au vol, au moment où elle entrait. C’était le plus proche analogue d’un scarabée d’or qu’on pouvait trouver sous nos latitudes, un coléoptère, le « hanneton des roses » ou cétoine dorée ; contrairement à ses habitudes, il avait éprouvé l’envie de rentrer dans une pièce sombre. .. 

 

Jung appelait ce phénomène « synchronicité», qu’il définit peu ou prou comme une coïncidence temporelle sans lien causal entre un état psychique donné et un  plusieurs événements extérieurs offrant un parallélisme de sens avec cet état subjectif du moment ; l’inverse pouvant également se produire. Si l’on retient cette notion de synchronicité, elle donnerait un sens à diverses méthodes de prédiction, antiques ou contemporaines, comme l’état du foie d’un mouton, l’étude du vol des oiseaux, de la chute d’un éclair ou les traînées de marc de café dans une tasse.

 

Certes il peut sembler farfelu de tirer des conclusions sur le sort d’une entreprise quelconque ou le destin d’un homme selon qu’un corbeau vole à sa gauche ou à sa droite, mais si ces méthodes de divination eurent un tel succès dans l’Antiquité (puis chez nos contemporains, pour certaines d’entre elles), c’est parce que les initiés avaient conscience de cette réalité magique d’effets bénéfiques ou néfastes influant sue une existence ou une action, influence tirée d’un autre événement sans relation aucune avec la vie de l’individu ou de l’acte en question, et essayaient d’en tirer une méthode, plus ou moins empirique, de prédilection de l’avenir.  Cette synchronicité dans la réalité quotidienne s’apparente à l’action catalysatrice  des enzymes dans les organismes vivants, et qui, par leur unique présence, orientent de nombreuses réactions physiologiques.

 

Rappelons qu’un catalyseur peut déterminer une réaction, mais n’est pas influencé en retour, le catalyseur se retrouve chimiquement intact (dans le cas de l’enzyme) à la fin de la réaction. Bref, quand passe le corbeau, seule la vie de l’observateur conscient du phénomène est troublée, pas celle du corbeau. 

 

psychanalyse & médiumnitÉ

Georges tiret

Edition  DERVY

 1953

Explication de l’aura et de ses couleurs structure psychique de l’homme. L’intuition, le moi, les rêves prémonitoires, l’illusion, nos vies antérieures et le phénomène de médiumnité.

 

Historique et quelques articulations entre art, médiumnité et psychanalyse et ce à travers la rencontre étonnante que l’on retrouve au XXIIème siècle, et le début du XXIème siècle, entre la vague du spiritisme, la psychologie et la psychothérapie naissantes et l’étude des médiums et des productions médiumniques.

 

Cette rencontre, et cet intérêt des psychiatres comme Théodore Flournoy, fut possible car le phénomène spirite devint une telle mode qu’aucun milieu social ne sut lui résister. Il devint alors de bon ton de parler avec les esprits en perfectionnant le mode de communication : tables tournantes, écriture automatique, expériences de transes médiumniques, etc. Toutes sortes d’Esprits, des sages, des moins sages, des intelligents, des moins intelligents, bref toute la panoplie des caractères humains se retrouvaient dans les messages dictés depuis l’Au-delà. Cette pratique prit une telle ampleur que les soirées spirites devinrent très en vogue dans tous les salons de l’époque. Les "Tables tournantes de Jersey" (1923) sont un témoignage de cet engouement qui contamina le plus célèbre poète et romancier du XIX siècle : Victor Hugo.

 

La pratique spirite présuppose une possible communication avec l’esprit des morts par le biais d’un médium en transe, et se révéla dans tout le courant du 19ième siècle riche en manifestations paranormales : coups frappés, lévitations d’objets ou de personnes, révélations, apparitions, écriture, dessins et peintures automatiques. Le postulat de base étant bien entendu la croyance en une survie de l’âme susceptible de se manifester à travers ces productions : stratégie extraordinaire destinée à nier l’aspect radical de la mort en rétablissement le contact avec les disparus. La multiplication des séances spirites sous le contrôle de chercheurs, la recherche d’un code de communication de plus en plus perfectionné avec les " Esprits ", mirent en évidence un facteur décisif : il fallait tenir compte de la personnalité des participants. Les esprits allaient ou non se manifester en fonction de l’attitude des sujets à l’égard de ces phénomènes.

 

A Paris, la fièvre spirite s’empara de tous les milieux et devint une véritable religion, dont la "bible" fut écrite par un instituteur : Hippolyte Rivail. Sous le nom d’Allan Kardec, il écrivit en effet le "Livre des Esprits" dont le contenu lui aurait été dicté par des Esprits, au cours de séances spirites (Kardec, 1857) livre qui devint, selon l’expression de Janet "un guide, non seulement pour les spirites, mais aussi pour les Esprits" ! Le médium devint un personnage exceptionnel qui prêtait son corps et sa voix à un ou plusieurs "esprits-contrôle " en se mettant en état de transe, état qui s’inscrivait dans la parfaite continuité des travaux sur le sommeil somnambulique. Ainsi se superposaient plusieurs capacités de ce moi subliminal. permettre l’accès à un matériel enfoui dans les profondeurs de l’inconscient inaccessible aux sens habituels :

 

1900, année de la publication à Vienne de l’Interprétation des rêves de Freud, est aussi l’année de la publication à Genève du livre de Théodore Flournoy, Des Indes à la planète Mars. Que cachait ce titre étrange d’un ouvrage qui eut à l’époque de sa parution un succès retentissant et qui tomba dans l’oubli jusqu’à ces dernières années ? Théodore Flournoy, médecin, philosophe, grand humaniste, influencé par les travaux de Frederick Myers, notamment par sa théorie du moi subliminal, rencontra - lors d’une séance spirite à laquelle il avait été invité par un professeur au Collège de Genève - un médium, Catherine-Elise Mûller, qu’il appellera par la suite Hélène Smith. C’était en décembre 1884, le spiritisme étant toujours très en vogue dans le milieu genevois comme dans les milieux anglais ou français, de nombreuses personnalités tenaient salon en offrant à leurs invités les prouesses d’un médium.

 

Hélène Smith, au cours des nombreuses séances données en présence de Flournoy et du linguiste Ferdinand de Saussure, "revivait" en état de transe trois vies antérieures, trois cycles : le cycle martien au cours duquel elle présentait des phénomènes de glossolalie et utilisait une langue inédite ; le cycle hindou, retrouvant une de ses vies antérieures de princesse hindoue, et le cycle royal, où elle revécut la vie de Marie-Antoinette (Flournoy T., 1900). La "reviviscence" de ces cycles s’accompagnait de l’utilisation par le médium de langues inconnues dont Ferdinand de Saussure étudiera la richesse et les structures linguistiques très élaborées, qui contrastaient étrangement avec la relative inculture d’Hélène Smith à l’état de veille. Ce sont les capacités extraordinaires que lui conféraient à la fois son guide et sa médiumnité, qui rendirent Hélène Smith capable de telles productions colorées par la croyance en la réincarnation. En effet, dans la pure tradition spirite, Hélène Smith avait un guide, Léopold, qui prenait dans le cycle royal l’identité de Cagliostro !

 

Au grand dam des spirites, Flournoy en vint à démontrer dans son analyse des récits de Mlle Smith, que ses multiples réincarnations n’étaient en fait que des résurgences de "romans de l’imagination subliminale" forgées au cours de sa vie, notamment de son enfance, puis oubliées, peut-être engrammées, sous forme de " cryptomnésies " , refaisant surface lors d’états modifiés de conscience. Cette idée se rapprochait de la conception d’une fonction mythopoïétique décrite par Myers. C’est-à-dire la capacité d’une partie du moi subliminal à créer sans cesse des romans intérieurs. Il donnait ainsi une explication plus vraisemblable de ces "informations émanant d’esprits désincarnés". Ce faisant, Flournoy esquissait avec un génie certain, une approche extrêmement originale de ce que nous appelons aujourd’hui " états non ordinaires de conscience ", jetant un pont entre ces phénomènes occultes et l’inconscient, dans le même temps où ses conceptions se rapprochaient à certains égards de la théorie de l’inconscient tel que Freud le définissait à la même époque.

 

Ainsi, quelles qu’aient pu être les influences réciproques, Théodore Flournoy découvrit en même temps et parallèlement à Freud, l’existence des forces inconscientes sous-tendant l’activité de la vie psychique. Cependant il observa surtout les extraordinaires capacités créatives, imaginatives artistiques et paranormales de toute cette face cachée de la psyché qui sommeille sous le seuil de la conscience, et auxquelles le sujet peut avoir accès en état de transe médiumnique. Aspect de la psyché certes peu exploré par Freud, mais que l’on retrouve aujourd’hui dans les conceptions actuelles de l’inconscient qui président à certaines approches thérapeutiques comme l’hypnose ericksonienne.

 

Outre la prise en compte d’un matériel refoulé (théorie freudienne), faisant retour à la conscience, cette appréhension de l’inconscient mettait l’accent sur ses aspects positifs : inconscient créateur, protecteur, compensateur et ludique. Un inconscient donc synonyme de ressources et de potentialités créatrices. Que ces potentialités créatrices soient possiblement celles du sujet, qu’elles soient jusque-là inhibées, mais conformes à sa culture, à son être conscient, à sa trajectoire, cela n’aurait rien de très étonnant. Mais le moi subliminal et sa fonction mythopoïetique (selon l’expression de Myers) ouvrait à des conceptions encore inadmissibles pour beaucoup : l’émergence de capacités créatrices, (mais aussi d’un savoir, d’un style, de matériaux divers) en rupture complète avec la personnalité habituelle du sujet, son mode d’être, sa culture, ses connaissances. Ce qui était le postulat de base des spirites : une personnalité étrangère, pouvait investir et s’exprimer à travers une autre personnalité : celle du médium.

 

Le mode d’obtention de ces matériaux extraordinaires impliquait l’entrée dans un état de transe. L’entrée dans cet état pouvant être spontanée ou induite par un certain nombre de techniques dont l’hypnose. Une des caractéristiques de ces états réside dans leur étonnante ouverture du champ de la conscience : accès à des données, des informations, inconnues du sujet à l’état de veille, inaccessibles aux sens habituels, mais qui en règle générale ont un sens, une résonance avec l’histoire ou la problématique du sujet. La sienne, mais aussi, à travers la sienne, celle de ses ascendants. En règle générale... mais pas toujours.

 

Une prestation médiumnique réussie place de toute évidence le médium dans une position où le sujet étaye son sentiment d’être et son identité par la grâce d’un autre idéalisé tout-puissant consentant à lui accorder son intérêt et à l’animer. Ainsi, une certaine revanche est prise par des sujets dont la vie est pauvre ou écrasée par un parent prestigieux. Hélène Smith grâce à ses talents médiumniques retint pendant 5 années l’attention exclusive d’un médecin qui devenait un peu son obligé. De même pour Charles, le fils de Victor Hugo, si petit devant son illustre père, devenant le médium " exigé ", (sinon le guéridon restait silencieux !) par lequel, les esprits de gens célèbres acceptaient de dicter des poésies. Ces poésies, étaient prises en note par le père, relégué au rang de scribe. Grâce à cette capacité médiumnique, le sujet, Charles en l’occurrence, pouvait sans affrontement direct, en y étant apparemment pour rien (Ce sont les esprits et la table qui exigent la présence du fils pour parler au père) se restaurer narcissiquement.

Q

81 façons de dÉvelopper son intuition

D. charnaise

Edition Trépidation

 2001

Quelques astuces et conseils, pour développer et prendre conscience de son intuition.

 

On aimerait tous avoir de « bonnes intuitions. » Mais à bien y réfléchir, la mauvaise intuition n’est pas de l’intuition. Elle est un désir, un préjugé, une fantaisie de l’imagination prise pour une intuition. Le propre de l’intuition est de fournir une information juste sur une situation à venir. Que faire, puisque le processus est inconscient ? Laisser à l’inconscient plus de place pour s’exprimer. Surtout, ne vous mettez pas martel en tête ! Être à l’écoute de son intuition, c’est d’abord lâcher prise et accepter ce qui vient. Un état d’esprit serein, le développement de l’attention au moment présent, l’écoute de votre corps sont autant d’attitudes qui vous permettront de vous engager sur la voie intuitive.


Car elle existe. Tout commence par-là. Nous avons pris l’habitude de répéter que la logique est notre seul guide. Sur l’idée de rationalité des agents économiques, on a bâti des systèmes, dont on constate aujourd’hui toute la pertinence !  Il faut être convaincu de l’existence et de la validité de l’intelligence intuitive, si mystérieuse nous semble-t-elle.
Le psychologue Richard Wiseman, qui a travaillé sur la chance, a identifié chez les chanceux ces deux caractéristiques : ils croient en leur baraka, et ils suivent beaucoup plus leur intuition que les malchanceux. Remémorez-vous vos moments intuitifs, cultivez un jardin secret de l’intuition.

D’une obligation à l’autre, sans réel moment de vraie relaxation, nous nous retrouvons prisonniers d’une spirale de stress : des repas vite pris, des litres de café, un sommeil approximatif, la télévision comme seule source de détente, du bruit dans la rue, au bureau… STOP ! Vouloir entendre ses intuitions dans ces conditions… Autant essayer d’écouter le chant des oiseaux pendant une rave-party. Prenez soin de vous : offrez-vous de vrais moments de détente, prenez le temps de savourer une nourriture saine. Essayez de trouver des moments de calme pour vous ressourcer. « Le silence est sensation, perception, échange » écrit Marc de Smedt. « Univers intérieur, mais tactile. Canal de communication. »


« Bien souvent, quand nous sommes en présence de tiers ou dans certaines situations, nous avons des émotions corporelles dont nous ne tenons pas compte » souligne Maud Kristen, voyante reconnue. Cela peut se traduire par une sensation de malaise inattendu, qui n’a pas lieu d’être. Le corps est l’interface, le récepteur de l’information en même temps qu’il exprime ce que votre intellect ne peut discerner. Les Anglo-Saxons parlent de gut feeling, littéralement sensation des tripes, pour désigner l’intuition. Le fils du milliardaire George Soros explique que son père est parfaitement capable d’expliquer ses actions par moult théories. « Quand j’étais jeune, je l’écoutais parler et je me disais que tout ça, c’était des conneries. En réalité vous savez, il modifie sa position sur le marché ou prend une décision de ce genre quand son dos commence à le faire souffrir. Il a littéralement un spasme de douleur qu’il prend pour un avertissement. » (Cité par Malcom Gladwell dans La Force de l’intuition).


La transe ne désigne pas uniquement l’exaltation, la perte de contrôle de soi ou le délire. Dans sa forme légère, elle favorise dans le cerveau le phénomène de synesthésie, c’est-à-dire la coopération entre tous les centres cérébraux, qui est source d’intuition et de créativité. La méditation pratiquée régulièrement est une voie immobile. Le mouvement est une autre voie : yoga, tai-chi, qi gong… Autant de gymnastiques qui ont été inventées pour exploiter le potentiel de la transe. D’une manière générale, mettre son corps en mouvement est un préalable, car cela favorise la perception, et c’est dans la perception que naît l’intuition. Un bon début peut être de préférer autant que possible la marche à pied aux transports en commun.


Ecouter son intuition, ça signifie être réactif, oser sortir du rang. La vie va vous offrir des centaines d’occasions de pratique. Les paroles aimables peuvent cacher des intentions sournoises, que vous signale une sensation de malaise. Comprenez le sens de l’intuition et réagissez en fonction d’elle. De cette manière, vous vous renforcez. L’intuition peut vous pousser à sortir des sentiers battus. Vous serez parfois seul, et prendrez des décisions que peu de gens comprendront. Qu’importe ! La vie a plus d’imagination que les statistiques. « Dès que vous vous débarrassez de l’idée que vous devez plaire aux autres avant de vous plaire à vous-même, vous commencez alors à vous fier à votre instinct disait l’actrice américaine Raquel Welch. Et ce n’est qu’à ce moment-là que vous êtes satisfait. Vous devenez alors de plus en plus satisfait et les gens auront tendance à être satisfaits de ce que vous faites. »


Vous êtes le juge ultime de vos expériences. Vous pouvez avoir des intuitions qui vous rendent nerveux mais qui sont justes à 90 %, tandis que la grande majorité de vos éclairs de certitude inébranlable mènent à des fiascos. Apprenez à repérer vos moments d’intuition. Soyez lucide, évitez les raisonnements alambiqués du style : « C’est vrai que j’avais cette intuition et que je me suis trompé mais finalement ce qui est arrivé après était bénéfique, donc au final l’intuition était bonne. » Si vous tenez un journal de vos intuitions, privilégiez les faits : quelle était la situation ? Qu’est-ce que vous avez ressenti physiquement ? Quelle décision avez-vous pris ? Que s’est-il passé ensuite ? Efforcez-vous de toujours faire la différence entre les faits et leur interprétation, basée sur des émotions et des désirs qui peuvent être trompeurs. N’écartez pas l’hypothèse des perceptions extrasensorielles, mais n’en voyez pas partout non plus.


Souvenez-vous que l’être humain se développe en jouant. En devenant adulte, nous oublions cette part de nous-mêmes. Dans sa réflexion sur l’intelligence intuitive, Francis Cholle met en avant le rôle du jeu dans la créativité. « Les vraies avancées explique-t-il, doivent nécessairement rompre avec l’ordre logique que nous connaissons. » Dans cette brèche s’engouffre l’idée qui nous fait avancer. Le jeu est une expérience dynamique, qui nous absorbe et n’a d’autre finalité que de nous procurer du plaisir. Tout est possible : lire, sculpter, peindre, faire du théâtre… C’est dans cet esprit que nous vous conseillons d’expérimenter vos perceptions extrasensorielles. Imaginez que depuis votre enfance, vous ayez vécu avec une jambe attachée dans le dos, obligé de sautiller à cloche-pied. Quoi de plus jouissif, si on vous rendait soudain l’usage de ce membre, que de dévaler les collines en chantant ! L’intuition naît et s’épanouit dans l’expérience de la liberté. « Les gens ne voient que ce qu’ils sont préparés à voir » écrivait Ralph Waldo Emerson. Soyez prêt à tout.

R

RELAXATION   B.A – BA

ALAIN  GESBERT

Edition PARDES

 2002

La relaxation est un moyen, un outil pour communiquer avec son inconscient. Vous pouvez bien sur, décider de vous en servir, uniquement comme d’une méthode pour vous détendre agréablement. Vous pouvez, également, en profiter pour que votre  subconscient devienne un allié. C’est pourquoi nous avons apporté beaucoup de soins à traiter ce que nous appelons les «  affirmations positives » : comment les construire, les erreurs à ne pas commettre  etc.


Nous vous proposons également des stratégies pour associer entre elles vos affirmations personnelles. Nous y avons ajouté un très grand nombre d’affirmations positives, qui peuvent vous servir de modèles pour créer vos propres relaxations. Enfin, nous abordons le concept, si important, de  «  l’enfant intérieur », qui permet de mieux gérer les résistances inconscientes.

 

Aux neuf relaxations qui permettent d’apprendre à se relaxer, à son rythme, nous avons, entre autres, ajouté deux relaxations toniques. Avec ses dix-neuf relaxations, ce petit livre de la relaxation, se présente comme un véritable cours pratique. Nous avons essayé, autant que faire se peut, de faciliter votre apprentissage : en suivant la méthodologie proposée, chaque relaxation  vous  permettra d’améliorer  votre  pratique.

 

Au sommaire :

 

Apprendre à se relaxer  -   divers exercices  -   relaxations toniques pour approfondir l’apprentissage  -   les pensées positives  -  affirmations positives  -  créer une stratégie  - comment gérer les résistances  -   Développement de l’estime de soi, de l’enfant intérieur et des buts dans la vie   -   découverte du process communication  -  les empathiques  -  les travaillomanes  -  les persévérants  -  les rêveurs   -  les rebelles  -  les promoteurs   -  mnémotechnie  -    la structure de la personnalité  -  trois relaxations pour apprendre l’anglais  -   signe-signal de détente  -

 

RItuels pratiques de bougies

Raymond BUCKLAND

Edition  Ramuel

 1996

Comment et pourquoi se servir de bougies. Son symbolisme, sa texture, sa couleur et sa finalité.

Avec toutes ces bougies aux couleurs diverses et variées disponibles de nos jours, de nouveaux us et coutumes se sont développés autour de la pratique des bougies magiques.


Peu de personne possède aujourd’hui une cheminée ouverte pour pratiquer la pyromancie (divination par le feu), en revanche, brûler des bougies à des fins magiques est devenue une pratique particulièrement populaire. Les praticiens de cet art conseillent généralement de faire brûler votre bougie la nuit et que ce soit la dernière chose que vous fassiez avant d’aller vous coucher, en ayant pour seule pensée la réussite de votre rituel. S’il ne vous est pas possible de pratiquer à ce moment donné, vous pouvez cependant effectuer votre rite n’importe où, du moment que vous êtes au calme et que vous n’êtes pas déranger.

Choisissez une bougie de la couleur appropriée à votre but, d’après la liste des couleurs données plus bas dans ce chapitre. La bougie devra être neuve, et ne devra pas être utilisée à d’autres fins. Vous devrez vous procurer également une fiole d’huile d’onction, que vous garderez, elle aussi, seulement à des fins magiques. Il doit s’agir d’huile végétale pure et les praticiens expérimentés utilisent parfois des huiles parfumées onéreuses. L’huile de bois de santal, par exemple, a un parfum merveilleux et convient à la magie ; l’étrange et excitante fragrance de l’huile de patchouli est tout particulièrement populaire en Amérique chez les praticiens du vaudou. Cependant, si vous ne possédez aucune d’entre elles, utilisez de l’huile d’olive pure. Vous pouvez expérimenter par vous-même en ajoutant à cette huile des herbes aromatiques, ainsi qu’un peu de résine de benjoin afin qu’elle ne rancisse pas. De toute façon, le but principal de l’huile d’onction est simplement d’imprégner vos pensées dans la bougie, afin, pour ainsi dire, la consacrer à des fins particulières. Depuis des temps immémoriaux, les magiciens ont utilisé l’huile d’onction lors des cérémonies de consécration.

Avant de commencer votre rituel, ayez clairement à l’esprit votre souhait, puis écrivez-le sur un bout de papier neuf. Vous mettrez ce bout de papier sous le bougeoir dans lequel vous ferez brûler votre bougie. Comme pour tout autre objet magique, le bougeoir que vous utiliserez devra être conservé uniquement pour la pratique rituelle et non pour un usage commun. Si vous achetez un bougeoir ancien pour les cérémonies magiques, alors nettoyez-le minutieusement avant de l’utiliser, pour le débarrasser d’autres influences qui pourraient rester en lui. Toute autre source lumineuse dans la pièce où vous travaillerez devra être baissée et suffisamment tamisée. Prenez ensuite un peu d’huile d’onction sur vos doigts et frottez doucement la bougie en vous concentrant sur l’idée d’imprégner cette dernière de vos pensées et souhaits. Mais ne la frottez pas simplement de haut en bas ; commencez par le centre, frottez du centre vers le haut, puis du centre vers le bas. Placez ensuite la bougie dans son bougeoir, essuyez le surplus d’huile de vos doigts à l’aide d’un morceau de lin propre ou d’un mouchoir en papier – ce dernier est bien entendu une invention moderne, mais fort utile.

Puis allumez la bougie et concentrez-vous calmement sur votre souhait. Avant tout, visualisez la chose que vous souhaitez voir se réaliser, car si vous êtes capable de produire une image mentale claire de ce souhait et de la maintenir à l’esprit, même si ce n’est que pour quelques secondes, sans doutes, sans peurs, ni pensées perturbatrices, l’effet magique sera puissant. Visualisez votre souhait de manière symbolique, si vous préférez, aussi longtemps que l’image reste claire. La bougie qui brûle fournit le point focal pour votre concentration ; mais il n’est pas nécessaire de regarder fixement la partie la plus lumineuse de la flamme, car cela pourrait fatiguer vos yeux. Au lieu de cela, regardez la lueur dorée de la bougie dans son ensemble, et prenez note de ses différentes couleurs. Ou bien, si vous souhaitez reposer vos yeux de cette luminosité, regardez la couleur de la bougie elle-même, remémorez-vous sa signification symbolique.

Voici une liste des couleurs pour les bougies que l’on peut trouver dans tous les grands magasins, avec leur signification et leur pertinence pour chaque rite :

Blanc : développement psychique, dissiper les influences négatives.

Rouge : vie, vitalité, faire tourner la chance à son avantage.

Bleu : guérison, développement spirituel, protection occulte.

Vert : fertilité, prospérité, gain d’argent.

Jaune doré : développement intellectuel, force de l’esprit.

Rose : amour, amitié, bonheur.

Violet : pouvoir occulte, triompher.

Orange : optimisme, succès.

Noir : revanche, vengeance ; mais aussi, communion avec l’esprit des défunts.

 

Brûler des bâtons d’encens de bonne qualité favorise l’atmosphère de tout rituel occulte ; ainsi employez-en un peu lors de vos rituels destinés à la magie des bougies si possible. La meilleure façon de brûler les bâtons d’encens est celle qui se pratique en Orient, là d’où ils proviennent ; pour cela, procurez-vous un bol en métal ou en terre, remplissez-le aux trois quarts de sable et piquez-y bien droits ces bâtons d’encens. Ainsi, ils ne se renverseront pas et leurs cendres non plus. Lorsque vous sentez que vous vous êtes concentré assez longtemps, prenez le bout de papier où vous avez inscrit votre souhait et brûlez-le dans la flamme de la bougie, en ayant à l’esprit que vous êtes en train de projeter votre vœu dans l’Autre-Monde pour qu’il puisse s’accomplir. Mouchez la bougie et si elle n’est pas entièrement consommée, vous pouvez l’envelopper dans un morceau de papier propre pour une utilisation ultérieure. Souvenez-vous cependant que vous pourrez l’utiliser uniquement pour retravailler sur le même souhait. Pour un vœu différent, vous devrez employer une nouvelle bougie.

S

SCIENCES IMPOSSIBLES B.A – BA

D. BECKER  et  F. KIRCHER

Edition PARDES

 2004

Encore aujourd’hui, devant les montagnes de pierre que sont les pyramides égyptiennes, qui s’élancent vers le ciel, tels de gigantesques escaliers, on ne peut qu’être ébloui. Admiratif  aussi, devant les pierres des forteresses péruviennes, à trente ou quarante angles, entre lesquelles on ne peut même pas insérer une lame de couteau.


Les sciences des temps passés nous offrent bien d’autres merveilles, certaines connues, d’autres ignorées, combattues, laissées dans l’ombre des faits maudits. Ainsi, l’antiquité  a-  t- elle connu la bombe atomique ? L’avion ? Le sous-marin ? L’électricité ? L’antigravitation ? A-t-elle développé des sciences qui nous restent encore, aujourd’hui mystérieuses ?

 

Ce B.A –BA, fait le point sur tous ces sujets de controverses et évoquera aussi bien d’autres réalisations dont il faut présumer que les Anciens avaient connaissance, si nous nous référons aux sources littéraires, archéologiques, épigraphiques, voire légendaires. De l’énigme de la pyramide de Khéops et de l’Arche d’Alliance, à la technique de la prothèse, en passant par la robotique, nous verrons que la science antique n’avait rien à envier à la nôtre.


On y trouve expliqué :

Le Saint des Saints dans les temples antiques, les monuments géants et inexpliqués en Egypte, au Pérou, en Mésopotamie ancienne, en Grèce, en Turquie, et en Asie.

 

science occulte & magie pratique

Paul jagot

Edition  DANGLES

 1976

Cet ouvrage qui parle des arcanes et des clefs d’Hermès, met en garde contre les rites maudits et la magie noire et explique les influences et les énergies qui parcourent la constitution occulte de l’homme.

Pour la première fois, l’expression science occulte a été utilisée comme titre d’un livre, dont l’auteur est Eusèbe de Salvetre. Le livre date de 1829. En France, le mot est apparu quelques années plus tard, en 1842 plus précisément. C’est à partir de 1884 que le célèbre occultiste Joséphin Péladan comprend comme occultisme l’ensemble des sciences occultes. En Angleterre, le terme apparaît en 1881.

Les disciplines dites occultes sont divisées en 2 groupes. Ainsi, nous avons les arts occultes et les sciences occultes. Comme arts occultes sont considérés : l’alchimie, l’astrologie, la divination, la magie. Dans la catégorie des sciences occultes, vous trouverez la science des correspondances, l’arithmologie. Des personnes connues dans cette sphère, par exemple Pierre Riffard, Helena Blavatsky et Papus, ont fait une classification un peu plus complète. Les arts occultes, connus encore comme le volet opératif de l’occultisme comprend, selon ces auteurs des rituels comme : la magie, l’astrologie, la médecine occulte comme la guérison spirituelle ou la radiesthésie. Il y a aussi la talismanie ou le chamanisme. Ce dernier est le plus abstrait de tous les arts. Les sciences occultes ou le volet spéculatif de l’occultisme. Dans cette catégorie, vous trouverez la science des cycles, la science des nombres, des symboles ou encore la science cabalistique. Cette dernière se définit comme l’art de connaître les bons génies.

Plusieurs sont les principes sur lesquels repose l’occultisme : Les fluides et les esprits L’occultisme est basé sur la croyance du monde invisible. Ce dernier est un monde de fluides ou d’esprits qui se sont incrustés dans le monde appelé visible, sous la forme de matières et évènements. Les sympathies et les antipathies Les objets du monde visible sont inclus dans des rapports d’hostilité ou d’amitié. La magie doit connaître ces rapports et peut les utiliser. Les analogies et les correspondances C’est la doctrine principale de l’occultisme. Selon cette doctrine, il y a des relations d’identité symbolique entre les différents éléments de chacun des mondes, que cela soit le monde matériel ou le monde spirituel. Il faut souligner que Papus a créé une liste des correspondances. Cette liste stipule qu’à chaque planète, il y a des éléments, des signes, des pierres, des vertus et des couleurs qui lui correspondent.

 

SECRETS  D’UNE HERBORISTE

MARIE-ANTOINETTE  MULOT

Edition DU  DAUPHIN

 1984

L’auteur une des dernières herboristes diplômées, révèle « la richesse naturelle » de plus de 250 plantes médicinales et leur capacité à soulager les maladies les plus courantes, en usant à la fois de la transmission des traditions populaires et de 30 années d’expériences personnelle. Qu’elles soient prises en tisane, en décoction, en cataplasme, ou en herbe alimentaire servant à assaisonner les plats, les herbes sont un véritable bonheur pour le goût et la santé, dans ce moment du XXIe siècle ou le bio fait une entrée en force dans le quotidien, les herbes nous rappellent aussi qu’elles servent à soigner des affections, et le grand mérite  de ce livre est que 250 plantes sont déclinées pour les soins et le bien-être.

 

« Marie-Antoinette Mulot: Pour se détendre, se déstresser, les plantes les plus classiques sont la mélisse (ou citronnelle), la fleur d’oranger et la marjolaine. En cas de manque de sommeil, de nuits difficiles, agitées, la passiflore apporte une aide précieuse.

Pour calmer les plus petits, on utilise la fleur de coquelicot. Et pour se doper, la racine d’éleuthérocoque (ou ginseng de Sibérie) est un tonique fortifiant intéressant, car on peut même en prendre le soir. En cas de maux de ventre, la matricaire (camomille), que l’on peut également associer à la citronnelle, permet de concocter une boisson très agréable pour l’été, et qui facilitera la digestion.  On peut les mélanger  les yeux fermés ! Puisque toutes ces plantes peuvent s’associer en fonction des besoins comme des goûts… Les plantes les plus connues sont le tilleul, la camomille, la verveine, elles sont surtout connues parce qu’on en trouve partout. De fait, elles sont plus fréquemment utilisées. De plus, elles présentent un autre avantage majeur : aucun risque qu’elles produisent des effets secondaires.

 

De nouvelles plantes nous arrivent surtout d’Amérique du Sud. Mais on évite scrupuleusement d’en importer du Chili, parce que ce pays a de grosses lacunes en matière de contrôles sanitaires. Toutefois, on a récemment découvert au Mexique l’écorce de Lapacho, qui stimule considérablement les défenses immunitaires de l’organisme. Autre nouveauté, l’escholtzia, aussi appelé coquelicot ou pavot de Californie. Cet hypnotique naturel, sans effets indésirables, calme, détend et supprime les difficultés d’endormissement des adultes et des plus jeunes. Il faut faire attention aux  végétaux qui arrivent des quatre coins du monde. Les importateurs effectuent de nombreux contrôles. Ils testent la radioactivité, regardent la morphologie de la plante et vérifient sa teneur en principes actifs. Pour certaines espèces, malheureusement pas toutes, on examine les insecticides et les pesticides. Les plantes aux effets secondaires dangereux sont uniquement vendues en pharmacie et sur ordonnance.

 

Il est recommandé d’acheter des espèces comme le thym, la verveine ou la citronnelle de septembre à octobre. Récoltées entre les mois de juin et juillet, elles sont séchées durant quatre mois avant d’être mises en vente.  Les plantes aromatiques conservent leur parfum délicat pendant un an et demi. Leurs principes actifs, logés dans leurs huiles essentielles, sont toutefois assez volatiles. Il faut donc les consommer dans les délais prescrits. Un bon indice qui vous indiquera leur qualité, c’est leur odeur : quand elles ne sentent plus rien, elles ne sont plus efficaces. Les feuilles, tiges, écorces et racines des autres plantes se conservent deux à trois ans sans perdre leurs principes actifs. L’idéal est de les placer dans des sachets en papier ou des bocaux non fermés hermétiquement : vous pouvez faire de petits trous dans le couvercle ou le remplacer par du papier. Les plantes séchées craignent beaucoup la lumière, il est donc impératif de les stocker dans un placard.

 

Les plus classiques sont l’infusion (la fameuse tisane) et la décoction. Pour la première, on verse de l’eau bouillante sur les plantes qu’on laisse infuser entre cinq et dix minutes. Pour la décoction, les plantes sont jetées dans de l’eau froide puis bouillies entre deux et cinq minutes. Après un temps d’infusion d’environ dix minutes, on filtre la boisson avant de la consommer. Autre mode de préparation très pratique et moins connu, la macération : on verse de l’eau froide, tiède ou chaude sur les plantes, que l’on oublie toute une nuit. La boisson sera un peu plus forte en goût, mais pas vraiment plus puissante, car les principes actifs des végétaux s’expriment pendant les dix premières minutes.

 

Il est possible de préparer une infusion à l’avance à condition de la consommer dans les quarante-huit heures. L’été, avec la chaleur, il est préférable de la stocker au réfrigérateur. On peut également réchauffer une infusion sans problème, ses propriétés n’en seront pas altérées. Par contre il faut  faire très attention avec les enfants, car leur système digestif n’est complètement constitué qu’à l’âge de 7 ans. Je recommande toujours aux parents d’éviter de leur donner à boire les tisanes qu’ils ont achetées pour eux. En particulier, pour les infusions digestives, à moins qu’ils n’aient été conseillés par leur pharmacien ou l’herboriste. Pour les femmes enceintes, certaines plantes laxatives provoquent des contractions intestinales, ce qui pourrait poser des problèmes. Il est donc vivement recommandé qu’elles se renseignent avant de boire une tisane, même la plus courante. »


Livre de référence pour les herbes.

 

SOPHROLOGIE     -    B.A - BA

Yvette MELIO

Edition  PARDES

 2006

La sophrologie  est une démarche thérapeutique fondée dans les années soixante par Alfonso Caycedo, professeur à la faculté de médecine de Barcelone. Il a lui-même trouvé le nom de sophrologie qui, d’après l’étymologie, signifie en grec : « Sôs » « Phren » et « Logos », ce qui veut dire : recherche de l’harmonie de la conscience. A ce propos, nous verrons plus loin toute l’importance qui est donnée aux états de conscience, appelés en sophrologie : états modifiés de la conscience – la base même de la sophrologie.

 

Alfonso Caycedo a été influencé par les techniques orientales lorsqu’il a vécu dans les pays où  il s’était rendu pour faire des observations plus poussées. Après avoir constaté les bienfaits de ces pratiques, il a mis en place une thérapie qui est, en fait, une sorte de synthèse entre :

L’hypnose que nous détaillerons dans un chapitre prévu à cet effet, et qui est, au départ, l’essence même de la sophrologie ;

La relaxation, appelée en sophrologie « dynamique» ou R.D.   Non qu’elle veuille dire qu’il y a du dynamisme d’après le sens courant que l’on donne à ce mot, mais dans le sens qu’elle est voulue, provoquée, recherchée par la personne qui la pratique.

 

Les origines de la sophrologie : depuis plusieurs années, nos sociétés industrielles sont malades du désordre engendré par les conflits internationaux, la pollution, les fléaux épidémiques, sans compter les problèmes familiaux de tout un chacun. L’homme a perdu confiance dans le progrès, se sentant piégé par des mécanismes irréversibles occasionnant des nuisances à tous les nivaux : psychique et physique. Sans perdre confiance dans les méthodes de médecine traditionnelle, dite médecine allopathique, les fondements de cette confiance se sont quelque peu ébranlés. Chacun de nous connaît quelqu’un souffrant d’une névrose ou d’une psychose, sans pour autant voir d’amélioration notable de son état. Si des résultats obtenus pour certains, il n’en va pas de même pour tout le monde. Les maux de l’âme (psyché, en grec) ne trouvent pas toujours la solution qui permettrait d’en sortir. Les moyens pharmaceutiques (chimiques) employés n’arrivent pas toujours à bout de problèmes concernés.

 

 En proie à un désarroi total, ce sont ces personnes qui chercheront une solution dans d’autres disciplines ; elles ont souvent été des adeptes des psychotropes, voire même ont fait l’objet de cures de sommeil, enfermement ou tout autre moyen actuel. Une fois le parcours du combattant terminé, rares sont celles qui en sortent indemnes. La dépendance aux somnifères ou à un autre médicament est devenue une habitude à part entière dans leur vie. La peur de revivre des crises d’angoisse ou des nuits sans sommeil les incite à ne plus espérer sans sortir in jour. Même l’idée d’entamer un sevrage les terrorise. Un médecin me disait : si je propose une réduction des quantités en vue d’un arrêt possible de la médication, je sens qu’une panique les envahit au point que je n’ose plus leur en parler, tellement la résistance est forte.

 

L’interrogation pour trouver une solution à ces problèmes ne date pas d’hier. Déjà, dans l’Antiquité, les « fous» faisaient l’objet d’une observation très particulière. Depuis un bon demi-siècle, les médecins, observateurs des pratiques utilisées dans des contrées lointaines, principalement en Chine et en Inde, ont essayé d’obtenir des résultats dans l’amélioration du traitement de ces pathologies. Un effort tout particulier a été fait pour comprendre, traiter et surtout soulager les personnes atteintes de ces maladies.   Nous verrons plus tard que la Chine et l’Inde  ont été un vivier rempli d’idées nouvelles concernant l’approche de l’être humain dans sa globalité (corps et esprit), ce qui donne à la sophrologie le qualificatif de «  thérapie holistique », du mot holos  (« un tout »). On la nomme également « médecine douce » ou « naturelle » ou « alternative ». Il est à préciser que les nouveaux textes en préparation  qui régiront la profession n’acceptent plus les termes « médecine », « soigner », « guérison ». Ceux-ci étant réservés exclusivement à la médecine allopathique (traditionnelle).

 

D’autre part, si plusieurs noms circulent à propos de la paternité de la sophrologie, bien que pratiquée et enseignée par différents courants, seul Alfonso CAYCEDO a, en tant que fondateur de la sophrologie, élaboré cette méthode révolutionnaire dans nos pays occidentaux. Lui-même psychiatre, il  s’est basé sur des observations qu’il avait faites en milieu psychiatrique. C’est donc bien une méthode empirique, reposant sur des résultats obtenus sous contrôle médical, qui lui a valu sa notoriété bien méritée. Plusieurs disciplines se sont inspirées des constatations faites en sophrologie, et nous verrons plus loin qu’il existe autant de thérapies douces que de jours dans l’année.

 

Au sommaire de cet ouvrage :

 

Les précurseurs  -  origine et but de la sophrologie  -  pratique  -  le training autogène et Johannes Heinrich Schulz  -   notions et termes utilisés en sophrologie  -  les trois principes d’Alphonso Caycedo  -   le tepnos logos  -  les principes positifs et négatifs  -  loi de vivance phronique  -  loi de vivance isocay  -  le Neti Krya  -  la relaxation d’après Edmund Jacobson  -    notion de tonus musculaire  -  le Chi ou Qi  -  le stresse  -  Tête de turc  -   les Hormones   -  les catécholamines et les glucocorticoïdes  -  la dopamine  -  la noradrénaline  - la sérotonine  -  Antonio Damasio  -   la sophro-acceptation  progressive  -  la relaxation dynamique de Caycedo  -  les cinq degrés de la sophrologie  -  le signe-signal  -   les thérapies brèves  -  les thérapies systémiques  -   la visualisation  -  

 

sorciers d’aujourd’huihistoire de la magie et de l’occultisme

D. HEMMERT

Edition FAMOT

 1974

Sont passés en revue : Eliphas Levi, Hélène Blavatsky, les Mormons et autre Allan Kardec.

 

Un regain d'engouement pour les sorciers et sorcières est apparu en Europe voici déjà quelques décennies, et cette renaissance est imputable au féminisme. Dans les années 1970, ce furent des Italiennes qui, pour la première fois, manifestèrent en employant ce terme ancien de sorcière. Elles avaient organisé en 1977 une manifestation contre l'acquittement d'un groupe de jeunes hommes qui avaient violé une femme. En Allemagne, des femmes à sensibilité de gauche organisèrent dans les années 1980 des manifestations dites de la "Nuit des Walpurgis" dans le cadre du mouvement féministe, derrières lesquelles apparaissait l'idéologie de la femme blanche et germanique, qui maîtrise des rituels et les utilise de façon ciblée. Les femmes se désignèrent elles-mêmes comme "sorcières" pour provoquer, surtout dans un monde dominé par les hommes.

 

Cette image très féministe de la femme est contraire à celle véhiculée actuellement par de nombreux médias : les magiciennes et sorcières dans les séries "Buffy“, "Sabrina“ et "Charmed" sont tout le contraire de féministes.

Elles sont sexy, à la mode et véhiculent le cliché classique de la femme moderne d'aujourd'hui. Ceci a d'ailleurs été confirmé par une étude britannique qui a conclu que les filles d'aujourd'hui sont plutôt attirées par des sorcières féminines, qui ont volontiers recours aux armes classiques des femmes.

Rachel Moseley, spécialiste britannique des médias, a étudié les représentations actuelles des sorcières dans les médias. Il en ressort que les sorcières à la mode actuellement sont celles qui sont sexy et qui ont du pouvoir.

 

Il semblerait que le message ait atteint son but. Selon un article paru en novembre 2001 dans le magazine "Der Spiegel" et intitulé "Ein Volk von Zauberlehrlingen !“ (Un peuple d'apprentis sorciers), les imaginaires des enfants ont déjà changé. Ils ne parlent plus maintenant tout simplement de cours de maths et de chimie à l'école, mais de "Cours de divination" et de "Cours d'Herbologie" Les universités n'échappent plus non plus au culte des sorcières. Les étudiants et le public qui s'intéressent à la question peuvent désormais suivre à l'université australienne d'Adélaïde des cours sur la sorcellerie, le chamanisme et les guérisseurs. L'anthropologue Kingsley Garbett parle dans ses cours des guérisseurs africains, des chamanes d'Amazonie et des sorcières du 16ème siècle.

 

La publicité utilise aussi cet engouement pour les sorcières. Sinon, comment expliquer que les publicitaires soient actuellement aussi friands de jeunes filles rousses et malicieuses pour vanter les mérites des produits ? Il est probable que l'on prête aussi aux rousses des pouvoirs mystiques, dont on espère qu'ils auront un impact sur les produits vantés. Les clients masculins seraient apparemment très réceptifs aux rousses utilisées dans la publicité. Cependant, il n'y a aucun rapport entre la teinte rousse de la chevelure et les persécutions dont les sorcières ont souffert. Ce stéréotype est apparu au 19ème siècle, et était inconnu auparavant.

 

Il subsiste une question : pourquoi les sorcières à cheval sur leurs balais sont-elles devenues si fréquentes dans notre monde ? Harry Potter est-il le seul responsable de l'apparition de ce culte ? La réalité est-elle si lugubre qu'il faille à tout prix s'inventer un monde imaginaire peuplé de sorcières et de mauvais esprits, avec si possible une fin heureuse ?

 

L'une des explications est peut-être que notre monde actuel répond à presque toutes les questions et dévoile presque tous les mystères, ce qui est désappointant. Alors que les sorcières servaient autrefois de bouc émissaire dans les périodes de famine, de catastrophes climatiques ou d'autres maux, elles servent dorénavant, ainsi que la magie, à insuffler à notre monde lucide et informé un peu de magie et de surnaturel.

 

SURNATUREL  - B.A-BA

J.M HAREL-RAMOND

Edition  PARDES

 2007

Le  surnaturel est un domaine que peu de personnes osent aborder, tant son étendue est large, complexe et abyssale. Certains spécialistes ont approchés la question du surnaturel dans la vie quotidienne, chez les médiums, d’autres se sont attardés sur les mystiques, qui représentent la majorité des cas. De la bilocation ( don de se trouver à deux endroits à la fois ) à l’incorruptibilité du cadavre ,( corps retrouvé intact  plusieurs années après sa mort ) en passant par la lévitation, les stigmates , et l’inédie ( jeûne absolu ) ,les mystiques n’ont pas manqué de nous surprendre , au fil de leur existence ,par les charisme qu’ils possédaient .

 

En dépit d’une vie quasi normale, parfois ponctuée de souffrances, de rejets, de reproches de la part de leur entourage ou de l’Eglise, aucun mystique ou medium ne présenta la moindre faille : le don était encré en chacun d’eux pour servir leur prochain, et apporter une part de leur legs à l’évolution des êtres humains. Thérèse d’Avila disait : « J’appelle surnaturel ce que nous ne pouvons acquérir par nous même quelque soin et quelques diligence que nous y apportions, à cet égard tout ce que nous pouvons faire est de nous y préparer »

 

Même  si les hommes les ont imaginés d’une manière différente, distincte  au cours des époques successives l’invisible et le surnaturel ont fait partie, inlassablement de leur existence, de leur quotidien.
L’intérêt pour ce qui est invisible, caché, occulte, est grandissant depuis des décennies, par attirance, par attraction, tantôt rationnelle, tantôt inexplicable.
Cependant l’amalgame se trame au cœur même de plusieurs termes galvaudés   et mal interprétés.

 

Certains parles d’occultisme : ce terme vient du latin occultus (qui se trouve caché, secret, dissimulé) on range donc derrière l’occultisme, les idéologies et les activités qui mettent en mouvement des puissances invisibles. Les mots  « idéologies et puissances » nous dérangent et outrepassent notre exposé. Les effets de l’occultisme sont  contrôlables. Or, les mystiques  ne contrôlent strictement rien. D’autres utilisent la  «  parapsychologie », cette discipline tentant de prouver, scientifiquement, l’existence de phénomènes paranormaux comme la voyance, la médiumnité, la psychokinésie, la télépathie. Au fil des pages nous découvrirons que les mystiques n’utilisent pas ces viatiques,  exception faite pour la médiumnité et la voyance.


D’autres encore parlent de pouvoir de guérison, de magie, de pratiques mystérieuses et indéfinissables, mais ceci s’écarte  du  surnaturel. Le surnaturel est beaucoup plus simple que toutes ces idées reçues. Il est au dessus de la nature, tout en faisant corps avec elle. Il fait parti intégrante d’une certaine spontanéité.

 

Nous constaterons dans notre exposé que la majorité des personnes ayant bénéficié de dons surnaturels a vécu une existence sommaire , quelquefois primaire , souvent falote , jonchée d’embuches , parsemée de sentiments hostiles naissant au cœur même de leur entourage , la destinée de ces êtres hors du commun ne fut pas un long fleuve tranquille .Marthe Robin ,


Padre PIO, Yvonne Aimée, Michel Garicoïts et bien d’autres, en furent des preuves vivantes .Néanmoins, aucun d’entre eux n’a souhaité, à un moment donné, acquérir un don mystique .Cela s’est accompli de la manière la plus inopinée, sans que les prémices puissent être pressenties. Ces dons – car il s’agit bien de dons-, ont une portée, un but très précis. Ils sont offerts au mystique pour témoigner de la présence de Dieu, et aussi  pour aider l’humanité. Par ailleurs, nous nous interrogeons perpétuellement, d’une part sur la véracité de tous ces phénomènes surhumains, qui nous en sommes persuadé, ne s’imbriquent pas toujours aisément avec ce  «  sur naturel » et d’autre part, sur ces croyances millénaires pour certaines.

 

Pourquoi avons-nous besoin de preuves tangibles  ou scientifiques ? Afin que la science puisse faire la lumière, une bonne fois pour toute, sur les mystères de notre univers, de notre cerveau, de notre entendement, de notre âme ? Une des raisons recevable est que nous souhaitons, pour croire, non seulement voir – comme St Thomas- mais également bénéficier de la toute puissance de la science et nous y plonger, nous y réfugier, corps et âme.
La science possède les limites que nous lui connaissons, que nous lui attribuons, elle n’explique pas tout, et, quand bien même elle y parviendrait, que resterait il de nos vieux rêves, de cette part qui nous appartient et qui nous construit dans une sorte de tourbillon imaginaire ?


L’être humain a besoin de rêves ! Sans cette « activité » véritable, il n’est que fange, profondeur abyssale dépourvu de repères et de limites. Cependant , il y eut , depuis des siècles , des êtres fabuleux , appelés mystiques , médiums , femmes et hommes de Dieu , dotés de facultés « paranormales » , ces êtres extraordinaires ont disposé ( certains existent encore à notre époque ) de capacités psychiques et physiques franchissant parfois , les frontières de l’entendement , plus encore celles de la science.  Cette dernière avoue baisser les bras, parce qu’elle ne propose aucune explication rationnelle scientifique, elle déclare  humblement «  Aucune explication possible  ou  Pas de clarté scientifique, ou  Absence de preuves tangibles.

 

SYNCHRONICITÉ    -     B.A - BA

Alain  GESBERT

Edition  PARDES

 2002

Le but de ce livre pratique est de créer des réponses « synchroniques», des coïncidences signifiantes, afin de vous aider à y voir plus clair dans votre vie quotidienne.  Après avoir expliqué la synchronicité de Jung, l’auteur explicite comment il vous faut poser votre question personnelle et obtenir des réponses à l’aide de cet ouvrage d’un genre nouveau.

 
Dans la première partie, les neuf cent soixante réponses concernant le domaine relationnel, vos états d’âme, la manière d’agir ou de réagir au meilleur moment. Il s’agit de trouver une solution qui va beaucoup plus loin qu’une simple réponse binaire de type « oui-non » Dans la seconde partie, l’auteur propose deux jeux interactifs :


- Avec le jeu Yin-Yang, vous allez pouvoir répondre à une question simple en vous familiarisant avec la construction d’un trigramme chinois ;
- Les trente -six hexagrammes vous donnent le climat, l’ambiance globale, en relation avec votre question.


Cet ouvrage de la synchronicité se suffit à lui-même et a été écrit dans le but de vous aider. Vous pouvez l’utiliser de quatre façons différentes. Il ne peut, bien sûr, vous remplacer et décider à votre place ! En revanche, si, après l’avoir interrogé, vous avez une vision différente, qui vous permet de vous adapter pour trouver une solution, alors ce livre aura tenu son pari. Avec lui, apprenez à faire confiance au hasard « singulier et signifiant », que les surréalistes ont appelé « hasard objectif.»

 

L’exemple classique présenté par le père du concept de synchronicité (1946), Carl Gustav Jung, est celui d’une patiente ayant tendance à trop rationaliser ce qui lui arrive, rendant ainsi son analyse inefficace. Un jour elle raconte un rêve à Jung dans lequel elle reçoit un scarabée d’or. Au même moment, elle entend un bruit à la fenêtre et Jung va l'ouvrir puis saisit l'insecte qui s'y trouve et le montre à sa patiente: « Le voilà votre scarabée » dit-il, attrapant l’insecte qui vient de se cogner contre la vitre. Le choc ressenti par elle à cette vue eu alors pour effet de générer chez elle un déblocage mental qui aida grandement à la poursuite de sa thérapie.

 

Ce ne sont cependant pas ces évènements plus ou moins imputables au hasard et relativement subjectifs qui justifient à nos yeux la nécessité de rechercher une théorie physique de la synchronicité. Ce sont des évènements encore plus puissants dans leur improbabilité et dans leurs conséquences, par exemple des cascades de coïncidences significatives qui changent une vie profondément, que différents auteurs ont relaté dans de nombreux ouvrages et qu'il serait trop long de résumer ici. L'un des aspects du caractère le plus intriguant des synchronicités est qu'il semble aujourd'hui de plus en plus admis qu'il soit possible de les provoquer, ce qui en ferait ainsi un phénomène reproductible qui ouvre la porte à une possible approche scientifique et expérimentale.

 

Il semblerait toutefois que les synchronicités les plus improbables tendent à se produire dans certaines circonstances particulières de la vie où une transformation à la fois psychique et matérielle est à l'oeuvre, cette situation instable pouvant conduire le sujet à changer radicalement sa vie. La synchronicité semble alors jouer un rôle de guidage dans ce processus de changement. Au contraire, les personnes ayant une vie bien réglée par des habitudes ont très peu de chances d'en vivre. C'est pourquoi il s'agit d'un phénomène difficile à contrôler et qui se prète mal à une investigation rationnelle.

 

La pensée rationnelle dominante ne sait d'ailleurs y répondre qu'en invoquant le hasard ou la subjectivité de l'observateur, mais cela n'explique pas la caractéristique essentielle de ces phénomènes qui provient moins de leur subjectivité que de leur forte improbabilité. Le fait de mettre systématiquement cette improbabilité sur le compte du hasard lui-même en prétendant qu'il n'y a aucune autre explication à rechercher provient au mieux d'une méconnaissance des lois de la statistique, au pire d'une foi aveugle dans le caractère abouti d'une science qui reposerait exclusivement sur la causalité. Bien qu'il soit juste et sain d'invoquer en première hypothèse le hasard face à de tels phénomènes, il devient obscurantiste de maintenir envers et contre tout cette hypothèse en présence de cas où elle ne résiste pas au calcul des probabilités

T

thÉories & procÉdÉs de l’hypnotisme

Paul jagot

Edition  DANGLES

 1960

Devenir hypnotiseur, c’est acquérir au moyen de multiples tentatives expérimentales, effectuées sur des personnes de tout âge et de toute condition, l’aisance, la précision, le tact, la sûreté et l’autorité, pratiques nécessaires à la pleine efficacité des procédés d’hypnotisation.


Outre l’intérêt que présente l’étude de ces phénomènes psychiques et leurs applications pratiques, l’expérimentation peut-être considérée comme un moyen exceptionnellement efficace de développement de la volonté, de l’assurance et de l’influence personnelle.

Ce cours clair et précis, rigoureusement scientifique, n’en reste pas moins à la portée de tous, et permet de faire immédiatement des « expériences en toute sécurité ». Tous les lecteurs de ce livre ne se résoudront pas à l’effort représenté par l’entraînement méthodique indispensable pour devenir hypnotiseur ; mais ils auront, du moins, l’avantage de se former sur cette question, une notion claire et précise qui comblera dans leur culture scientifique et philosophique, une lacune qu’il eut été regrettable de laisser subsister.


Les suggestibles, les influençables, les timides doivent connaître et pratiquer la suggestion, afin d’apprendre à devenir maîtres de leurs pensées, et à acquérir une parfaite assurance.


Les sujets abordés : État de veille, d’hypnose, la suggestion, les dangers de l’hypnose, le sommeil magnétique, les stigmates, l’extase, les 3 degrés de l’action télépsychique, les symptômes, le funambulisme, la méditation.

 

traitÉ mÉthodique de magnÉtisme personnel

P.C. jagot

Edition DANGLES

 1974.

En quelques heures, ce livre vous mettra à même de comprendre clairement le subtil mécanisme par lequel s’engendre et s’irradie l’influence que nous exerçons tous, consciemment ou inconsciemment les uns sur les autres.
La première partie de ce traité vous révèlera les sources profondes du pouvoir personnel. Vous y trouverez les indications nécessaires pour vérifier, expérimentalement, au moyen de procédés très simples, immédiatement utilisables, le fait que vous influez autour de vous dans une mesure déjà appréciable, laquelle peut être considérablement renforcée.


Dans une seconde partie, l’auteur livre le secret de l’extériorisation méthodique du magnétisme personnel dans la vie privée, sociale ou professionnelle. La mise à exécution des indications dont vous prendrez connaissance en lisant cette deuxième partie vous assurera ascendant, autorité et attractivité sur tous.


La troisième partie enseigne l’art d’influer psychiquement, d’une manière secrète et silencieuse, aussi bien sur un groupe que sur une individualité, de près comme à distance.

V

visions cÉlestes, visions cosmiques

Gildas  bourdais

Edition LE TEMPS PRESENT

 2007

De tout temps, les hommes ont cru à l’existence de nombreux êtres peuplant les cieux. Ils les ont qualifiés de dieux, d’anges, de démons. Ces êtres étaient-ils de pures inventions de l’esprit humain comme le conçoivent les modernes rationalistes ? Étaient-ils au contraire des entités « surnaturelles », auxquelles certaines personnes croient encore aujourd’hui ?


Ce livre pose la question de leur part de réalité. La multiplication actuelle des apparitions d’êtres étranges, à bord d’« Objets Volants Non Identifiés » a renouvelé le problème et l’a rendu encore plus complexe. Ce sont ces interrogations, la réalité et la similitude des apparitions anciennes et contemporaines, qui sont illustrées dans cet ouvrage, en laissant le lecteur libre du choix des différentes interprétations qui peuvent en être tirées.


Mais, quelle que soit la nature de ces « êtres célestes », réels ou imaginés, ils ont été et demeurent un thème majeur d’inspiration artistique de l’humanité. Cette histoire n’est pas finie. À quoi devons-nous nous attendre ? Nous vivons peut-être aujourd’hui le début d’une nouvelle étape, d’une nouvelle mutation cosmique d’ampleur comparable à celle de la révolution amorcée par Copernic et Galilée  celle de la prise de conscience de la fin de notre « solitude » cosmique.

 

Peut-être va-t-il nous falloir apprendre à vivre dans un univers beaucoup plus étrange et complexe qu’on ne l’avait, il y a peu encore, imaginé.

 

VOYANCE    B.A – BA

YVELYSE  QUEFFELEANT

Edition PARDES

 2007

La  voyance  consiste à saisir les informations, sans les cinq sens, en étant affranchi de l’espace et du temps.


Ce  B.A BA  de la voyance en rappelle les origines historiques, qui se perdent dans la nuit des temps. Il expose comment, si certaines capacités de voyance proviennent d’une inspiration intérieure (rêves, flashes, médiumnité), d’autres reposent sur divers moyens matériels – appelés  supports – qui varient selon la culture et la personnalité des individus les pratiquant. Souvent, la voyance est un don familial hérité, mais on peut la développer en choisissant une technique qui parle à sa sensibilité.

 

On a commencé par interpréter les  rêves, par lire dans les astres et les viscères d’animaux. Puis, dans les temples de la Grèce antique, on interroge les pythies. Plus tard, les Pères de l’Eglise chrétienne considèrent la divination comme inspirée par les démons. Le concile de Trente (1545-1563) met à l’index : magie, voyance et astrologie.

 

Néanmoins, Nostradamus produit ses célèbres «  Centuries ». En 1783, Eteilla se passionne pour le jeu de tarot venu d’Italie. Il pose dans un ouvrage les bases de la cartomancie et élabore son propre jeu. Il a  pour  émule Mlle  Lenormand.


Aujourd’hui ; l’humanité a besoin d’être rassurée, de trouver un réconfort face à un matérialisme et à un individualisme envahissant. Aussi, le marché de la voyance est il important. Il existe de nombreux  tarots, oracles, on utilise aussi des runes, le pendule et la voyance directe avec flashes. On peut consulter un voyant par téléphone, faire des tirages automatiques sur internet.

Chaque grande ville a son salon de voyance. Les librairies ésotériques vendent de nombreux livres-jeux pour s’initier à la voyance psychologique…Cet ouvrage ouvre des pistes sérieuses pour parvenir à s’y retrouver.

 

Au sommaire :

 

Aperçus historiques  -  le support des astres  - le Yi- King  - la géomancie  -  interprétation des rêves et des viscères d’animaux  -  oniromancie et aruspication  -  les druides  -  Zoroastre  -   Bérose  -  les stoïciens  -  Al Farabi  -  le Moyen-Âge et la chasse aux sorcières  -  Nostradamus  -  Etteilla et les tarots  -  Mlle Lenormand  -  Papus  -  Raspoutine  -  Définition de la voyance  -   les prophéties  -  Prémonitions, présages, rêves, médiumnité et channeling   -   flamme, cristal, miroir et eau   -   les mancies  -  cartomancie  -  les runes et les oghams  -  géomancie  -  Yi King  -  les dés et les dominos  -   les dessins – les taches  -  le marc de café  -   la chiromancie  -  la bibliomancie  -  la chirologie   -    la numérologie   -  la radiesthésie   -  la consultation des voyants et des voyantes  -  les problèmes rencontrés pour aller voir un voyant : amour, le couple, la séparation, le couple, la sexualité, la famille, l’éducation, la solitude, le vieillissement, l’argent, la profession, le sens de la vie   -

Retour à l'index des chapitres